MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes

Définition : Aposématisme


L’aposématisme est le fait pour un animal de posséder des patrons de couleurs souvent très vives faciles à retenir pour les prédateurs potentiels. Ces couleurs sont alors associées à un moyen de défense comme une toxicité ou un goût très désagréable pour les prédateurs. Ainsi, le prédateur peut facilement retenir que cet animal n’est pas comestible.

L’aposématisme d’autres signaux, sonores ou chimiques, peuvent être associés à la toxicité ou au goût désagréable, dans le but de prévenir les prédateurs. Mais ces types de signaux sont moins courants.

Au cours de l’évolution, certains de ces patrons de couleurs ont été sélectionnés chez des espèces n’étant pas toxiques. Ainsi, en arborant les couleurs des animaux toxiques sans l’être réellement, elles se font moins prédater et n’ont pas à produire les molécules toxiques dont la production est coûteuses en énergie !

Articles liés :

Que mange le gendarme (l’insecte) ?

Le gendarme (l’insecte), ou Pyrrhocoris apterus pour les scientifiques, est une punaise qui possède de nombreuses appellations. On la surnomme suisse, cherche-midi, soldat, cordonnier ou pyrrhocore aptère. Les anglais l’appellent la punaise de feu (...)

Le Crache-Sang

Voici un insecte plutôt original, un gros coléoptère noir appelé Crache-sang (ou Timarcha tenebricosa par les scientifiques) en raison de son comportement insolite. En effet, en cas de danger, ce coléoptère possède un moyen de défense bien particulier (...)

Les larves de syrphes mangeuses de pucerons

Les syrphes sont de petites mouches que l’on aperçoit souvent en vol stationnaire, effectuant la plupart du temps du vol sur-place au-dessus des fleurs à ombelles. Les couleurs généralement vives des syrphes imitent celles des guêpes, des abeilles ou (...)

L’araignée coccinelle, Eresus kollari

L’araignée coccinelle, Eresus kollari [24] [25] est une espèce d’araignée de la famille des Eresidae que l’on rencontre partout en France mais de manière très localisée, en particulier aux abords de Toulouse et dans les Alpes (massif du Queyras), mais (...)

Le gyrin ou tourniquet, un coléoptère nageur

Comment reconnaitre les Gyrins ? Les gyrins sont des coléoptères aquatiques qui flottent généralement à la surface de l’eau. Lorsqu’ils sont dérangés, il nagent très vite en zigzagant (jusqu’à 50 cm/s ! [29]), ce qui leur vaut le surnom de gyrins (...)

L’écuyère, une espèce de punaise granivore

Une erreur s’est glissée dans l’article et les photos ne correspondent pas à la punaise écuyère mais à Spilostethus pandurus une espèce aux motifs proches [56]. La punaise écuyère ou Lygaeus equestris ne passe pas inaperçue. Cette punaise rouge et noire (...)

La larve orange et noire de la Lycie sanguine

Larve orange et noire de Lygistopterus sanguineus Les larves ne sont généralement pas très courageuses, mais la larve de la Lycie sanguine (Lygistopterus sanguineus, coléoptère de la famille des Lycidae) aime se faire remarquer. Avec son corps (...)

Mylabris variabilis, le Mylabre inconstant

Le mylabre inconstant, Mylabris variabilis, est un coléoptère proche des méloés. C’est un insecte du Sud de la France que l’on rencontre principalement sur les fleurs puisqu’il se nourrit de pollen à l’état adulte. Mylabre inconstant sur une fleur (...)


Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 2120791