MyrmecoFourmis.fr fourmis et insectes

Petits animaux, insectes


Cette rubrique contient tous les articles ne portant pas sur les fourmis ou sur les insectes liés aux fourmis. Lorsqu’il y a assez d’articles, ceux-ci sont regroupés par ordre. Il existe plusieurs ordres d’insectes en France, Suisse et Belgique : les Hyménoptères regroupent les bourdons, les guêpes, les abeilles et les frelons ; les Coléoptères regroupent de très nombreux insectes dont les coccinelles, les scarabées, les capricornes, les dytiques, etc... ; les Diptères forment également un des plus gros ordre, avec les mouches, les tipules, les taons, les syrphes et de nombreux autres ; les Lépidoptères sont les papillons ; les Odonates les demoiselles et libellules ; les Dictyoptères (Blattoptères, Mantoptères, Isoptères) regroupent les blattes ou cafards, les mantes et les termites ; les Orthoptères comprennent les criquets, sauterelles, courtillères et grillons ; les Hémiptères regroupent d’un côté les des punaises, réduves, gerris et nèpes (Hétéroptères), et de l’autre côté les pucerons, cochenilles, cigales, cicadelles et cercops ; les Trichoptères regroupent les porte-bois ou phryganes ; les Névroptères sont les chrysopes, les mantispes et les fourmilions ; les Mégaloptères et Raphidioptères sont moins nombreux et moins connus car ils sont assez rares ou vivent dans des milieux particuliers ; les Psocoptères et Thysanoptères sont très abondants mais petits et on les prend souvent pour des moucherons... enfin, les Phasmoptères sont si discrets en France qu’il est très difficile de les trouver !

Mais ce n’est pas tout, on ne rencontre pas que des insectes en fouillant le sol ou en soulevant les pierres : les Isopodes regroupent entre autres les cloportes et aselles ; les Myriapodes, eux, regroupent les scutigères qui s’infiltrent souvent dans les maisons, les mille-pattes ou iules, les gloméridés, les scolopendres et les Lithobie ; les Arachnides eux sont souvent les plus redoutés : scorpions, araignées, tiques, acariens et pseudoscorpions... ils n’ont rien pour plaire, à moins de s’y intéresser de plus près !

Enfin, vous croiserez peut-être quelques photos de mollusques, cladocères (les daphnies qui servent souvent de nourriture à poissons !), amphibiens et reptiles ! Bonne visite à vous.

Articles de cette rubrique


La punaise diabolique

D’où vient la punaise diabolique ? Que fait-elle au jardin et de quoi se nourrit-elle ? Voici toutes les réponses à vos questions sur cet insecte invasif de plus en plus présent en France...



Abeilles solitaires

La plupart des abeilles ne sont pas sociales et ne vivent pas dans des ruches. Près d’un millier d’espèces d’abeilles dites solitaires sont présentes en Europe. Ces abeilles, de formes, de tailles et de couleurs très variées participent à la pollinisation de nombreuses espèces de plantes. Voici un petit aperçu photographique de la diversité de ces abeilles dites solitaires.



Araignées ou punaises d’eau

Les "araignées" d’eau sont en fait des punaises (des Gerris) ! En répartissant leur poids sur leurs pattes très écartées, ces insectes flottent et chassent la moindre proie...



Pourquoi parle-t-on autant du moustique tigre ?

Qui est le moustique tigre ? Comment l’identifier ? Et surtout, pourquoi est-il aussi célèbre ? Vous trouverez ici les réponses aux principales questions qui portent sur le moustique tigre, Aedes albopictus.



Pourquoi les moustiques ne transmettent pas le VIH, le virus du SIDA ?

Les moustiques peuvent-ils transmettre le VIH, le virus responsable du SIDA ? Voici la réponse accompagnée de références scientifiques...



Comment les abeilles contrôlent-elles la température de la ruche ?

Comment les abeilles contrôlent la température de la ruche ? Les abeilles sont capables de maintenir la température de la ruche entre 32 et 36°C même quand il est fait plus chaud ou plus froid à l’extérieur. Voici comment.



Les polyxenidés : des mille-pattes très poilus

Connaissez-vous ces mille-pattes poilus ? Ils forment un ordre un peu particulier de petits diplopodes appartenant pour la plupart à la famille des polyxenidae (ou polyxenidés), et leur survie peut dépendre de leur étrange pilosité. Et oui, parfois ça ne tient qu’à un poil !



La chrysomèle de l’aulne, un coléoptère bleu métallique

La chrysomèle de l’aulne ou galéruque de l’aulne, Agelastica alni, est un coléoptère phytophage. Les adultes se nourrissent des feuilles d’aulnes, en creusant des trous, alors que les larves causent leurs brunissements car elles se contentent de racler le dessus des feuilles. Malgré sa couleur bleu métallisée singulière et la ponctuation dense de ses élytres, d’autres insectes lui ressemblent et il est difficile de correctement l’identifier.



Le gyrin ou tourniquet, un coléoptère nageur

Les gyrins ou tourniquets sont de petits coléoptères souvent noirs ou bruns de la famille des Gyrinidae qui chassent des proies à la surface de l’eau ou mangent de petits insectes morts. Ils flottent la plupart du temps, mais zigzaguent ou tournent sur eux-mêmes très rapidement lorsqu’ils sont dérangés. On les trouve partout en France, Suisse et Belgique sur les plans d’eaux calmes. Pour ne pas se faire dévorer par les animaux aquatiques ils possèdent une deuxième paire d’yeux composés sous leur corps et produisent des substances toxiques !



La guêpe à galles du chêne

Introduction à la biologie de la guêpe à galles du chêne Cynips quercusfolii illustrée par des macrophotographies de la galle et de ce parasite sur la plante hôte.



Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 6119130