MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


La chrysomèle de l’aulne, un coléoptère bleu métallique

Insecta, Coleoptera, Chrysomelidae, Agelastica alni

La chrysomèle de l’aulne ou galéruque de l’aulne, Agelastica alni, est un coléoptère phytophage. Les adultes se nourrissent des feuilles d’aulnes, en creusant des trous, alors que les larves causent leurs brunissements car elles se contentent de racler le dessus des feuilles. Malgré sa couleur bleu métallisée singulière et la ponctuation dense de ses élytres, d’autres insectes lui ressemblent et il est difficile de correctement l’identifier.

La chrysomèle de l’aulne ou galéruque de l’aulne glutineux, Agelastica alni, est un insecte de l’ordre des coléoptères (Coleoptera) et de la famille des chrysomèles (Chrysomelidae). Son corps est bleu avec des reflets métallisés, comme chez de nombreuses chrysomèles. On peut cependant le distinguer de la plupart des chrysomèles bleues comme Chrysolina coerulens qui ont généralement des ponctuations moins denses et en lignes sur leurs élytres. Pour la différencier d’autres coléoptères bleus de la famille des Chrysomelidae, dont certaines espèces que l’on trouve sur les aulnes comme Plagiosterna aenea, l’observation de la forme des bords du thorax, des antennes ou des pattes arrières est souvent nécessaire [1], mais peu de coléoptères ont une ponctuation aussi dense que la chrysomèle de l’aulne.

Photographie macro d’une chrysomèle de l’aulne Agelastica alni, observée au parc naturel du Pâtis à Meaux (Seine-et-Marne, Île-de-France), près de Paris :

Coléoptère bleu métallique sur une écorce d’arbre. Il s’agit d’Agelastica alni, un coléoptère de la famille des chrysomélidés, appelé chrysomèle de l’aulne ou galéruque de l’aulne.
 JPEG - 467.7 ko
Agelastica alni
Photo en milieu naturel de la chrysomèle de l’aulne, Agelastica alni. Parc naturel du Pâtis, Meaux, Seine-et-Marne, Île-de-France.
 JPEG - 478.7 ko
Chrysomèle de l’aulne
Photographie macro d’un mâle et d’une femelle du coléoptère bleu métallisé Agelastica alni ou chrysomèle de l’aulne. Ces chrysomelidae passent l’hiver à l’état adulte sous les écorces des aulnes.
 JPEG - 751.2 ko
Mâle et femelle d’Agelastica alni

Cette chrysomèle présente dans une grande partie de l’Europe se nourrit principalement des feuilles d’aulne glutineux (Alnus glutinosa), mais aussi parfois de feuilles de l’aulne blanc (Alnus incana) et du bouleau commun (Betula pendula) [2]. Mais ces arbres ne se laissent pas faire, ils disposent de protections contre les attaques de ces insectes [3], l’aulne glutineux produit par exemple des trichomes, sortes de gros poils à la surface des feuilles, qui compliquent la vie de notre insecte défoliateur [4].

Photographie macro de dessus sur fond blanc de la chrysomèle bleu de l’aulne, Agelastica alni. Il s’agit d’un coléoptère de la famille des chrysomelidae, au corps entièrement bleu métallisé avec de nombreuses ponctuations sur les élytres.
 JPEG - 193 ko
Chrysomèle de l’aulne
Photographie macro sur fond blanc de profil d’un coléoptère bleu aux élytres ponctué de l’espèce Agelastica alni, ou galéruque de l’aulne glutineux, aussi connue comme la chrysomèle de l’aulne. On voit des reflets bleus métalliques sur tout le corps.
 JPEG - 129 ko
Agelastica alni
Agelastica alni, coléoptère bleu métallique avec des reflets bleus ou violets et des élytres ponctuées. Photo macro sur fond blanc, vue de trois quart.
 JPEG - 182.4 ko
Agelastica alni, galéruque de l’aulne
Gros plan sur la tête d’Agelastica alni, la chrysomèle bleue de l’aulne à reflets métallisés. Coléoptère de la famille des Chrysomelidae.
 JPEG - 209.1 ko
Agelastica alni, coléoptère bleu métallique

Les adultes passent l’hiver à l’abri sous les écorces des arbres morts dans les forêts d’aulnes. Les mâles et les femelles peuvent se différencier, les mâles étant sensiblement plus petits que les femelles. Ils s’accouplent au printemps et les femelles pondent peu après des grappes d’oeufs jaunes sous les feuilles des aulnes [5]. Chaque femelle pourrait pondre plus de 600 oeufs en une seule saison. Bien sur, toutes n’arrivent pas à terme et nombreuses sont les larves qui serviront de nourriture aux oiseaux et chauve-souris. Les larves qui éclosent de ces oeufs ressemblent à des chenilles. Elles restent groupées et raclent la surface des feuilles qui deviennent brunes ou noires. Il arrive qu’elles percent parfois la feuille, même si ce type de dégâts est généralement imputable aux adultes, qui sont également phytophages. Après quelques semaines passées à dévorer les feuilles des aulnes, les larves s’enterrent dans le sol où elles se nymphosent. Elles sortent de terre à l’état adulte en automne et se nourrissent des dernières feuilles d’aulnes avant d’aller se cacher sous l’écorce des arbres... et le cycle biologique recommence [6] !


Références et définitions

[1Distinction de Plagiosterna aenea et de Agelastica alni sur le forum insecte.org.

[2Oleksyn J., Karolewski P., Giertych M. J., Zytkowiak R., Reich P. B. & Tjoelker M. G. (1998). Primary and secondary host plants differ in leaf‐level photosynthetic response to herbivory : evidence from Alnus and Betula grazed by the alder beetle, Agelastica alni. New Phytologist, 140(2), 239-249.

[3Voir Oleksyn et al. 1998.

[4Baur R., Binder S., & Benz G. (1991). Nonglandular leaf trichomes as short-term inducible defense of the grey alder, Alnus incana (L.), against the chrysomelid beetle, Agelastica alni L. Oecologia, 87(2), 219-226.

[5Oeufs de la chrysomèle de l’aulne sur le site d’A. Lequet

[6La chrysomèle de l’aulne sur le site de l’INRA

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 717 / 2024219