MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Punaises des épicéas, le genre Gastrodes

Insecta, Hemiptera, Heteroptera, Lygaeidae, Gastrodes abietum

Les punaises du genre Gastrodes, Gastrodes abietum et Gastrodes grossipes, sont des punaises brunes et rougeâtres aux moeurs mal connus. Elles vivent dans les forêts et de pin et leur corps très plat leur permet de passer l’hiver cachée dans les cônes des épicéas. On les retrouve parfois en grand nombre dans la neige.

Il existe en France deux espèces de punaises du genre Gastrodes, appartenant à la famille des Lygeidae.

  • Gastrodes abietum a des bordures de couleur claire le long du thorax, et le premier article des antennes n’est pas beaucoup plus long que le clypeus (il dépasse un peu, mais pas autant que chez l’autre espèce). C’est la punaise présentée sur les photos de l’article.
  • Gastrodes grossipes à les bords du thorax plus sombre, et le premier article des antennes est beaucoup plus grand que le clypeus de cette espèce. Plus de la moitié du premier article dépasse du bout du clypeus [1].

Macrophotographie sur fond blanc d’une punaise de l’espèce Gastrodes abietum vue de profil :

Photo de profil sur fond blanc de Gastrodes abietum, une petite punaise brune, noire et rouge que l’on rencontre dans les forêts d’épiceas (Picea ou épinettes) et qui se cache dans les cônes de ces résineux.
 JPEG - 96.7 ko
Gastrodes abietum, punaise brune des épiceas

Le cycle de vie de ces punaises est très mal connu. On sait cependant qu’elles passent l’hiver dans les cônes ("pommes de pin") ou sous l’écorce des épicéas et parfois dans la litière et le sol des forêts de conifères. Il semble qu’elle ne se nourrissent pas des graines présentes dans les cônes, mais se content d’y passer l’hiver [2]. Les larves, nymphes et adultes sortiraient la nuit pour se nourrir de la sève des épicéas prélevée directement dans les aiguilles des arbres. Les adultes pondent principalement leurs oeufs à la base des cônes [3]. Les punaises du genre Gastrodes sont probablement des vecteurs d’un champignon appelé Sphaeropsis sapinea. Les adultes rencontrés portent souvent des morceaux du champignon sur leur cuticule, et on rencontre fréquemment le champignon en même temps que les punaises [4].

Des Gastrodes abietum mâles et femelles trouvées dans les Vosges, par centaines, perdues dans la neige au mois de Mars :

Une punaise de l’espèce Gastrodes abietum se nettoie les antennes. Photo macro sur fond blanc.
 JPEG - 132 ko
Gastrodes abietum, punaise se nettoyant les antennes
Photographie macro sur fond blanc vue de dessus d’une punaise brune noire et beige vivant dans les forêts de Picea (épiceas, aussi appelés épinettes). La punaise appartient à l’espèce Gastrodes abietum, proche de Gastrodes grossipes. C’est une punaise au corps large et plat.
 JPEG - 127.8 ko
Punaise brune de l’épicea, Gastrodes abietum, vue de dessus
Photographie macro de profil de Gastrodes abietum, une punaise au corps plat.
 JPEG - 121.7 ko
Gastrodes abietum, une punaise toute plate

On voit sur ce Gastrodes abietum que les pattes sont très larges et qu’elles possèdent des épines, des caractères généralement retrouvés chez les insectes mâles :

Photographie macro de profil de Gastrodes abietum, une punaise au corps plat.
 JPEG - 121.7 ko
Gastrodes abietum, une punaise toute plate

On retrouve parfois ces punaises perdues dans la neige en montagne, sur les pistes de ski. Certains entomologistes suggèrent que les punaises sont emportées par de brusques rafales de vent [5], mais il est aussi possible qu’elles sortent trop tôt de leur hibernation lorsque le soleil réchauffe les cônes, et se retrouvent rapidement piégées par le froid durant leurs déplacements.


Références et définitions

[1Critères d’identification tirés du site British Bugs.

[2Kelbel, P. (2001). The results of monitoring of conobionts of selected spruce species (Picea spp.). Forest J, 47, 115-122. PDF

[3Feci, E., Battisti, A., Capretti, P., & Tegli, S. (2002). An association between the fungus Sphaeropsis sapinea and the cone bug Gastrodes grossipes in cones of Pinus nigra in Italy. Forest Pathology, 32(4‐5), 241-247.

[4voir Feci et al., 2002

[5Hagvar, S. (2007). Why do some Psylloidea and Heteroptera occur regularly on snow. Norwegian Journal of Entomology, 54(1), 3. PDF

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 559 / 2017440