MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


L’araignée coccinelle, Eresus kollari

Arachnida ; Eresidae ; Eresus kollari

L’araignée coccinelle, Eresus kollari [1] [2] est une espèce d’araignée de la famille des Eresidae que l’on rencontre partout en France mais de manière très localisée, en particulier aux abords de Toulouse et dans les Alpes (massif du Queyras), mais aussi dans le Var, la Drôme, le Gard, et autres régions du Sud...
Cette espèce vit en effet dans la garrigue et les pelouses sèches, sur des terrains sablonneux ou caillouteux très exposés au soleil. Elle aime particulièrement les landes à callunes avec peu de litière au sol. Cette araignée et son habitat sont actuellement en déclin en France [3]. Des mesures de gestions comme la fauche, la suppression de la couche de litière et le brulis pourraient permettre de protéger l’habitat de l’araignée coccinelle [4].

Vue de profil du céphalothorax bombé de Eresus kollari.
 JPEG - 92 ko
Araignée coccinelle

Malgré sa ressemblance avec les araignées sauteuses ou Salticidae, Eresus kollari appartient à une famille bien distincte. Elle capture cependant les insectes de la même manière que les Salticidae, sans utiliser de toîle, en capturant ce qui passent à sa portée.

Eresus kollari mâle, avec ses quatres points noirs sur son abdomen orange.
 JPEG - 129.2 ko
Araignée coccinelle

Seuls les mâles adultes sont colorés. Les pattes avant sont noires avec quelques soies [5] blanches au niveau des articulations. Le céphalothorax (la tête et le thorax chez les araignées) est bombé en avant et entièrement noir, contrairement à l’abdomen et aux pattes arrières qui sont rouges ou orangées, avec quelques soies noires et blanches. Les couleurs peuvent varier en fonction des localités. Le signe distinctif remarquable chez cette espèce est la présence de quatre points noirs (plus rarement trois, en Corse et en Sardaigne ou une seule tache) sur l’abdomen, qui donnent au mâle une apparence de grosse coccinelle poilue !
Les femelles sont entièrement noires et presque deux fois plus grandes que les mâles. Elles possèdent uniquement des soies noires ou parfois grisâtres.

L’araignée coccinelle vue de dessus. On voit bien les anneaux de soies blanches au niveau des articulations des pattes, ainsi que les quatre taches orangées sur l’abdomen de l’araignée.
 JPEG - 175.7 ko
Eresus kollari

Si les femelles sont sédentaires (elles creusent un trou dans le sol qu’elles tapissent de toîles), ont peut facilement trouver les mâles qui déambulent à la recherche de femelles au début et à la fin de l’été.

Un mâle d’araignée coccinelle de face, avec ses impressionnantes chélicères.
 JPEG - 95.5 ko
Eresus kollari

Comme toutes les araignées, Eresus kollari possèdent des crochets, à l’extrémité des chélicères, à travers lesquels l’araignée peut injecter un venin dans sa proie. Malgré la forte agressivité de cette araignée et la présence de couleurs très vives chez le mâle (aposématisme), il est peu probable que sa morsure (les araignées ne font pas de piqûres, elles mordent) soit un danger pour l’homme. Le plus sage reste tout de même de ne pas la saisir entre les doigts.

Vidéo d’une araignée coccinelle mâle très agressive (dérangée par notre brindille) qui écarte les chélicères et fait vibrer son abdomen !


Références et définitions

[1Synonyme de Eresus niger et Eresus cinnaberinus, mais on rencontre également E. sandaliatus en particulier en Angleterre.

[2ŘEzáč, M., Pekár, S., & Johannesen, J. (2008). Taxonomic review and phylogenetic analysis of central European Eresus species (Araneae : Eresidae). Zoologica Scripta, 37(3), 263-287.

[3Johannesen, J., & Veith, M. (2001). Population history of Eresus cinnaberinus (Araneae : Eresidae) colour variants at a putative species transition. Heredity, 87(1), 114-124.

[4Krause, R. H., Buse, J., Matern, A., Schröder, B., Härdtle, W., & Assmann, T. (2011). Eresus kollari (Araneae : Eresidae) calls for heathland management. Journal of Arachnology, 39(3), 384-392.

[5En science, les poils sont appelés des soies chez les arthropodes.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 2658 / 2017440