MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


E120 ou rouge carmin : vous mangez des cochenilles broyées

Insecta ; Hemiptera ; Dactylopiidae ; Dactylopius coccus - Colorant E120, Acide carminique, rouge carmin, rouge cochenille.

Le colorant E120, aussi appelé rouge carmin ou rouge cochenille, provient d’insectes proches des pucerons et appelés cochenilles. Fixées aux cactus péruviens, mexicains et canariens (des Îles Canaries) du genre Opuntia, les cochenilles sont élevées, broyées et l’acide carminique rouge qui en est extrait est ajouté à nos charcuteries, sodas et yaourts.

Le colorant E120, ou rouge carmin est un colorant issu de cadavres de cochenilles broyées. C’est aujourd’hui un des additif alimentaire les plus commun dans nos aliments : il produit un très beau rouge vif, n’est pas cher à produire (il suffit de récolter les cochenilles sur des cactus tout plats - les Opuntia - ) et est autorisé en Europe et dans la plupart des pays du globe. Vous mangez donc probablement des insectes toute la journée sans même le savoir. Jetez donc un coup d’oeil aux listes d’additifs alimentaires des produits que vous mangez au quotidien : bonbons, charcuteries, viandes, petits gâteaux, yaourts, confitures, sauces tomates, jus de fruits,... et à vrai dire tout ce qui vous paraît un peu trop rouge ou rose pour être tout à fait naturel. Mais ce n’est pas tout, regardez sur vos savons et shampoings, sur vos sticks de rouge à lèvre et vos vernis à ongles, peut-être passez-vous la journée à vous recouvrir le corps d’insectes broyés, car le rouge carmin est aussi présent dans les produits cosmétiques. Et ce n’est pas fini, car vos vêtements rouges sont peut-être aussi colorés à la cochenille écrasée, tout comme vos tapis d’Orient et certaines peintures.

Elevage de cochenilles à rouge carmin sur l'île de Lanzarote

Il n’y a pas marqué E120 sur les produits que je mange et les cosmétiques que je me tartine sur le visage : suis-je sain et sauf ?

Et non, car pour réussir à vendre leurs produits contenant de la purée de cochenille aux insectophobes, les spécialistes marketing de l’agroalimentaire ont une super parade, ils utilisent une innombrable quantité de synonymes plus alambiqués les uns que les autres. Dans les listes d’additifs alimentaires et des produits participant à la confection de produits cosmétiques, ou "nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques (INCI)", la cochenille apparaît donc aussi sous les noms suivants [1] : cochenille, E120, crimson lake, carmin lake, cochineal, acide carminique, rouge cochenille, natural red 4, carmins, carmine, rouge carmin, carmin de cochenille, CI 75470, C22H20O13, et enfin la formule chimique : Acide β-D-glucopyranosyl-7-tétrahydroxy-3,5,6,8-méthyl-1-dioxo-9,10-antracènecarboxylique-2.

Attention cependant, on ne parle pas ici du E 124 ou Ponceau 4R, ou Rouge cochenille A, qui est la version synthétisée de manière chimique de notre rouge cochenille "naturel". Si vous mangez du E 124, vous ne mangez pas de cochenille.

Oui, mais le colorant est extrait donc je ne mange que de l’acide carminique et pas vraiment de la cochenille ?

Bien tenté, mais comme le précise le règlement de l’Union Européenne concernant les colorants alimentaires [2] : "Les produits commercialisés peuvent également renfermer des matières protéiniques provenant de l’insecte d’origine et peuvent contenir des carminates libres ou un faible résidu de cations aluminium non liés.". Il peut donc rester un petit peu de résidus de cochenille dans votre rouge carmin, et aussi un petit peu d’aluminium, ce qui n’est généralement pas considéré comme étant très bon pour la santé.

Bon, si je suis condamné à manger de la cochenille, puis-je au moins savoir à quoi ça ressemble ?

Très bonne initiative, vous allez voir, ce n’est pas si dégoutant. Pour fabriquer le colorant de votre rouge à lèvre, on utilise la cochenille polonaise (Porphyrophora polonica), la cochenille arménienne (Porphyrophora hamelii), mais surtout la cochenille à rouge carmin Dactylopius coccus. Cette dernière est la plus fréquemment rencontrée dans les cultures de cochenilles du Pérou, du Mexique et des Îles Canaries. C’est un petit insecte proche des pucerons, mais dépourvu d’ailes. Il vit en petits groupes (souvent une femelle et ses descendants) et bouge peu. Fixé sur un cactus du genre Opuntia, il passe sa journée à prélever la sève de sa plante hôte pour se nourrir. Comme la cochenille farineuse, la cochenille à rouge carmin a un aspect farineux et cireux, elle produit en effet une substance blanche qui recouvre son corps rouge. Cette cire blanche protège l’insecte de certains prédateurs, de parasites, du développement de champignons, et la couleur blanche participe certainement à protéger l’insecte de la dessiccation en renvoyant les rayons du soleil.

Cochenilles à rouge carmin (E120)

Les principales cultures d’Opuntia servant à l’élevage de cochenilles se trouvent au Mexique, pays historique de l’élevage de cochenilles à rouge carmin, mais aussi et surtout au Pérou, au Chili, en Bolivie, aux Îles Canaries, en Espagne, en Afrique du Nord et dans d’autres pays d’Amérique centrale.

C’est aux Îles Canaries, et plus précisément au village de Guatiza sur l’île de Lanzarote, qu’ont été prises les photos illustrant cet article [3]. Il faut relever la présence sur cette île d’une coccinelle rouge et noire appartenant probablement à l’espèce Cryptolaemus montrouzieri et originaire d’Australie. Bien malheureusement pour les agriculteurs élevant des cochenilles, cette coccinelle qui a probablement été introduite par les cultivateurs de bananes [4], dévore les cochenilles productrices du rouge E120.

Photographie macro d’une coccinelle dévorant des cochenilles à rouge carmin sur une raquette d’Opuntia, à Lanzarote :

Une coccinelle prédatrice de cochenilles farineuses de l’espèce Cryptolaemus montrouzieri dévore des larves de cochenilles à rouge carmin de l’espèce Dactylopius coccus, sur un cactus à raquettes ou "figuier de Barbarie". Jardin de cactus de l’ïle de Lanzarote, Iles Canaries.
 JPEG - 668.6 ko
Cryptolaemus montrouzieri

Pourquoi la cochenille produit-elle du rouge carmin ?

Malgré sa couleur, le rouge carmin n’a rien à voir avec du sang. Il s’agirait d’une substance défensive utilisée pour repousser les prédateurs, dont les fourmis. Un petit papillon de nuit du nom de Laetitia coccidivora est cependant capable de s’en prendre aux cochenilles lorsqu’il est au stade de chenille. La chenille dévore les cochenilles et stocke le rouge carmin. Si une fourmi attaque la chenille, celle-ci régurgite une goutelette contenant du rouge carmin. Des scientifiques se sont intéressés à ce comportement et ont montré que la substance régurgitée agissait comme un répulsif à fourmis [5].

La cochenille n’a pas l’air si terrifiante, mais comment se passe l’extraction du colorant E120 ?

Voici une petite vidéo d’une extraction "artisanale" :

Les cochenilles adultes sont récoltées et séchées, le plus souvent au soleil. Les graisses et cires sont retirées à l’aide d’un solvant comme l’Hexane. Les cochenilles sont ensuite broyées en poudre. Soit la poudre contenant de l’acide carminique est utilisée telle quelle sous le nom de E120(ii) ou d’acide carminique [6], soit la poudre est mélangée à de l’eau contenant du carbonate de sodium et portée à ébullition dans un réacteur durant 30 minutes. Les molécules responsables de la coloration rouge, ou acide carminique, sont ainsi dissoutes dans l’eau. L’eau rouge est filtrée pour retirer les impuretés. De l’acide citrique, de l’alun broyé et des ions chlorures sont ajoutés à la solution rouge pour précipiter l’acide carminique sous la forme de sel d’aluminium rouge. La solution est laissée au repos durant plusieurs heures, le temps que le sel d’aluminium rouge sédimente. Le sel sédimenté est prélevé et centrifugé puis séché et stérilisé avant d’être emballé pour la commercialisation. Le sel d’aluminium rouge obtenu selon ce procédé est alors appelé carmin ou E120(i) [7].

Alors, vous êtes rassurés ?


Références et définitions

[1La liste peut ne pas être exhaustive.

[2RÈGLEMENT (UE) No 231/2012 DE LA COMMISSION du 9 mars 2012 établissant les spécifications des additifs alimentaires énumérés aux annexes II et III du règlement (CE) no 1333/2008 du Parlement européen et du Conseil.

[3Eiland, Murray L., Jr. & Eiland, Murray L., III (1998). Oriental Carpets. Boston : Little, Brown and Company. ISBN 0-8212-2548-0.

[4Introduction d’une coccinelle pour contrôler la pullulation de cochenilles aux Îles Canaries, sur les plantations de bananes : références 1, 2 et 3

[5Eisner, T., Nowicki, S., Goetz, M., & Meinwald, J. (1980). Red cochineal dye (carminic acid) : its role in nature. Science, 208(4447), 1039-1042.

[6Voir la vidéo de l’extraction du rouge carmin directement à partir de cochenilles broyées.

[7L’extraction du carmin de cochenille, processus d’extraction avec des notes sur le développement économique des pays producteurs de cochenilles.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 2609 / 2027838