MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


La guêpe dont la larve s’accroche aux araignées a éclos !

Hymenoptera ; Ichneumonidae ; Pimplinae

Dans un autre article, Myrmecofourmis.fr vous avait présenté un étrange parasite d’araignées : une larve qui restait fixée sur le dos des araignées et se nourrissaient de leurs fluides corporels... l’adulte est maintenant éclos !

L’adulte de la mystérieuse larve ectoparasite d’araignées est enfin sortit de son cocon :
Guêpe parasite d'araignée
Polysphincta sp parasite d'araignées
La détermination des larves est impossible, mais l’adulte lui, peut être identifié. Il s’agit d’un insecte de la famille des Ichneumonidae, et de la sous-famille des Pimplinae. Les insectes de ce groupe sont très difficiles à identifier et les scientifiques s’arrachent souvent les cheveux pour déterminer l’espèce. Par ailleurs, la famille des Ichneumonidae contient de très nombreuses espèces, environs 60000 sont actuellement décrites !
Polysphincta parasite d'araignées
Adulte de larve blanche parasite d'araignées

C’est le site anglais de Worcestershire Biological Records Centre & Worcestershire Recorders qui a mis Myrmecofourmis.fr sur la bonne piste.

Paul Meers, Brett Westwood et Harry Green y sont les auteurs d’un article sur ces parasites du groupe des Polysphincta. Je tiens à les remercier de m’avoir autoriser à traduire ici leur travail.
Ectoparasite Polysphincta sp., Hymenoptera : Ichneumonidae, of the spider Araniella sp. found at Feckenham Wylde Moor

L’Ectoporasite Polysphincta sp., un Hyménoptère de la famille des Ichneumonidae parasite des araignées Araniella sp. trouvé à Feckenham Wylde Moor.

Les trois auteurs ont tous joué un rôle important dans le contenu présent ci-dessous, Harry Green étant l’auteur de l’article. Ceux qui ne connaissent pas les ectoparasites d’araignées seront peut-être amusés de lire notre ignorance et notre enthousiasme, mais la plupart des lecteurs ne connaissent probablement rien non plus de ces insectes et il semble interessant de partager cette histoire.

Le 8 Mai 2013, j’ai reçu un mail de Paul Meers, directeur volontaire à la Worcestershire Wildlife Trust’s Feckenham Wylde Moor Reserve, accompagné de photos prises le jour même dans sa réserve. Il m’écrivait qu’il n’avait jamais rien vu de même auparavant et me demandait d’identifier l’araignée, voulait s’avoir si la larve était celle d’un parasite et si l’on pouvait l’identifier, en précisant qu’elle mesurait 3mm. Je n’avais aucune idée des réponses à ses questions et j’ai donc passé les photos à mes collègues naturalistes. Par chance, la photo raviva la mémoire de Brett Westwood qui écrivit "Superbe photo d’une araignée et de son parasite. Je pense que l’araignée est probablement Araniella cucurbitina, qui est la plus commune des araignées vertes à cette période de l’année. La larve qui y est fixée est probablement un ichneumon - les guêpes du genre Polysphincta pondent leurs oeufs sur les araignées de la famille des Araneidae et les larves sont des ectoparasites des araignées." Il m’expliquait ceci en se référant à la page 254 de British Insects [1] et à une étude de Foelix (1996) [2]. Ce dernier avait écrit « les guêpes de la famille des Ichneumonidae parasitent aussi les araignées. Elles attachent leurs œufs sur le corps des araignées ou les déposent dans le sac de ponte des araignées. Les Polysphincta attaquent les aranéides et collent leurs œufs sur leurs abdomens. La larve mène une vie d’ectoparasite, ingérant ses fluides corporels [3] [4] ».

Cela éveilla ma curiosité et je décidais alors de trouver plus d’information sur ces parasites. Les premières recherches sur internet me firent découvrir de magnifiques photos de ces parasites fixés aux araignées [5] [6].
Plus tard, je trouvais de nombreuses publications [7], et des photos venant du monde entier, certaines étant très similaires à celles de Paul [8] [9].

Je me suis donc redirigé vers les livres qui m’était immédiatement accessibles. Bristowe (1958), dans son volume New Naturalist de The World of Spiders, a écrit « les araignées de nombreuses familles peuvent être trouvées, le plus souvent au printemps ou au début de l’été, avec une larve blanche fixée sur la partie supérieure de l’abdomen. La larve est sortie d’un œuf pondu par un ichneumon Pimplinae qui, dans un premier temps, paralyse l’araignée avec une piqure pour pouvoir pondre. Comme le vieil homme et la mer, on ne peut les séparer et, pendant des semaines, l’araignée continue de s’alimenter pendant que la larve grandit et finit par la tuer. » [10]. En en référant à l’ouvrage de Bristowe que j’avais consulté, The Comity of Spiders qui contenait un chapitre nommé « Les ennemis des araignées » [11]. La partie sur les Ichneumonidae décrivait « Au printemps et au début de l’été, une larve pâle est souvent observée attachée à l’arrière des petites araignées. Gardez ces araignées en captivité et il sera observé qu’elles construisent des toiles, attrapent des mouches, s’accouplent et peuvent même pondre des œufs tout comme s’il n’y avait pas de parasites en train d’absorber leurs fluides. ». Il continuait ensuite de décrire comment la larve pouvait éventuellement tuer l’araignée et se déplacer sur la toile où elle construisait un cocon et se nymphosait. Au cours de la semaine, un Pimpline émergeait, l’espèce la plus commune étant probablement Polysphincta tuberosa.

Alors que je consultais un mélange d’ancien et de moderne, je trouvais souvent des sources menant aux travaux de Nielsen au Danmark, et de Fitton et al. [12], Les Hyménoptères associés aux araignées en Europe, aucuns n’étant facilement accessible sur internet. Le second auteur du dernier article est Mark Shaw, et j’avais lu plusieurs articles de sa main portant sur les hyménoptères parasites dans différents journaux entomologiques.

Je lui ai envoyé la photo de Paul en lui demandant s’il pouvait la commenter et éventuellement m’envoyait une copie de l’article. Sa réponse fut rapide et très utile, et il m’envoya neuf articles très utiles sur comment trouver, élever et identifier de nombreuses espèces. Il écrivit « L’ectoparasite sur la photo est sans doute une espèce de Polysphincta, parmi lesquelles on trouve communément P.tuberosa (qui parasite les Araniella spp, Araneus diadematus et Zygiella sp)… mais si vous avez de la chance, cela pourrait être une rare P.boops qui semble être limitée au genre Araniella. ».

Cette note pourra, nous l’espérons, encourager les lecteurs à mieux regarder les araignées à la recherche de ces ectoparasites. Mark Shaw nous encourage à chercher ces parasites chez d’autres invertébrés. Il serait ravi de recevoir des specimens et a publié de nombreux papiers sur la manière de les trouver et de les élever. Une de ces publications, « Rearing parasitic hymenoptera », écrite pour la société des entomologistes amateurs peut y être achetée. [13] [14].


Références et définitions

[1Barnard, P.C. 2011. The Royal Entomological Society Book of British Insects. Wiley-Blackwell.

[2Foelix, R.F. 1996. Biology of spiders. Oxford University Press.

[3Nielsen, E. 1923. Contributions to the life history of the pimpline spider parasites (Polspincta, Zaglyptus, Tromatobia) (Hym. Icheum) Entomologiske Meddelelser. 14:137-205.

[4Nielsen, E. 1932. The biology of spiders. Volume 1 in English, summarising Volume 2 in Danish. Lewin & Munksgaard. Copenhagen.

[7Schmitt, M., Richter, D., Göbel, D & Zwakhals, K. 2012. Beobachtungen zur Parasitierung von Radnetzspinnen (Araneidae) durch Polysphincta rufipes (Hymenoptera : Ichneumonidae). Arachnologische Mitteilungen. 44 : 1-6 Nürnberg, Dezember 2012

[10Bristowe, W.S. 1958. The World of Spiders. Collins New Naturalist : London.

[11Bristowe, W.S. 1941 The Comity of Spiders. Volume 2. The Ray Society ; London

[12Fitton, M.G., Shaw, M.R., & Austin, A.D. 1987. The Hymenoptera associated with spiders in Europe. Zoological Journal of the Linnean Society. 90:65-93. Article first published online : 15 May 2008 DOI : 10.1111/j.1096-3642.1987.tb01348.x

[13Shaw, M.R. 1996. Rearing parasitic wasps from spiders and their egg sacs. British Arachnological Society’s members’ Handbook.

[14Shaw, M.R. 1997. Rearing parasitic hymenoptera. Amateur Entomologists’ Society.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 1343 / 2024219