MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


La grenouille rousse, Rana temporaria

Amphibiens, Anoures, Ranidae, Rana temporaria

La grenouille rousse, Rana temporaria est une jolie grenouille de couleur brune et beige présente en milieu forestier. Cette espèce se rencontre parfois dans nos jardins si elle y trouve un peu d’humidité.

Où vit la grenouille rousse ?

  • Répartition : la grenouille rousse a une répartition très large en Europe. Ses populations s’étendent du Nord de l’Espagne jusqu’à la Sibérie, la Grèce et la Bulgarie. On la rencontre en plaine ou en montagne jusqu’à 2700 mètres d’altitude.
  • Plasticité phénotypique et développement : Dans les populations les plus au Sud, ou les mares s’assèchent parfois très rapidement, les têtards sont capables de se développer plus vite pour être prêts à mener une vie terrestre lorsque l’eau viendra à manquer. Les mêmes têtards se développeraient plus lentement s’il y avait assez d’eau. La différence de vitesse de développement ne dépend donc pas seulement des gènes, mais aussi de l’environnement. Ce phénomène est qualifié de plasticité phénotypique.
  • Habitat et écologie : la grenouille rousse vit dans de nombreux milieux forestiers ou à proximité des forêts et zones humides. On la trouve dans les forêts de conifères et de feuillus, mais également dans la toundra et les steppes. Elle s’aventure parfois jusque dans les champs et jardins des particuliers, dans les parcs et même en milieu urbain où il arrive qu’elle se reproduise. La grenouille rousse pond ses oeufs dans de nombreux types de retenues d’eau, comme les mares permanentes ou temporaires, les lacs, les étangs et les rivières à faible courant [1].

Quel est le cycle de vie de la grenouille rousse ?

Au début du printemps, les mâles et femelles rejoignent massivement les sites de reproduction (lacs, mares,...). Les mâles chantent pour attirer les femelles, puis s’agrippent fortement à elles jusqu’à ce qu’elles pondent leurs oeufs. On dit alors que le mâle et la femelle forment un amplexus. La fécondation est externe : lorsque la femelle pond ses oeufs, le mâle les fertilise au fur et à mesure. La femelle pond plusieurs centaines d’oeufs en un unique tas, sur le fond de l’eau ou sur des plantes flottantes. Lorsque les oeufs éclosent, les têtards se nourrissent de microoragnismes, d’algues et de végétaux en décomposition. Après plusieurs semaines, ils développent de petites pattes qui leur permettent de quitter le milieu aquatique et de conquérir la terre ferme.
Les jeunes grenouilles (parfois appelées grenouillettes) possèdent souvent encore un reste de leur queue de têtard. Elles se nourrissent principalement de petits invertébrés dépourvus d’ailes (qualifiés d’aptères), comme les collemboles ou les acariens, ainsi que d’autres insectes trouvés au sol [2].
Les grenouilles rousses adultes se nourriraient principalement d’insectes, en particulier de ceux de l’ordre des coléoptères, mais aussi d’araignées et de nombreux petits invertébrés [3].

Photographie d’une grenouille rousse, Rana temporaria, observée au jardin partagé et écologique "Le semis urbain" du centre Maurice Ravel, à Paris :
Grenouille rousse

Comment identifier la grenouille rousse ?

Si la distinction entre la grenouille rousse et les crapauds et la plupart des autres grenouilles est assez facile, il n’est pas aisé de différencier correctement la grenouille rousse (Rana temporaria) de la grenouille agile (Rana dalmatina). La documentation sur ce sujet est cependant très complète et il existe de nombreux critères d’identification. Il ne serait pas utile que Myrmecofourmis.fr propose un résumé des critères. Nous vous proposons donc de les consulter directement dans la section "références" disponible au bas de la page [4] [5].

Il est également possible d’identifier certaines pontes de la grenouille rousse. Les pontes ont généralement lieu en hiver entre le mois de Décembre et d’Avril en fonction de la température et donc aussi de la localité. On peut trouver en montagne des pontes fraiches jusqu’au mois de Juin. Les pontes de la grenouille rousse (Rana temporaria) sont posées sur le sol des bords de mares peu profonds, en tas, collées les unes aux autres. Celles de la grenouille agile sont au contraire isolées les unes des autres, sont généralement dans des zones plus profondes. Les pontes de la grenouille agile sont aussi souvent complètement immergées durant les premiers jours.

Photos d’oeufs et de pontes de la grenouille rousse, Rana temporaria, dans une mare (Seine-et-Marne, Île-de-France) :

Photographie en gros plan d’une ponte de grenouille rousse (Rana temporaria) dans une mare.
 JPEG - 628.4 ko
Oeufs de grenouilles rousses, Rana temporaria
Plusieurs tas d’oeufs issus d’une ponte de grenouilles rousses (Rana temporaria), dans une mare. Les pontes sont posées sur le fond de la mare dans les zones peu profondes, collées les unes aux autres.
 JPEG - 922.2 ko
Pontes de grenouilles rousses, Rana temporaria (oeufs)

Photos d’oeufs et de pontes de Rana temporaria, la grenouille rousse, au mois de Juin 2016 à 2000 mètres d’altitude, dans les Alpes, au col de Chésery (frontière France-Suisse) :

Photographie de tas d’oeufs de grenouilles rousses dans un ruisseau formé par la fonte des névés. Les oeufs appartiennent à la grenouille rousse Rana temporaria. Montagne, France, Alpes, col de Chésery.
 JPEG - 559.9 ko
Ponte de grenouille rousse en montagne, sous la glace

Quelles sont les menaces qui pèsent sur les grenouilles rousses ?

La construction d’autoroutes et de routes a pour effet d’isoler les populations [6]. Cette isolation a pour conséquence d’augmenter la consanguinité des différentes populations de grenouilles, ce qui pourrait au long terme menacer la pérennité de certaines populations [7] [8].

Les populations de grenouilles rousses souffrent aussi de l’utilisation d’engrais et de fertilisants dans les champs [9].

Bien que la consommation de cette grenouille ne soit pas interdite (seulement dans un cadre strictement personnel) par la loi française [10], sa chasse devrait être déconseillée en raison de l’impact sur les populations de grenouilles rousses et des confusions possibles avec la grenouille agile. La grenouille rousse est de plus citée en annexe V de la Directive Habitats [11] elle pond donc faire l’objet de mesures de protections locales. Elle est également inscrite en Annexe III de la Convention de Berne comme étant une espèce protégée [12]


Références et définitions

[1Ecologie de la grenouille rousse sur le site de l’UICN

[2Vignes, J. C. (1995). Résultats preliminaires sur l’alimentation naturelle de la Grenouille Rousse," Rana temporaria" L. a l’emergence. Munibe Ciencias Naturales. Natur zientziak, (47), 107-110.

[3Kovács, I., David, A., Ferenţi, S., & Dimancea, N. (2010). The food composition of two brown frog populations (Rana dalmatina and Rana temporaria) from Sălaj County, Romania. Biharean Biologist, 4(1).

[4Enquête sur les critères d’identification des grenouilles brunes :premiers résultats

[5Zumbach S. (2001) Critères de détermination Rana temporaria - Rana dalmatina. Centre de coordination pour la protection des reptiles et amphibiens suisses. Traduit par E. Morard (2007). 2 pages.

[6Reh, W., & Seitz, A. (1990). The influence of land use on the genetic structure of populations of the common frog Rana temporaria. Biological Conservation, 54(3), 239-249.

[7Johansson, M., Primmer, C. R., & Merilä, J. (2007). Does habitat fragmentation reduce fitness and adaptability ? A case study of the common frog (Rana temporaria). Molecular Ecology, 16(13), 2693-2700.

[8Hitchings, S. P., & Beebee, T. J. (1997). Genetic substructuring as a result of barriers to gene flow in urban Rana temporaria (common frog) populations : implications for biodiversity conservation. Heredity, 79(2), 117-127.

[9Oldham, R. S., Latham, D. M., Hilton-Brown, D., Towns, M., Cooke, A. S., & Burn, A. (1997). The effect of ammonium nitrate fertiliser on frog (Rana temporaria) survival. Agriculture, ecosystems & environment, 61(1), 69-74.

[10Article 5 de l’arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection.

[11Directive Habitats 2007 - Annexe V - Espèces animales et végétales d’intérêt communautaire dont le prélèvement dans la nature et l’exploitation sont susceptibles de faire l’objet de mesures de gestions.

[12Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (Convention de Berne) : Annexe III.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 344 / 2024222