MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Le triton marbré, Triturus marmoratus

Vertébré, Amphibien, Urodèle, Salamandridae, Triturus marmoratus

Le triton marbré est un triton vert, orange et noir qui vit dans les régions du Sud et de l’Ouest de la France, ainsi qu’en Espagne et au Portugal.

Où trouve-t-on le triton marbré ?

Le triton marbré, ou Triturus marmoratus de son nom latin est une espèce de triton que vit dans le Sud (sauf Pyrénées) et l’Ouest de la France (il est cependant plus commun dans le Sud de la France), ainsi qu’en Espagne et au Portugal.
Durant la phase larvaire est les périodes de reproduction, cette espèce est aquatique. Le reste du temps, ces tritons sont terrestres et se cachent sous les pierres, écorces et troncs d’arbres morts en forêt, à proximité des mares ou de zones humides.

Triton marbré, Triturus marmoratus
Triton marbré, Triturus marmoratus

Comment reconnaître le triton marbré ?

On le reconnait très facilement car c’est le seul triton vert et noir présent sur le sol français. Le triton palmé, le triton alpestre (sauf les femelles qui ont des marbrures plus fines, plus sombres et généralement bleues ou bleues-vertes), le triton ponctué et le triton crêté n’ont pas de marbrures vertes, leur corps est généralement noir avec un ventre jaune ou orange au moins en partie. On peut aussi distinguer des couleurs orangées sur la crête dorsale des femelles. En période de reproduction le mâle possède une crête très développée qui permet de le différencier facilement des femelles.
La seule confusion possible est le "Triton de Blasius", qui est en réalité un hybride entre le triton crêté et le triton marbré. Sa morphologie est intermédiaire, mais cet hybride est très rarement présent dans la nature.

Au stade juvénile, lorsqu’il vient de sortir de l’eau, le triton marbré possède une couleur beige avec une crête dorsale orangée, comme sur les deux photos ci-dessous.

Un jeune triton (juvénile) marbré observé dans la réserve naturelle régionale du marais de Bonnefont, dans le département du Lot :
Triton marbré juvénile
Triton marbré juvénile

Quel est le cycle de vie du triton marbré ?

La reproduction a lieu au printemps dans les mares, bassins et étangs ainsi que dans les réservoirs d’eaux stagnantes ou à faible courant comme les abreuvoirs pour les animaux ou les cuves remplies d’eau de pluie. Les mâles, chez qui la crête se développe fortement en période de reproduction, cherchent activement les femelles puis paradent devant les femelles en agitant leur queue. Les mâles déposent un spermatophore qui est absorbé par la femelle. Celle-ci pond ensuite des oeufs isolés sous les feuilles des plantes immergées. On trouve ces oeufs par exemple sous les feuilles de menthe aquatique. Les larves sortent des oeufs plus ou moins rapidement en fonction de la température. Elles sont nourrissent d’invertébrés aquatiques comme par exemple les vers de vases ou les aselles, ainsi que d’insectes et d’invertébrés tombés à l’eau.

Tritons marbrés
Tritons marbrés

Quelles menacent pèsent sur le triton marbré ?

Ses prédateurs naturels sont les oiseaux, les poissons et certains insectes aquatiques occasionnellement prédateurs des larves de tritons (dytiques, punaises aquatiques,...).

La destruction des milieux de vie, la pollution de l’eau, l’introduction de pathogènes et l’assèchement des zones humides menacent actuellement ce triton. Lors des périodes de reproduction, ils sont susceptibles de se déplacer et de se faire écraser par les voitures, ce qui justifie parfois la mise en place de crapauducs.

Les poissons et écrevisses introduits sont aussi susceptibles de manger ou d’abimer les tritons adultes ou les oeufs et larves, ainsi que de transporter des maladies. Il faut donc éviter d’installer des poissons dans les mares où sont observés des tritons marbrés.

Plus rarement, des gens prélèvent les tritons pour essayer de les élever (ce qui se solde toujours par un échec), ou les détruisent en imaginant qu’ils sont toxiques ou dangereux. Ces comportements qui portent atteinte aux populations naturelles sont très sévèrement punis par la loi [1] [2]. Prélever des espèces protégées de tritons vous expose à une sanction de six mois de prison et de 18000 euros d’amende [3], ainsi qu’à la confiscation des animaux et des outils de chasse et de pêche.

Enfin, les tritons marbrés sont susceptibles de mourir dans les piscines chlorées ou salées des particuliers lorsqu’elles ne sont pas protégées par des rebords. De la même manière, à la fin de la période de reproduction, les tritons doivent retourner sur la terre ferme. S’ils tombent dans un bac dont les rebords sont lisses, ils peuvent rester piégés dans l’eau et mourir noyés. Il faut donc veiller à bloquer l’accès à ce type de réservoirs d’eau, ou à placer au bord des bacs des planches rugueuses facilitant le passage du milieu aquatique au milieu terrestre.

Triton marbré vu de dessus
Tritons marbrés
Triton marbré de profil

Photographie macro montrant en gros plan la peau d’un triton marbré :
Triton marbré : gros plan


forum

  • Le triton marbré, Triturus marmoratus
    11 juin 2016, par pierru

    bonjour,

    j’ai découvert un genre de salamandre ce matin dans un pot de plantation que j’avais fait

    apparemment, en recherchant, il s’agirait un triton marbré

    si j’ai bien compris, c’est une espèce protégé, qu’est-ce que je fais de cette petite bête ?

    j’habite dans le 64, à 30 km au nord de Pau

    Merci de votre réponse

    cdt

    • Le triton marbré, Triturus marmoratus
      26 juin 2016,par La fourmi

      Bonjour,

      effectivement votre localisation correspond à l’aire de répartition du triton marbré. C’est une belle observation, les tritons marbrés ne s’observent pas souvent lorsqu’ils sont en phase terreste ! Ce triton est certainement venu s’abriter dans vos plantations qui sont à l’ombre ou humide, et lui permettent de passer l’été à l’abris de la déshydratation. Si vous pouvez le laisser en place, cela lui permettrait de passer l’été dans de bonnes conditions. S’il est trop tard, cachez le sous une coupelle humide ou sous une souche à l’ombre pour le protéger du soleil et du desséchement. C’est effectivement une espèce protégée, elle n’est pas dangereuse.

      Bien cordialement,

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 1815 / 2022245