MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes

Petits animaux, insectes


Cette rubrique contient tous les articles ne portant pas sur les fourmis ou sur les insectes liés aux fourmis. Lorsqu’il y a assez d’articles, ceux-ci sont regroupés par ordre. Il existe plusieurs ordres d’insectes en France, Suisse et Belgique : les Hyménoptères regroupent les bourdons, les guêpes, les abeilles et les frelons ; les Coléoptères regroupent de très nombreux insectes dont les coccinelles, les scarabées, les capricornes, les dytiques, etc... ; les Diptères forment également un des plus gros ordre, avec les mouches, les tipules, les taons, les syrphes et de nombreux autres ; les Lépidoptères sont les papillons ; les Odonates les demoiselles et libellules ; les Dictyoptères (Blattoptères, Mantoptères, Isoptères) regroupent les blattes ou cafards, les mantes et les termites ; les Orthoptères comprennent les criquets, sauterelles, courtillères et grillons ; les Hémiptères regroupent d’un côté les des punaises, réduves, gerris et nèpes (Hétéroptères), et de l’autre côté les pucerons, cochenilles, cigales, cicadelles et cercops ; les Trichoptères regroupent les porte-bois ou phryganes ; les Névroptères sont les chrysopes, les mantispes et les fourmilions ; les Mégaloptères et Raphidioptères sont moins nombreux et moins connus car ils sont assez rares ou vivent dans des milieux particuliers ; les Psocoptères et Thysanoptères sont très abondants mais petits et on les prend souvent pour des moucherons... enfin, les Phasmoptères sont si discrets en France qu’il est très difficile de les trouver !

Mais ce n’est pas tout, on ne rencontre pas que des insectes en fouillant le sol ou en soulevant les pierres : les Isopodes regroupent entre autres les cloportes et aselles ; les Myriapodes, eux, regroupent les scutigères qui s’infiltrent souvent dans les maisons, les mille-pattes ou iules, les gloméridés, les scolopendres et les Lithobie ; les Arachnides eux sont souvent les plus redoutés : scorpions, araignées, tiques, acariens et pseudoscorpions... ils n’ont rien pour plaire, à moins de s’y intéresser de plus près !

Enfin, vous croiserez peut-être quelques photos de mollusques, cladocères (les daphnies qui servent souvent de nourriture à poissons !), amphibiens et reptiles ! Bonne visite à vous.

Articles de cette rubrique


La guêpe à galles du chêne

Introduction à la biologie de la guêpe à galles du chêne Cynips quercusfolii illustrée par des macrophotographies de la galle et de ce parasite sur la plante hôte.



Le plus long mille-pattes de France

Himantarium gabrielis est le plus long mille-patte géophile de France, Belgique et Suisse. Il peut posséder jusqu’à 177 paires de pattes et mesurer jusqu’à 22cm de long. On ne le rencontre pas souvent. Heureusement, car il possède des glandes produisant un liquide toxique et volatile...



Quand la couleuvre à collier fait le mort

La couleuvre à collier, lorsqu’elle se sent menacée et qu’elle ne peut pas fuir, tente soit d’effrayer son agresseur, soit de se faire passer pour morte. Dans ce deuxième cas, elle simule une lente agonie, en ouvrant la bouche, en se roulant sur le dos et en émettant une odeur de cadavre en décomposition.



Araignées-loups : la famille des Lycosidae

Des araignées courent à toute vitesse sur le sol de votre jardin ? Ce sont probablement des araignées loups, ou Lycosidae. Elles sont parfois aussi appelées tarentules ou lycoses. Si elles peuvent être effrayantes lorsqu’elles courent sur les feuilles mortes au sol, elles restent parfaitement inoffensives tant qu’on ne les coince pas entre nos doigts...



Guêpes parasitoïdes de Drosophila suzukii : la lutte biologique contre les drosophiles invasives

Des scientifiques ont récemment montré que parmi cinq espèces communes de guêpes parasitoïdes des drosophiles naturellement présentes en France, deux espèces (Trichopria cf drosophilae et Pachycrepoideus vindemmiae) sont capables de tuer Drosophila suzukii, une drosophile originaire d’asie. Ces deux petites guêpes pourraient ainsi être utilisées en lutte biologique pour contrôler cette drosophile invasive, qui est responsable de dégâts sur les fruits dans les vergers et les vignobles.



La galle du rosier : quand les insectes détournent les plantes

Voici une histoire bien compliquée : un hyménoptère parasite une plante l’obligeant à fournir le gîte et le couvert pour sa descendance, avant d’être lui-même parasité par un autre hyménoptère...



La salamandre tachetée, Salamandra salamandra

La salamandre tachetée est un amphibien noir et jaune présent en France. Cet urodèle de l’espèce Salamandra salamandra est aussi appelé salamandre de feu ou salamandre terrestre.



Coléoptères nageurs : le dytique a des rames à la place des pattes

Certains insectes se sont adaptés de manière étonnante à leur environnement. Les pattes des dytiques sont ainsi devenues de véritables rames au cours de l’évolution...



La chenille processionnaire du pin

Quel est le cycle de vie de la chenille processionnaire du pin ? Quels sont les pièges mécaniques ou chimiques (à phéromones) efficaces ? Comment détruire les nids du jardin en toute sécurité ? Quels sont les dangers pour l’Homme, et les animaux de compagnie comme les chiens et les chevaux ? Voici les questions qui trouvent leurs réponses dans cet article sur les chenilles processionnaires du pin.



Les géophiles ou Geophilomorpha

Les géophiles sont des mille-pattes de la classe des Chilopodes et de l’ordre des Geophilomorpha. Ce terme désigne aussi les myriapodes de la famille des Geophilidae, inclue dans l’ordre des Geophilomorpha. Ce sont des animaux dépourvus d’yeux, au corps très long, souvent jaune ou orange clair et qui possèdent de très nombreuses pattes.






Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 3621218