MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Les Japygidae - pas vraiment des insectes, mais pas vraiment loin non plus

Hexapodes ; Diploures ; Japygidae

Ce ne sont pas de vrais "insectes". Que leur manque-t-il pour rentrer dans la meme case que les papillons, les abeilles ou les coléoptères ? Des ailes. Ils en sont dépourvus : les ailes sont apparues plus tard au cours de l’évolution...

Lorsque l’on essaye de fournir une définition de ce qu’est un insecte, on mentionne souvent les six paires de pattes, les deux antennes, les yeux composés, le corps en trois partie, le squelette externe,... mais on oublie tout aussi souvent de préciser que pour obtenir la mention "insecte" il faut avoir des ailes.

Macrophotographie sur fond de bois mort au bois de la Feyssine à Lyon (Rhône). On distingue un hexapode de la famille des Japygidae et de l’ordre des diploures. Son corps blanc trahit son mode de vie sous-terrain. Il possède également des cerques similaires à ceux des perce-oreilles à l’arrière du corps.
 JPEG - 316.2 ko
Japygidae sur du bois mort

Et si l’on possède tout sauf les ailes ? Pour les petites bestioles à six pattes qui restent clouées au sol, on parle de collemboles, de diploures ou de protoures. Ces ordres appartiennent à la classe des Entognathes (leurs pièces buccales sont orientées vers l’intérieur de la tête), alors que les ordres d’insectes appartiennent à la classe des Ectognathes (ou tout simplement des insectes). Les Entognathes et les Ectognathes sont regroupés au sein du sous-phyllum des Hexapodes (6 paires de pattes).

Macrophotographie d’un hexapode de l’ordre des diploures (Diplura) et de la famille des Japygidae, photographié sur du sable sous des dalles de l’Université Claude Bernard Lyon 1.
 JPEG - 532.8 ko
Japygidae sur sable

Et ça, les diploures de la famille des Japygidae s’en fichent royalement. Ils ne possèdent pas d’ailes et on ne voit même pas leurs pièces buccales. Pire encore, pour semer le doute, ils possèdent à l’arrière de leur abdomen une paire de cerques similaire à ceux des perce-oreilles ! Mais au moins, ils sont faciles à reconnaître. Leur corps est extrêmement plat (ils vivent sous l’écorce des arbres morts et dans le bois au sol, dans la terre sous les pierres, on les trouve aussi parfois dans les fourmilières), complètement blanc et dépourvus d’yeux (ils ne voient jamais la lumière du jour) et se termine donc par une paire de cerques généralement jaunes orangés. On peut aussi noter les longues antennes souvent présentes chez les animaux vivant sous terre, dans la litière ou dans les grottes, et qui servent à l’orientation dans le noir.

Diploure (Diplura) de la famille des Japygidae. On voit bien le corps blanc et dépourvus d’yeux et d’ailes. Macrophotographie sur fond de bois mort au bois de la Feyssine à Lyon (Rhône).
 JPEG - 274.2 ko
Japygidae, gros plan sur la tête

Le mode de vie et le régime alimentaire de ces étranges bestioles est assez mal connu, mais les scientifiques supposent que la plupart des Japygidae sont des prédateurs d’autres invertébrés du sol [1] [2].


Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 360 / 2017440