MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Les Ichneumons, famille des Ichneumonidae

Insecta, Hymenoptera, Ichneumonidae

Voici une famille de guêpes solitaires parasites particulièrement vaste et complexe tant du point de la taxonomie que des comportements parasitaires. Certains sont capables de détecter leurs hôtes à travers d’épaisses parois et de percer plusieurs centimètres de bois pour pondre leurs larves directement dans le corps du malheureux insecte hôte...

Les guêpes solitaires de la famille des Ichneumonidae sont extrêmement diversifiées. Certains spécialistes estiment qu’il existerait près de 100 000 espèces d’Ichneumonidae [1] dont 25 000 ont déjà été décrites ! Toutes ces espèces sont parasites ou parasitoïdes, et la diversité du groupe se reflète dans la diversité des hôtes. Les Ichneumonidae parasitent en effet des insectes et arachnides très variés : araignées, pseudoscorpions, chenilles, coléoptères, mouches, hyménoptères, trichoptères, neuroptères, raphidioptères, mouche-scorpions,... la plupart des ordres d’insectes peuvent être parasités par des ichneumons [2] [3].

Parmi les Ichneumonidae aux modes de vie les plus bizarres, on trouve ceux parasites des araignées : la femelle ichneumon pond ses oeufs dans le sac d’oeuf d’une araignée, et les larves qui éclosent se fixent au dos des araignées et sucent leur hémolymphe (le sang des insectes) jusqu’à ce que l’araignée de meure d’épuisement. Il existe également un genre d’Ichneumonidae, le genre Agriotypus, chez qui les femelles parasitent les larves des trichoptères qui sont aquatiques. Pour cela, elles s’accrochent solidement à un support en bord d’eau, une pierre ou une tige de plante aquatique par exemple, et rampent jusqu’au fourreau de la larve de trichoptère. Une fois qu’elles ont trouvé une larve d’une espèce de trichoptère hôte, elles percent son fourreau et pondent un oeuf à l’intérieur de celui-ci. La larve d’Ichneumonidae, une fois sortie de l’oeuf, se nourrit de la larve de trichoptère sans la tuer immédiatement. Elle attend d’être presque entièrement développée pour finir de consommer son hôte. Une fois le repas terminé, la larve de l’Agriotypus tisse un bouchon pour rendre le tube étanche et construit un long ruban de soie qu’elle pousse hors de son abri. Ce ruban, long de plusieurs centimètres, possèderait une structure particulière qui permettrait à la larve de remplir le fourreau d’air respirable [4] ! Pour sortir de l’eau et commencer leur vie aérienne, ces étranges guêpes semi-aquatiques se contentent de découper le bouchon du fourreau et de se laisser entrainer par la bulle d’air formée dans leur cocon jusqu’à la surface [5] [6]. Un cycle semi-aquatique similaire est observé chez d’autres ichneumons du genre Tanychela, parasites de chenilles aquatiques de la famille des pyrales [7].

Un autre fait étonnant pour les scientifiques qui étudient cette famille, est d’avoir trouvé une plus grande diversité chez ce groupe en milieu tempéré qu’en milieu tropical. Ce résultat très inhabituel (pour presque tous les groupes animaux et végétaux, la diversité augmente en milieu tropical) a cependant été réfuté [8]. Il provenait certainement du fait que les Ichneumonidae des régions tempérées ont été mieux étudiés que les régions tropicales jusqu’à maintenant.

  • Lymantrichneumon disparis [9], un ichneumon orange noir brun et jaune parasite de la chenille du Bombyx disparate (Lymantria dispar), un papillon invasif. Photographié dans la forêt de Ferrières (Seine-et-Marne, Île-de-France) :
    Photographie macro d’un  Lymantrichneumon disparis Poda, 1761hivernant sous l’écorce d’un tronc d’arbre tombé au sol. Forêt de Ferrières, Seine-et-Marne, Île-de-France. Parasite du bombyx disparate, Lymantria dispar.
 JPEG - 520.8 ko
    Lymantrichneumon disparis
    Macrophotographie de Lymantrichneumon disparis de face sur fond blanc. Cet hyménoptère jaune noir orange et brun parasite des chenilles invasives du bombyx disparate, Lymantria dispar.
 JPEG - 115 ko
    Lymantrichneumon disparis
    Photographie macro sur fond blanc de profil d’un Hyménoptère de la famille des Ichneumonidae et de l’espèce Lymantrichneumon disparis. Cet hyménoptère orange, jaune, rouge brique ou roux et noir avec des ailes fumées est parasite de la chenille du bombyx disparate.
 JPEG - 157.1 ko
    Lymantrichneumon disparis
    Lymantrichneumon disparis photographié en macro de dessus sur fond blanc. Il s’agit d’un hyménoptère de la famille des Ichneumonidae ou ichneumons. Il est de couleur jaune, noire, rouge ou brun avec des ailes fumées teintées de orange. Cet insecte parasite les chenilles de Lymantria dispar, le bombyx disparate.
 JPEG - 136.1 ko
    Lymantrichneumon disparis

    Vidéo d’un Lymantrichneumon disparis pendant la séance photo (il a ensuite été relâché) :

  • Ichneumon crassifemur [10], un Ichneumon noir à pattes rousses et aux antennes annelées dans blanc. Photographié dans la forêt de Ferrières (Seine-et-Marne, Île-de-France) :
    Macrophotographie sur fond blanc, hyménoptère noir de la famille des ichneumonidae et de l’espèce Ichneumon crassifemur, aux pattes noires avec des bandes jaunes et aux antennes annelées de blanc.
 JPEG - 126.1 ko
    Ichneumon crassifemur
    Macrophotographie sur fond blanc de profil d’un Hyménoptère, Ichneumonidae de l’espèce Ichneumon crassifemur. Cette guêpe solitaire noir possède des anneaux blancs et jaunes sur les pattes et les antennes.
 JPEG - 106.1 ko
    Ichneumon crassifemur
    Macrophotographie sur fond blanc, vue de dessus, de Ichneumon crassifemur, un Hymenopètre de la famille des Ichneumonidae, au corps noir et jaune (pattes et antennes annelées).
 JPEG - 162.2 ko
    Ichneumon crassifemur
  • Ichneumon inquinatus [11], une autre guêpe solitaire de la famille des Ichneumonidae. Noir avec des bandes jaunes sur les pattes et un anneau blanc ou jaune sur les antennes. Photographié dans la forêt de Ferrières (Seine-et-Marne, Île-de-France) :
    Photographie macro sur fond blanc, corps noir, antennes annelées de jaune ou de blanc et pattes arrières rousses.
 JPEG - 118 ko
    Ichneumon inquinatus
    Photographie macro vue de dessus de l’espèce d’Ichneumonidae (Hymenoptera, guêpe solitaire) Ichneumon inquinatus. Cet hyménoptère est noir aux pattes rousses.
 JPEG - 123.4 ko
    Ichneumon inquinatus
    Photographie macro sur fond blanc d’un Ichneumon inquinatus (Hymenoptera, Ichneumonidae). Les antennes sont annelées de blanc, mais les pattes sont couvertes de taches rousses mal délimitées.
 JPEG - 159 ko
    Ichneumon inquinatus
  • Polysphincta sp., une guêpe ectoparasite parasite d’araignées. La femelle pond ses oeufs dans le sac d’oeufs de l’araignée, les larves de l’Ichneumonidae se fixent au dos des araignées et prélèvent leur hémolymphe jusqu’à la mort de l’araignée. Elles tissent ensuite un cocon sur la toile de l’araignée. L’individu mort photographié ci-dessous a été récoltée sur une araignée de la famille des Tetragnathidae à Toulouse (Haute-Garonne, Midi-Pyrénées) à l’état de larve, puis élevé et mis en collection :
    Ichneumon parasite
 JPEG - 85.3 ko
    Polysphincta parasite d’araignées
    Pimplinae parasite d’aignées
 JPEG - 136.5 ko
    Adulte de larve blanche parasite d’araignées
    Photographie d’une guêpe parasite d’araignées dans une collection d’entomologie. Polysphincta sp est une petite guêpe de la famille des ichneumonidae, cet insecte vit fixé sur les araignées lorsqu’il est à l’état larvaire.
 JPEG - 104.5 ko
    Guêpe parasite d’araignée
  • Bathytrix fragilis [12], un ichneumonidae de la sous-famille des Cryptinae, parasite de guêpes maçonnes (Eumenidae).
    Bathytrix fragilis, un Ichneumonidae de la sous-famille des cryptinae, de face sur fond blanc (macrophotographie).
 JPEG - 116.9 ko
    Bathytrix fragilis
    Bathytrix fragilis, un hyménoptère (guêpe solitaire) de la famille des Ichneumonidae ou ichneumons. Noir avec des tergites oranges et des pattes fines orangées. Il s’agit d’une femelle avec son ovipositeur qui dépasse de l’abdomen.
 JPEG - 167.5 ko
    Bathytrix fragilis
    Photographie macro de profil de Bathytrix fragilis, un hyménoptère de la famille des ichneumons. Corps noir avec des bandes oranges sur l’abdomen, pattes orangées et jaunes, antennes brunes ou oranges à la base. Photo sur fond blanc.
 JPEG - 172.4 ko
    Bathytrix fragilis
  • Perithous sp, un Ichneumonidae de la sous-famille des Pimplinae. On les rencontre souvent sur les abris à insectes où ils inspectent un à un les trous et brindilles creuses. Ils sont à la recherche de logettes d’abeilles solitaires à parasiter. Lorsque les femelles ont repéré la logette d’un hôte potentiel, elles replient leur long ovipositeur sous leur corps : celui-ci est tellement long qu’il dépasse la tête de l’insecte ! Les femelles de ce genre peuvent donc pondre leurs oeufs tout en voyant ou en "sentant" ce qu’elles font avec leurs antennes...
    Guêpe solitaire de la famille des Ichneumonidae et de la sous-famille des Pimplinae. Macrophotographie sur une nichoir ou hotel à insecte. L’insecte possède un thorax rouge, un abdomen noir et des bandes et des anneaux blancs. C’est une femelle qui possède un très long ovipositeur qui ressemble à un "dard".
 JPEG - 454 ko
    Perithous sp femelle
  • Diphyus sp, un bel insecte jaune orange et noir. Comme on le voit sur cette photo, une fois adultes, les Ichneumonidae ne sont plus parasites mais s’alimentent en nectar et pollen sur les fleurs. Certains Diphyus sont connus pour être parasites de papillons de la famille des Noctuidae [13].
    Photographie macro d’un hyménoptère Ichneumonidae du genre Diphyus. Cet insecte est noir avec des bandes jaunes sur les pattes et oranges sur l’abdomen. Photo sur une fleur.
 JPEG - 550.6 ko
    Diphyus sp
    Photographie d’un hyménoptère de la famille des Ichneumonidae et du genre Diphyus. Macrophotographie sur une fleur blanche. Ichneumonidae noir à pattes jaunes et à abdomen noir et jaunes orangé.
 JPEG - 624.5 ko
    Diphyus sp

Références et définitions

[1Gauld, I.D. (2002). The family Ichneumonidae. In : Gauld, I., Godoy,C., Ugalde, J. & Sithole, R. The Ichneumonidae of Costa Rica, 4. Memoirs of the American Entomological Institute, 66 : 1-768.

[2Gauld I. D. (1988). Evolutionary patterns of host utilization by ichneumonoid parasitoids (Hymenoptera : Ichneumonidae and Braconidae). Biological Journal of the Linnean Society, 35(4), 351-377.

[3Un très bon résumé de la bibliographie sur la biologie des Ichneumonidae est disponible en anglais sur le site de l’Institut Américain d’Entomologie

[4D’après certains auteurs, elle ne servirait cependant qu’à la fixation du fourreau ou pour indiquer que le fourreau est déjà parasité, voir Grenier (1970) p347.

[5Elliott J. M. (1982). The life cycle and spatial distribution of the aquatic parasitoid Agriotypus armatus (Hymenoptera : Agriotypidae) and its caddis host Silo pallipes (Trichoptera : Goeridae). The Journal of Animal Ecology, 923-941.

[6Grenier S. (1970). Biologie d’Agriotypus armatus Curtis (Hymenoptera : Agriotypidae), parasite de nymphes de Trichopteres. In Annales de Limnologie, 6(3) 317:361. EDP Sciences.

[7Resh V.H. & Jamieson W. (1988.) Parasitism of the aquatic moth Petrophila confusalis (Lepidoptera : Pyralidae) by the aquatic wasp Tanychela pilosa (Hymenoptera : Ichneumonidae). Entomological News, 99 : 185-188.

[8Veijalaine, A., Wahlberg N., Broad G. R., Erwin T. L., Longino J. T. & Sääksjärvi I. E. (2012). Unprecedented ichneumonid parasitoid wasp diversity in tropical forests. Proceedings of the Royal Society of London B : Biological Sciences, 279(1748), 4694-4698.

[9Identification J.Valemberg, Société Entomologique du Nord de la France.

[10Identification J.Valemberg.

[11Identification J.Valemberg.

[12Identification M. Schwarz via A. Ramel.

[13Hächler M. (1992). The turnip moth Agrotis segetum D. & Sch.(Lepidoptera, Noctuidae), pest of large-scale cultivation and market gardening. Observations in French-speaking Switzerland. Revue Suisse de Viticulture, d’Arboriculture et d’Horticulture, 24(5), 261-267.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 1657 / 2027838