MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Une mouche trait les pucerons, sa larve les dévore

Diptera ; Chamaemyiidae ; Leucopis sp

Leucopis sp
Cette petite mouche est parfaitement adaptée pour se nourrir de pucerons et de miellat : elle appartient au genre Leucopis. Les mouches adultes de ce genre se nourrissent de miellat de pucerons, qu’elles récupèrent un peu à la manière des fourmis, capables de traire les pucerons. La mouche se sert pour cela de ses deux pattes avant qu’elles applique rapidement sur l’arrière des pucerons. Il s’agit certainement d’un mimétisme comportemental : les pucerons ont évolué pour réagir à des stimuli produit par les fourmis qui touchent avec leurs antennes l’arrière de l’abdomen des pucerons. Lorsque le pucerons sent les antennes, il émet une goutte de miellat sucré. Cela lui permet d’attirer les fourmis qui le protègent par leur présence contre de nombreux prédateurs.

Photo de mouche du genre Leucopis
La mouche, elle, ne fournit aucune protection aux pucerons. Dès qu’une fourmi s’approche, elle s’en éloigne par un petit bon et continue à traire les pucerons sur une autre feuille. On peut remarquer sur ces macrophotographies la présence de plusieurs espèces de fourmis qui semblent se tolérer.
Deux fourmis effectuent une trophallaxie par erreur
Pire encore pour les pucerons, les larves des Leucopis sont des prédatrices et des reines du camouflage [1] ! En effet, lorsqu’ils se sentent attaqués par d’autres prédateurs comme les larves de coccinelles, les pucerons peuvent émettre des phéromones d’alerte pour prévenir les pucerons voisins de l’attaque. Ces derniers se déplacent alors pour éviter d’être dévorés à leur tour. Mais les larves de Leucopis, elles, se cachent et vivent au sein de la colonie de pucerons sans se faire repérer. Mieux, elles profitent même de la protection des fourmis aux yeux desquelles elles sont invisibles !
Photo détaillée d'une larve de Leucopis en train de dévorer un puceron
Il a déjà été démontré que ces mouches sont utilisables en agriculture biologiques et ce de manière efficace [2]. Et les scientifiques ont mis au point des méthodes d’élevage permettant de multiplier ces petites mouches en laboratoire avant de les relâcher sur les cultures [3] [4].


Références et définitions

[1Frechette, B., Larouche, F., & Lucas, E. (2008). Leucopis annulipes larvae (Diptera : Chamaemyiidae) use a furtive predation strategy within aphid colonies. European Journal of Entomology, 105(3).

[2Grubin, S. M., Ross, D. W., & Wallin, K. F. (2011). BIOLOGICAL CONTROL-PARASITOIDS AND PREDATORS-Prey Suitability and Phenology of Leucopis spp.(Diptera : Chamaemyiidae) Associated With Hemlock Woolly Adelgid (Hemiptera : Adelgidae) in the Pacific Northwest. Environmental Entomology, 40(6), 1410.

[3Gaimari, S. D., & Turner, W. J. (1996). Methods for rearing aphidophagous Leucopis spp.(Diptera : Chamaemyiidae). Journal of the Kansas Entomological Society, 363-369.

[4Gaimari, S. D. (1993). Comparative life histories and morphology of the immature stages of three Leucopis spp.(Diptera : Chamaemyiidae), and methods for rearing Leucopis (Doctoral dissertation, Washington State University).

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 1303 / 2027553