MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


La grenouille agile, Rana dalmatina

Amphibiens, Anoures, Ranidae, Rana dalmatina

La grenouille agile, Rana dalmatina, est une petite grenouille forestière de couleur beige ou brune. Elle se camoufle remarquablement bien sur le sol des forêts.

Où vit la grenouille agile ?

En Europe, la grenouille agile se rencontre du Nord de l’Espagne jusqu’au Sud de l’Allemagne et de l’Ouest de la France jusqu’en Iran. Elle est présente jusque dans le Sud de l’Italie et en Sicile. Cette grenouille se rencontre principalement en forêt et dans les bocages, et en particulier dans les prairies humides aux abords des forêts. Cette grenouille pond dans les eaux stagnantes ou à très faible débits, comme les mares, étangs et bassins de récupération d’eaux pluviales.

Pourquoi s’appelle-t-elle grenouille "agile" ?

Le nom vernaculaire de grenouille agile vient du fait que cette grenouille possède généralement de très longues pattes (même si d’autres critères devraient être privilégiés, voir ci-dessous). Ses longues pattes lui permettent de bondir très loin lorsqu’elle est dérangée, jusqu’à deux mètres en un seul bond [1].

Une grenouille agile photographiée dans un sous-bois de l’Ain, dans la réserve naturelle nationale du marais de Lavours, à Ceyzérieu :
La grenouille agile, Rana dalmatina

Quel est le cycle de vie de la grenouille agile ?

Les adultes s’accouplent à la fin du printemps. Le mâle se fixe sur le dos de la femelle jusqu’à ce que celle-ci ponde ses oeufs, qu’il féconde immédiatement. Parfois plusieurs mâles différents fécondent une même grappe d’oeufs [2]. Chaque femelle pond de quatre cent à plus de deux milliers d’oeufs en un unique tas [3]. Les têtards passent au moins deux mois dans l’eau, ou plus si la température est basse. Leurs pattes se développent lorsqu’ils sont encore dans l’eau, et ils sortent de leur mare pour aller conquérir la terre ferme. Les grenouilles agiles se nourrissent de petits invertébrés aquatiques et terrestres, principalement des araignées, mais aussi divers insectes, des vers, des limaces. De nombreuses larves d’insectes composent aussi leur menu habituel, et des traces de végétaux ont déjà été retrouvés dans leurs estomacs [4].

Comment identifier la grenouille agile ?

La grenouille agile possède des couleurs blanches, beiges et brunes. Elles se camouflent très bien parmi les feuilles mortes et dans la litière de la forêt.

Si la distinction avec les autres grenouilles est assez facile, il n’est pas aisé de différencier correctement la grenouille agile (Rana dalmatina) de la grenouille rousse (Rana temporaria). De nombreux documents très complets existent cependant sur le sujet et présentent de nombreux critères d’identification. Aussi Myrmecofourmis.fr vous propose de les consulter directement dans la section "références" disponible au bas de la page [5] [6].

Grenouille agile photographiée dans le Jura, au bord d’un chemin forestier :
Grenouille agile

Il est possible d’identifier la plupart des pontes de grenouilles agiles. Comme elle est une des seules grenouilles à pondre durant l’hiver (entre Décembre et Avril en fonction de la localité et de la température), il suffit de différencier ces pontes de celles des grenouilles rousses. Les pontes de la grenouille agile (Rana dalmatina) sont isolées les unes des autres, dans des eaux relativement profondes, et souvent complètement immergées en forme de boule. Les pontes de la grenouille rousse sont au contraire regroupées en tas de pontes collées les unes aux autres, étalées sur la végétation du bord des mares, là où l’eau est très peu profonde.

Photographie d’une ponte d’une grenouille agile (Rana dalmatina), dans une mare de Seine-et-Marne (Île-de-France) :

Photographie d’une ponte immergée d’oeufs de la grenouille agile (Rana dalmatina) dans une mare.
 JPEG - 651.4 ko
Les oeufs d’une ponte de grenouille agile, Rana dalmatina

Quelles sont les menaces qui pèsent sur la grenouille agile ?

La grenouille agile est une espèce protégée, la destruction de son habitat ainsi que la capture de ces grenouilles ou leur destruction est interdite et sévèrement punie.

En raison de son mode de vie forestier, c’est principalement la destruction de son habitat et la fragmentation des forêts qui posent problème aux populations de grenouilles agiles. La construction de routes [7], l’exploitation forestière intensive, l’assèchement ou le comblement des milieux... Autant d’interventions humains qui posent des problèmes aux amphibiens, qui ne peuvent pas se mélanger ni maintenir leur diversité génétique à un niveau suffisant pour que les populations soient viables au long terme. Les trames vertes et bleues, des zones boisées au bord des cours d’eau, pourraient permettre de restaurer la continuité des habitats de la grenouille agile [8].

Grenouille agile photographiée dans le massif du Jura :
Grenouille agile


Références et définitions

[1Diesener G., Wendler F. & Reichholf J. (1986) Batraciens et reptiles. France Loisirs. 292 pages.

[2Lode, T., HOLVECK, M. J., & Lesbarreres, D. (2005). Asynchronous arrival pattern, operational sex ratio and occurrence of multiple paternities in a territorial breeding anuran, Rana dalmatina. Biological Journal of the Linnean Society, 86(2), 191-200.

[3Ponsero, A., & Joly, P. (1998). Clutch size, egg survival and migration distance in the agile frog (Rana dalmatina) in a floodplain. Archiv fur Hydrobiologie, 142, 343-352.

[4Kovács, I., David, A., Ferenţi, S., & Dimancea, N. (2010). The food composition of two brown frog populations (Rana dalmatina and Rana temporaria) from Sălaj County, Romania. Biharean Biologist, 4(1).

[5Enquête sur les critères d’identification des grenouilles brunes :premiers résultats

[6Zumbach S. (2001) Critères de détermination Rana temporaria - Rana dalmatina. Centre de coordination pour la protection des reptiles et amphibiens suisses. Traduit par E. Morard (2007). 2 pages.

[7Hartel, T., Moga, C. I., Öllerer, K., & Puky, M. (2009). Spatial and temporal distribution of amphibian road mortality with a Rana dalmatina and Bufo bufo predominance along the middle section of the Târnava Mare basin, Romania. North-Western Journal of Zoology, 5(1), 130-141.

[8Hartel, T., Nemes, S., Cogălniceanu, D., Öllerer, K., Moga, C. I., Lesbarreres, D., & Demeter, L. (2009). Pond and landscape determinants of Rana dalmatina population sizes in a Romanian rural landscape. Acta Oecologica, 35(1), 53-59.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 215 / 2024222