MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Toilettes chez les fourmis : l’hygiène ou la flemme ?

Comportements hygiéniques chez les insectes sociaux

Certaines fourmis utiliseraient un espace de leur nid en tant que toilettes. Mais la raison pour laquelle elles ne sortent pas faire leurs besoins à l’extérieur du nid n’est pas encore éclaircie...

"Où vont les fourmis lorsque la nature les appelle ?" C’est ainsi que trois chercheurs allemands de l’université de Regensburg ont récemment intitulé un de leurs articles, paru dans la très sérieuse revue scientifique PlosOne [1].

La question n’est en réalité pas si bête : lorsque l’on vit dans une société de plusieurs milliers d’individus, tous serrés les uns contre les autres à longueur de journée dans des tunnels étroits et peu aérés, il vaut même mieux savoir comment y répondre. Regrouper les déjections dans une même pièce, comme le font les humains, permet de limiter les risques de contaminer ses congénères avec ses propres microbes, champignons et autres parasites. Mais il semblerait que les fourmis n’aient pas attendus l’antiquité, comme les humains, pour inventer les cabinets [2].

Comme l’ont montré le docteur Tomer Czaczkes et ses collègues dans leur article, la très commune fourmi noire des jardins Lasius niger possède elle aussi à l’intérieur même de sa fourmilière un "petit coin". Pour conduire leur étude sans avoir à suivre la vie intime de leurs fourmis tout au long de la journée, les scientifiques ont fourni aux fourmis un liquide sucré auquel ils ont ajouté un colorant alimentaire. Au bout de deux mois, ils ont recherché dans les mêmes nids des tâches distinctes.

S’il était déjà connu que les très agressives fourmis tisserandes utilisent leurs déjections pour marquer leur territoire [3] et que les fourmis champignonnistes s’en servent pour fertiliser les feuilles qu’elles coupent pour cultiver leur champignon [4], le mystère restait entier concernant nos fourmis des jardins.

doi:10.1371/journal.pone.0118376.g002
 JPEG - 187.3 ko
Nids artificiels utilisés par les chercheurs et taches de colorants alimentaires

Comme on le voit sur la photo ci-dessus, les déjections des fourmis sont généralement regroupées à un même endroit à l’intérieur du nid. De plus, notent les chercheurs, pas questions pour elles de se servir de leurs toilettes pour stocker les restes de leurs repas ou leurs cadavres. Tout autre forme de déchet est en effet rejeté à l’extérieure du nid (ou même enterrée comme c’est le cas chez certaines espèces de fourmis [5]) par des fourmis spécialisées dans les opérations à risques, c’est à dire les plus vieilles ouvrières (la perte est moins importante pour la colonie puisqu’elles sont déjà souvent en mauvaise santé...).

Mais alors pourquoi mettre autant d’effort à sortir les cadavres et autres déchets hors du nid, tout en construisant ses toilettes à l’intérieur même de la fourmilière plutôt qu’au fond du jardin ? On sait que de dangereux champignons se développent sur les déjections des abeilles sociales, qui éliminent par conséquent leurs fèces à l’extérieur du nid. Mais d’après Tomer Czaczkes et ses collègues, il serait possible que les déjections des fourmis ne soient pas aussi dangereuses pour la colonie qu’on le supposait auparavant. Cela permettrait d’expliquer pourquoi les fourmis, faisant preuve de paresse, ont installées les toilettes dans la fourmilière...


Références et définitions

[1Czaczkes TJ, Heinze J, Ruther J (2015) Nest Etiquette—Where Ants Go When Nature Calls. PLoS ONE 10(2) : e0118376. doi : 10.1371/journal.pone.0118376

[2Inventions des toilettes à l’antiquité sur Wikipedia

[3Grasso, D. A., Sledge, M. F., Le Moli, F., Mori, A., & Turillazzi, S. (2005). Nest-area marking with faeces : a chemical signature that allows colony-level recognition in seed harvesting ants (Hymenoptera, Formicidae). Insectes sociaux, 52(1), 36-44.

[4Weber N.A. 1972. Gardening Ants : The Attines. American Philosophical Society, Philadelphia. 146 pp

[5Renucci, M., Tirard, A., & Provost, E. (2011). Complex undertaking behavior in Temnothorax lichtensteini ant colonies : from corpse-burying behavior to necrophoric behavior. Insectes sociaux, 58(1), 9-16.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 262 / 2022239