MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Termites en France : leur biologie et comment s’en débarrasser

Kalotermes flavicollis & Reticulitermes lucifugus corsicus

Les termites sont des insectes se nourrissant principalement de la cellulose qui compose le bois. Dans la nature, les termites participent à la dégradation du bois mort. Les termites peuvent cependant poser problème lorsqu’ils envahissent une maison, s’attaquant aux poutres, aux meubles ou au bois de chauffage. Comment identifier et détecter les termites ? Comment se débarrasser des termites ? Réponses.

Qu’est-ce qu’un termite ?
Les termites sont des insectes car ils possèdent six pattes, deux antennes, un appareil buccal externe et les individus reproducteurs sont généralement pourvus d’ailes. La classification des termites est parfois sujette à débat, mais ces insectes sont généralement considérés comme appartenant à l’ordre des Dictyoptères (comme les blattes et mantes) et au sous-ordre des Isoptères.
On peut facilement les distinguer facilement des fourmis (qui elles appartiennent à l’ordre des Hyménoptères) par les séparations qui sont moins nettes entre la tête, le thorax et l’abdomen chez les termites.

Quelles espèces de termites sont présentes en France ?
En France, on trouve six espèces de termites (et une sous-espèce supplémentaire) appartenant aux genres Reticulitermes ou Kalotermes [1] [2].

  • Reticulitermes flavipes (=Reticulitermes santonensis), le termite de Saintonge (Ouest de la France jusqu’à Paris dans les habitations, les bacs à fleurs en bois, les arbres morts etc)
  • Reticulitermes grassei (Sud-Ouest de la France, Portugal et Espagne sauf Nord-Est)
  • Reticulitermes banyulensis, le termite de Banyuls (ouest du pourtour méditerranéen en France et Nord-Est de l’Espagne)
  • Reticulitermes lucifugus, le termite lucifuge(moitié est du littoral méditerranéen et Italie)
  • Reticulitermes lucifugus corsicus, le termite lucifuge corse (en Corse et Sardaigne)
  • Reticulitermes urbis (très localisée, Sud-Est de la France)
  • Kalotermes flavicollis, le termite à cou jaune (Sud de la France, Corse, Sud de l’Europe)

Photographies montrant les différences morphologiques entre Reticulitermes lucifugus corsicus et Kalotermes flavicollis. Le pronotum (avant du thorax) est plus large et avec des bords rectangulaires chez Kalotermes flavicollis alors qu’il est étroit et arrondi chez Reticulitermes lucifugus corsicus :

Deux ouvriers de Reticulitermes lucifugus corsicus à gauche avec un pronotum étroit aux bords ronds et Kalotermes flavicollis à droite qui possède un pronotom plus large et dont les bords sont droits. Photographiés de dessus en Corse. Mai 2016. Identification des termites.
 JPEG - 662 ko
Reticulitermes lucifugus corsicus vs Kalotermes flavicollis

Dans quel milieu vivent les termites que l’on rencontre en France et de quoi se nourrissent-ils ?
Le termite à cou jaune Kalotermes flavicollis est un termite du bois mort qui vit en petites colonies dans les souches et les branches des arbres mortes tombées au sol ou encore fixées sur l’arbre. On les trouve aussi dans les ceps des vignes. Ce termite ne pose généralement pas de problème et il est rare de le rencontrer dans les maisons.
Les termites du genre Reticulitermes sont souterrains, on les trouve sous le bois mort au sol, sous les pierres et dans le sol. Les Reticulitermes se nourrissent de bois mort et de bois dégradé. Les termites de ce genre forment de très grandes colonies qui s’installent parfois dans le bois des maisons et peuvent poser problème.

Photographie d’un nid de Reticulitermes lucifugus corsicus sous une pierre :

Les différentes salles d’une termitière visibles en beige sur fond brun après avoir déterré une grosse pierre qui abritait un nid de termites de l’espèce Reticulitermes lucifugus corsicus, dans le Sud de la Corse, en France. Mai 2016.
 JPEG - 877.5 ko
Termitière sous une pierre

Quel est le cycle de vie des termites ?
Après l’accouplement, le roi et la reine trouvent une cavité où fonder leur colonie. La reine pond des dizaines d’oeufs qui se développent en larves.
Les larves remplissent le rôle d’ouvrier, elles collectent la cellulose contenue dans le bois et la digèrent pour nourrir les jeunes larves et les autres individus de la colonie. Les larves ou "ouvriers" représentent environ 90% des individus d’une colonie. Les larves peuvent éventuellement se développer en soldats ou en nymphes.
Termites larves ou ouvriers Kalotermes flavicollis :

Un groupe de termites de l’espèce Kalotermes flavicollis se cachent dans leur nid creusé dans les branches d’un chêne mort. Ces termites sont blanches et beiges avec un large pronotum. Macrophotographie.
 JPEG - 585.6 ko
Termites Kalotermes flavicollis
Gros plan de face sur la tête d’un termite ouvrier de l’espèce Kalotermes flavicollis.
 JPEG - 492.4 ko
Termite Kalotermes flavicollis ouvrier

Les soldats se distinguent facilement des ouvriers par la couleur orangée de leur tête et par leurs grandes mandibules. Ils représentent environ 5% des individus d’une colonie. Les soldats défendent la colonie contre différents prédateurs comme les fourmis.
Photographies macro d’un termite soldat Kalotermes flavicollis :

Photo d’un soldat de termite de l’espèce Kalotermes flavicollis, photographié en gros plan de profil. Ce soldat termite a une tête orangée, des mandibules noires et un corps beige et blanc.
 JPEG - 563.4 ko
Termite soldat
Soldat termite vu de dessus. Il appartient à l’espèce Kalotermes flavicollis. On reconnait facilement les termites soldats à leurs grosses têtes orange et à leurs mandibules noires.
 JPEG - 488.2 ko
Termite soldat

Les 5% restants sont représentés par des nymphes qui se développeront en individus ailés (reproducteurs primaires) ou en individus reproducteurs incapables de volés, dits néoténiques (reproducteurs secondaires). Les premiers sont responsables de la dispersion des gènes de la colonie, ils s’envolent pour se reproduire et fonder d’autres colonies. Les seconds aident la reine d’origine à produire assez d’oeufs pour que la colonie s’agrandisse rapidement, et remplacent parfois la reine si celle-ci disparait [3].
Photographies macro de termites « volantes » ou « ailées », des individus reproducteurs qui essaiment pour s’accoupler avec des individus d’autres colonies et fonder leur propre termitière :

Un groupe de termites sexués, reproducteurs ailés appelés princes et princesses qui une fois fécondés formeront leurs propres colonies dont ils seront les rois et reines. Ces termites appartiennent à l’espèce Reticulitermes lucifugus corsicus, présente en Corse dans le sol.
 JPEG - 618.9 ko
Termites mâles et femelles reproducteurs
Termites ailés de l’espèce Reticulitermes lucifugus corsicus.
 JPEG - 646 ko
Futurs rois et reines termites

Les colonies ne dispersent pas uniquement leurs gènes grâce aux reproducteurs primaires : les colonies peuvent se diviser et donc se multiplier par "bouturage". Par exemple, lorsqu’une planche contenant un bout de colonie est déplacée par l’homme, les deux morceaux de la colonie peuvent survivre indépendamment grâce aux reproducteurs secondaires ! C’est de cette manière que le termite Reticulitermes flavipes a été introduit à Paris et dans de nombreuses autres villes.

Un termite soldat de l’espèce Kalotermes flavicollis dans du bois mort. Kalotermes flavicollis est une espèce de termite qui vit dans le bois mort sec et peu décomposé. Les soldat de Kalotermes flavicollis ont une tête orange et un corps beige et blanc avec un pronotom large avec des bords parallèles et de grandes mandibules noires.
 JPEG - 557.2 ko
Kalotermes flavicollis, termite soldat

Comment détecter les termites dans le bois des maisons ?
Les termites s’installent généralement dans le bois au contact du sol et de l’humidité. On les retrouve donc principalement dans les poutres et planchers mal isolés du sol. Il arrive cependant que les termites s’installent dans des poutres en hauteur lorsqu’ils ont accès à une source d’humidité (fuite d’eau, condensation, accès au toit ou à des points d’eau stagnante).
Les termites sont des insectes lucifuges : cela signifie qu’ils fuient la lumières. Il est donc peu probable que vous puissiez les observer hors de leurs galeries. Il est cependant possible de détecter les termites reproducteurs ailés, soit vivants lorsqu’ils essaiment, soit morts dans les toiles d’araignées ou au pied des fenêtres. On peut aussi parfois observer de petits tunnels construits par les termites pour relier différents morceaux de bois sans avoir à s’exposer à la lumière.
En cas d’absence d’indices, différentes techniques peuvent permettre de détecter les termites. La plus simple mais aussi la plus destructrice pour le bois de votre maison est d’utiliser un tournevis fin et d’essayer de l’enfoncer dans le bois. La présence de termites fragilise le bois et il est ainsi possible que le tournevis s’y enfonce, indiquant la présence de termites. Cette technique, en plus d’être peu fiable et d’abimer les boiseries, ne permet pas d’identifier l’insecte responsable des galeries car certains coléoptères sont également capables d’attaquer le bois et d’y creuser des galeries pour se nourrir [4].
Il est donc préférable d’utiliser d’autres méthodes non intrusives pour détecter les termites, comme la détection d’émissions de méthane ou la détection d’ondes sonores émises par les termites lorsqu’elles mangent le bois. Certains spécialistes proposent également d’utiliser des appâts à relever régulièrement pour détecter l’installation de termites.

Photos de termites larves ouvriers et soldats de l’espèce Reticulitermes lucifugus corsicus :

Un soldat, des larves et des ouvriers termites de l’espèce Reticulitermes lucifugus corsicus sont rassemblés dans les galeries de leur termitière, en Corse. Mai 2016, macrophotographie.
 JPEG - 557.1 ko
Reticulitermes lucifugus corsicus
Reticulitermes lucifugus corsicus, photo d’ouvriers, de larves et de soldats termites dans un nid de termites en Corse. Les Reticulitermes lucifugus corsicus ont un thorax étroit dont les bords sont arrondis.
 JPEG - 708.5 ko
Termites ouvriers et soldats

Photos d’un termite ouvrier de l’espèce Kalotermes flavicollis :

Un termite ouvrier de l’espèce Kalotermes flavicollis, des termites blanches et beiges qui vivent dans le bois mort souvent tombé au sol. Sur la photo, on voit un ouvrier photographié de dessus.
 JPEG - 558.2 ko
Termite

Comment se protéger et se débarrasser des termites ?

La prévention contre les termites repose tout d’abord sur l’inspection des bois de construction puis de ceux qui sont ramenés dans la maison. Dans les zones à risque, il convient d’inspecter soigneusement les planches et meubles avant de les intégrer à la maison.
D’autres règles simples sont également à mettre en place dans les zones à risques [5] :

  • Retirer les débris de bois et de carton à proximité directe de la maison pour ne pas faire un pont pour les termites entre la nature et la maison.
  • Assurer une ventilation suffisante autour des boiseries et des poutres pour éviter que l’humidité ne permette aux termites de s’installer dans la maison.
  • Ne pas laisser de bois au contact du sol, les escaliers en bois ou les tonnelles doivent être isolés du sol par du béton ou du métal.
  • Tailler la végétation à proximité de la maison pour éviter de rendre les murs humides et d’enrichir le sol en cellulose à proximité de la maison.
  • Nettoyer les gouttières pour que l’eau ne s’infiltre pas dans les poutres de la toiture, ce qui permettrait aux termites de s’y installer.
  • Dans les zones où les termites sont présents en forte densité, vous pouvez effectuer un traitement préventif contre les termites lors de la construction de la maison. Lors de la conception, veillez à ce que les éléments en bois ne soient pas au contact du sol. Différents types de feuilles métalliques ou plastiques permettent d’isoler les boiseries du sol et d’empêcher l’accès aux termites [6].

Pour se débarrasser des termites dans une maison, il est souvent préférable de commencer par demander plusieurs devis auprès de professionnels du traitement du bois et de l’extermination des termites. La méthode de traitement la plus efficace et la moins toxique pour les habitants de la maison et l’environnement semble être l’utilisation d’appâts empoisonnés à base de cellulose imprégnés d’insecticides aux effets lents comme l’hexaflumuron. Cet insecticide ne tue pas immédiatement les termites car il agit en perturbant la fabrication de la cuticule des termites. Cela laisse le temps aux termites ouvriers de contaminer leurs congénères lorsqu’ils échangent de la nourriture par trophallaxie, et permet souvent d’éliminer toute la colonie [7]. D’autres traitements insecticides peuvent être utilisés pour le contrôle des termites, renseignez-vous bien sur leurs dangers avant de les pulvériser dans votre maison ou de les injecter dans vos poutres.


Références et définitions

[1Kutnik M. & Bagnères A-G. (2005). Les termites : outils de détermination des espèces (cas des Reticulitermes en Europe). Bois et Forêts des Tropiques, n°283(1):81-90.

[2Clément J.-L., Bagnères A.-G., Uva P., Wilfert L., Quintana A., Reinhard J. & Dronnet S. (2001). Biosystematics of Reticulitermes termites in Europe : morphological, chemical and molecular data. Insectes Sociaux, 48:202-215.

[3Voir la page termites sur le site d’André Lecquet.

[4Guillaume M. (2001). Pour venir à bout des termites. Insectes n°121(2):16-18. PDF.

[5van den Meiracker K., Benson E.P. and Zungoli P.A. Clemson University Cooperative Extension Service. Subterranean termite control. Entomoogy Insect Information Series. PDF.

[6Lenz M. and Runko S. (1994). Protection of buildings, other structures and materials in ground contact from attack by subterranean termites (Isoptera) with a physical barrier - a fine mesh of high-grade stainless steel. Sociobiology 24 : 1-16.

[7Grace J. K. and Su N-Y. (2001). Evidence supporting the use of termite baiting systems for long-term structural protection. Sociobiology 37 : 301-310.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 492 / 2020400