MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Maculinea : Un papillon parasite les fourmis et dévore leurs larves !

Lepidoptera ; Maculinea arion

L'Azuré du Serpolet sur une fleur d'Origan

Les papillons de la famille des Lycénidés ont besoin d’interagir avec différents organismes pour accomplir leur cycle de développement complet. Leurs chenilles passent par un ou plusieurs stades phytophages, et par des stades myrmécophiles (des stades où elles sont en interaction étroite avec des fourmis).

Papillon parasite de fourmis du genre Myrmica

Parmi ces papillons, ceux du genre Maculinea sont particulièrement menacés et font l’objet d’un plan national d’action [1]. Ils sont généralement présents dans les pelouses sèches (un milieu riche en espèces rares et sensibles). Du fait de leurs exigences écologiques importantes, les papillons Maculinea sont utilisés comme « espèces parapluies » pour la protection des espèces qui partagent leur habitat [2].

Azuré du serpolet

Ces papillons sont très sensibles aux modifications qui impactent leurs habitats. Ces modifications sont pour la pluparts liées aux activités humaines. L’isolement des populations, ainsi que la fragmentation et l’abandon des pelouses sèches qui entraîne la fermeture du milieu [3], seraient les causes principales du déclin des populations observé chez plusieurs espèces.

Une des plantes hôtes des chenilles du papillon, l’origan commun :
Origanum vulgare, plante hôte de Maculinea arion

Tout ce qui a un impact négatif sur leurs fourmis ou leurs plantes hôtes, nécessaires au développement des larves des papillons, peut les affecter. Par exemple, les fauches effectuées pendant la période de floraison empêchent la ponte du papillon et le développement de la larve. Et une herbe trop rase peut faire fuir les fourmis hôtes. La disparition des plantes hôtes ou des fourmis hôtes est fatale au papillon.

Phengaris arion

L’azuré du serpolet, Maculinea arion ou Phengaris arion fait l’objet d’une protection renforcée (UICN, convention de Berne, listes rouges Européennes et Françaises). Ce papillon a besoin de deux hôtes pour finir son développement larvaire, l’adulte ne se nourrit que du nectar produit par quelques espèces de fleurs [4]. L’adulte pond ses œufs dans les bourgeons floraux de ses plantes hôtes, comme les Thyms du genre Thymus et l’origan Origanum vulgare. La chenille passe alors par quatre stades larvaires phytophages (elle se nourrit des corolles des fleurs) avant de se laisser tomber sur le sol. Une fois au sol, elle est incapable de se déplacer [5] : il faut qu’une fourmi hôte la rencontre et la ramène dans son nid.
Cycle de vie de l'Azuré du Serpolet

C’est à ce moment que le taux de survie est le plus faible : la dessication (mort par manque d’eau) et la prédation pèsent lourdement sur la survie des larves. Chez Maculinea alcon, la mortalité des larves est estimée à 85% [6]. Une fois dans la fourmilière, la larve de Maculinea arion se nourrit du couvain de la fourmilière et peut même être nourrie par les fourmis. Ce comportement de la part des fourmis serait dû à un mimétisme à la fois chimique [7] et acoustique. Les hydrocarbures cuticulaires de la larve du papillon sont proches de ceux des larves de fourmis et les chenilles émettent des stridulations proches de celles des reines de fourmis. Enfin, le papillon achève son développement et quitte la fourmilière au début de l’été suivant, après y être resté 10 mois [8].

Une fourmi de l’espèce Myrmica sabuleti, hôte de l’Azuré du Serpolet durant ses stades parasites :
Myrmica sabuleti, fourmi hôte de Maculinea arion

Maculinea arion peut se développer chez cinq espèces de fourmis différentes Myrmica sabuleti, Myrmica scabrinodis, Myrmica schencki, Myrmica lobicornis and Myrmica hellenica [9]. Mais l’hôte principal est de loin la fourmi Myrmica sabuleti.
Azuré du serpolet

Les fourmis Myrmica sabuleti jouent donc un rôle majeur dans le cycle du papillon. Cependant, les communautés de fourmis présentes sur les sites de ponte du papillon sont très mal connues alors qu’elles sont susceptibles d’influencer la répartition du papillon.

Les fourmis n’hébergent pas uniquement des larves de papillons : de nombreux insectes commensaux et parasites vivent dans leurs fourmilières. Pour Myrmica sabuleti par exemple, certains cloportes commensaux (photo ci-dessous) vivent dans leurs fourmilières, se nourrissant de leurs déchets. D’autres espèces de fourmis hébergent des guêpes parasites, desmouches parasites, des larves de coléoptères qui se nourrissent de larves de fourmis comme l’Azuré, de staphylins qui droguent les fourmis et de très nombreux autres insectes...

Myrmica sabuleti


Références et définitions

[1Dupont P. (2010). Plan national d’actions en faveur des Maculinea. Office pour les insectes et leur environnement-Ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, 138 p.

[2Spitzer L., Benes J., Dandova J., Jaskova V., & Konvicka M. 2009. The Large Blue butterfly, Phengaris [Maculinea] arion, as a conservation umbrella on a landscape scale : The case of the Czech Carpathians. Ecological Indicators, 9(6), 1056-1063 p.

[3Muller, S. 2002. Appropriate agricultural management practices required to ensure conservation and biodiversity of environmentally sensitive grassland sites designated under Natura 2000. Agriculture, ecosystems & environment, 89(3), 261-266 p.

[4Pauler R., Kaule G., Verhaagh M. & J. Settele. 1995. Untersuchungen zur Autökologie des Schwarzgefleckten Ameisenbläulings, Maculinea arion (Linnaeus, 1758) (Lepidoptera : Lycaenidae), in Südwestdeutschland. Nachr. Entomol. Ver. Apollo, N.F., 16 (2/3), 147-186 p.

[5Thomas J. A. 2002. Larval niche selection and evening exposure enhance adoption of a predacious social parasite, Maculinea arion (large blue butterfly), by Myrmica ants. Oecologia, vol. 132, no. 4, 531–537 p.

[6Als T.D., Nash D.R. & Boomsma J.J. 2001. Adoption of parasitic Maculinea alcon caterpillars (Lepidoptera : Lycaenidae) by three Myrmica ant species. Anim. Behav.62, 99-106 p.

[7Akino T., Knapp J. J., Thomas J. A., & Elmes G. W. 1999. Chemical mimicry and host specificity in the butterfly Maculinea rebeli, a social parasite of Myrmica ant colonies. Proceedings of the Royal Society of London. Series B : Biological Sciences, 266(1427), 1419-1426 p.

[8Thomas J. A., Simcox D. J., Wardlaw J. C., Elmes G. W., Hochberg M. E., & Clarke R. T. 1998. Effects of latitude, altitude and climate on the habitat and conservation of the endangered butterfly Maculinea arion and its Myrmica ant hosts. Journal of Insect Conservation, 2(1), 39-46 p.

[9Sielezniew M. 2010. Multiple host-ant use by the predatory social parasite Phengaris (=Maculinea) arion (Lepidoptera, Lycaenidae). Journal of Insect conservation. 14.2, 141-149 p.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 3677 / 2027830