MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Le cycle de vie du moustique


Connaissez-vous la vie du moustique ? Le moustique est insecte insupportable et un brillant outil pédagogique : c’est un insecte à métamorphose complète avec un cycle de vie qui passe du milieu aquatique au milieu aérien...

Le cycle de vie des moustiques était déjà connu en 1947, comme en témoigne cette vidéo tirée des archives du web. Depuis, le vocabulaire a changé et l’anthropomorphisme se fait plus discret. Ce petit film des débuts du cinéma comporte cependant très peu d’erreurs et si l’on ne parle plus de "coeur" (ils n’ont pas de sang mais de l’hémolymphe) ni de "bec" (rostre ou proboscis) pour les insectes, l’ensemble reste très actuel.

Les moustiques mâles et femelles se nourrissent de nectar, mais ce sont les femelles qui piquent pour prélever du sang. Elles prélèvent ce sang pour obtenir les nutriments nécessaires au développement de leurs oeufs. Les moustiques femelles pondent ensuite leurs oeufs en petits paquets. Elles les déposent soit directement sur la surface de l’eau où ils flottent, soit dans des zones potentiellement inondables (bords de cours d’eau,...) où ils attendent les premières gouttes d’eau pour éclore.

Une femelle de moustique photographiée en Alsace, avec des oeufs en développement visible à l’arrière de son abdomen :

Peut-être Ochlerotatus dorsalis. Moustique femelle posé sur une feuille les pattes arrières relevées en position de repos. On voit dans son abdomen les oeufs en développement qui seront bientôt pondus à la surface de l’eau.
 JPEG - 481.2 ko
Moustique femelle avec l’abdomen remplis d’oeufs

Les oeufs éclosent alors rapidement, les larves se développent plus ou moins vite en fonction de la température et de la nourriture disponible, puis se transforment en nymphes. Au stade de nymphe, les organes de la larve se différencient plus clairement et les ailes finissent leur développement. Quelques jours après le début de ces transformations, un adulte s’extrait de la cuticule de la nymphe qui flotte sur l’eau : un nouveau "moustique" est né !

Larve et nymphe d'Anopheles

Traduction et transcript du film :

De toutes les sortes d’insectes suceurs de sang qui s’attaquent au genre humain, le moustique fait partie des plus dangereux. Les moustiques sont séparés en deux grands clades, les Anophèles qui transmettent la malaria prennent cette position lorsqu’ils piquent et les Culcinae qui transmettent la fièvre jaune, la dengue et les filarioses piquent dans cette position.

Le corps du moustique est séparé en trois partie, la tête, le thorax et l’abdomen, le thorax porte trois paires de pattes et une paire d’ailes.
La tête porte les antennes, les paples et le bec. L’abdomen ne porte pas de structures spéciales hormis l’appendice reproducteur.

La femelle possède des antennes recouvertes de fins poils qui sortent de l’extrémité de chaque segment, alors que chez le mâle les antennes sont recouvertes tout du long par de longs poils. Les antennes proéminentes sont les traits distinctifs principaux des mâles.

Un moustique pique principalement pour obtenir de la nourriture, quand une femelle s’installe pour déguster un repas sanguin, son bec semble se plier au milieu. En fait, le bec consiste en une gaine de protection. Une section transversale de cette gaine montre six couches qui s’apparentent à des stylets qui entourent entre eux deux tubes, un pour la salive et un pour le sang.

Une petite quantité de salive de l’animal est injectée dans le sang, pour empêcher la coagulation du sang qui est ensuité aspiré comme nourriture. L’abdomen grossit de manière perceptible au fur et à mesure que le repas progresse. Un moustique mâle ne peut ni boire ni piquer.

Un mâle récemment émergé peut essayer de percer la peau sans succès. Le bec du mâle n’est pas conçu pour percer la peau animale. Il se nourrit de jus végétal : le nectar des fleurs. Les femelles se nourrissent aussi du nectar des fleurs mais le sang est le principal élément de leur régime. Certains moustiques pondent leurs oeufs sur la surface de l’eau, d’autre en-dessous.

Certains aiment les eaux ombragées, d’autres celles qui sont ensoleillées. Certains ont besoin d’eau courantes, d’autres préfèrent les eaux stagnantes. Mais tous les moustiques ont besoin d’eau. Certains moustiques pondent leurs oeufs dans la boue près de l’eau ou sur des zones susceptibles d’être inondées. Les oeufs de ces moustiques survivent au sec, parfois durant des années jusqu’à ce que les conditions de température et d’eau soient suffisantes pour émerger.

Ces moustiques survivent aux hivers froids sous la forme d’oeufs. Un morceau de boue d’un endroit où les moustiques se reproduisent en été, une fois immergé dans l’eau à température ambiante permettra aux larves de moustiques d’éclore quelques jours plus tard. La plupart des moustiques passent l’hiver au stade adulte. On peut les trouver dans les arbres, sous les ponts, dans les maisons ou les caves. Les oeufs sont pondus en grappe d’oeufs. En dehors de l’hiver, les oeufs éclosent très rapidement après avoir été pondues, parfois en moins d’un jour. Les larves de moustiques sont généralement grises, flottant à la surface de l’eau, elles aspirent l’air par leur tube respiratoire. Rapidemment on observe des larves plus grandes qui correspondent au second stade de développement des moustiques. De la même manière, la larve passe par le troisième et le quatrième et dernier stade. La larve n’a pas de pattes ni d’organes de locomotion, elle se déplace par une série de tortillement.

Certaines espèces sont transparentes et on peut alors voir les mouvements du coeur. Comme chez tous les insectes, la vague de contraction commence postérieurement et finit antérieurement. La tête et les segments thoraciques ne sont pas très longs, parfois ils sont deux fois plus petits que les segments abdominaux. L’abdomen est divisé en 9 segments, les 7 premiers se ressemblent. Les segments anaux portent le tube à air par lequel respire la larve.

La plupart des larves ont la tête en bas avec le tube respiratoire à la surface de l’eau. Les larves d’Anophèles sont en position horizontale lorsqu’elles se nourrissent à la surface de l’eau. Lorsqu’on les observe attentivement, la plupart semblent être perpetuellement en mouvement. Les larves d’Anophèles qui peuvent tourner la tête à 180° se collent à la surface pour manger les particules flottantes.

Quand la larve a atteint le quatrième stade, les bourgeons des pattes et des ailes sont visibles dans le thorax à travers la cuticule transparente. Au second stade, bien qu’ils aient déjà commencés à se différencier, il ne sont pas assez développés pour être visibles. La larve commence sa transformation en nymphe, en télescopant son abdomen, elle s’extrait de sa cuticule par le thorax en commençant par la tête. Il est possible qu’elle se repose un petit moment, sa tête sortant de son corps de larve.

Après quelques convulsions, la cuticule larvaire, complète et avec les tubes respiratoires, est retirée. A ce stade, la nymphe (ou pupe) du moustique ne s’alimente pas et tout le corps reste dans l’eau, la tête et le thorax sont regroupés, sans différenciation nette des organes à part des tâches noires qui correspondent aux futurs yeux et deux organes au dessus du thorax qui servent de tubes respiratoires. L’abdomen se finit en deux pagaies, les ailes commencent à être visibles ainsi que les longues pattes de l’adulte.

Le stade nymphale dure peu longtemps, habituellement entre 1 et 4 jours en eau chaude. Quand l’adulte est entièrement développé, la nymphe devient moins active et prend une apparence dorée.

La cuticule s’ouvre au milieu du dos et le moustique s’élève de la cuticule de la nymphe. Les ailes sont frippées, les longues pattes sont doucement étendue pour supporter le corps. En quelques minutes, le processus est terminé, l’insecte est prêt à s’envoler. Après cette dernière transformation, on observe la forme familière du moustique adulte.

Le moustique est un excellent exemple d’insecte à métamorphose complète. L’oeuf, la larve, la nymphe et l’adulte. La femelle est véritablement plus dangereuse que le mâle.


Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 3367 / 2017442