MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


La Scutigère Véloce dans les maisons

Myriapoda, Chilopoda, Scutigera coleoptrata

Comment chasser une scutigère véloce de votre maison ou de votre appartement, sans vous faire mordre et sans la blesser ? Il ne faut pas tuer cet animal qui est utile à la maison comme au jardin, donc pas besoin de vous armer d’une bombe insecticide ou de la terriblement célèbre tapette à mouche...

Qu’est-ce qu’une scutigère ?

La scutigère véloce, Scutigera coleoptrata appartient au sous-embranchement des myriapodes et à la classe des "chilopodes". Elle est très proche des premiers myriapodes connus [1]. Très rapide, les scutigères possèdent 14 paires de très longues pattes et une paire de forcipules et mesurent 3cm maximum (sans les pattes) à l’état adulte. Les jeunes scutigères naissent avec quatre paires de pattes et développent les autres progressivement au fur et à mesures de leurs mues. Les pattes des scutigères sont particulièrement longues et fragiles, surtout à l’arrière du corps, mais les scutigères sont capables de les régénérer entre chaque mue [2]. Le corps est blanc parfois jaunâtre et parcouru de trois longues bandes bleues, noires ou grises. Les pattes sont également recouvertes d’anneaux foncés.

Une scutigère véloce, Scutigera coleoptrata, vue de dessus sur fond blanc en macrophotographie. Ce myriapode a un corps beige à brun jaunâtre avec des bandes noires bleutées, de grandes antennes et de longues pattes à l’arrière du corps. Ce "mille-pattes" court très vite et tombe souvent dans les baignoires.
 JPEG - 179.3 ko
Scutigère véloce

Où vit la scutigère véloce ?

La scutigère apprécie les habitats méditerranéens et peut se rencontrer en montagne jusqu’à 1100 mètres d’altitude. Elle est d’ailleurs originaire de la région méditerranéenne mais a depuis été introduite dans le reste de l’Europe, en Asie et en Amérique du Nord [3]. On rencontre souvent la scutigère véloce dans les maisons et les appartements, ou sur les murs et les arbres du jardin. En milieux anthropisés on peut la rencontrer dans presque toute la France, y compris à Paris, mais elle n’est présente dans la nature que dans le Sud [4], y compris en Corse [5]. Comme les autres chilopodes, la scutigère respire en utilisant des pores respiratoires [6], qu’elle ne peut pas fermer. Si elle est exposée à un air chaud et sec, ou au froid, elle peut très vite se déshydrater et finir par mourrir de dessication. Les scutigères se retrouvent donc dans des habitats humides et frais, comme la litière des forêts, les cavités sous les pierres et les souches et les galeries d’autres animaux dans le sol.

Les pattes à l’arrière du corps sont plus longues pour lui permettre de se propulser vers l’avant :
Scutigera coleoptrata

Comment se débarrasser des scutigères (mille-pattes des maisons) dans la maison ?

Mais ce bel animal s’invite parfois aussi dans les maisons et les appartements, en particulier dans les piècres humides comme les cuisines, les caves, le garage ou dans les salles de bain (où la scutigère a souvent la bonne idée de tomber dans la baignoire). Il vaut mieux éviter de les attraper avec les mains, si on les énerve trop elles sont capables de mordre à l’aide de leurs forcipules (les pattes avant transformées en crochets à venin, comme chez les autres myriapodes) [7], même si elles percent rarement la peau et qu’elles ne seraient pas dangereuses [8].
Pour chasser les scutigères, il suffit de les capturer avec une grande boîte à bords plats (la scutigère rentrera toute seule), de poser un couvercle ou un livre sur le dessus de la boite par précaution, et de les relâcher dehors dans le jardin. Les scutigères se nourrissent de blattes, mouches et araignées qui se trouvent dans les maisons et jardins. Elles sont donc plutôt utiles et seront les bienvenues dans votre jardin potager [9].
Mille-pattes des maisons
Scutigère véloce

Quels sont les prédateurs de la scutigère véloce ?

Un animal aussi largement réparti que la scutigère véloce ne s’attire pas quelques ennuis, parmi les prédateurs, on peut noter certains oiseaux comme le Troglodyte des canyons (Catherpes mexicanus) [10]. La scutigère véloce a été très peu étudiée, et il est probable que de nombreux autres arthropodes comme les araignées ou d’autres mille-pattes, se nourrissent de scutigères. Il est aussi probable que des animaux insectivores comme les musaraignes et d’autres petit rongeurs s’en nourrissent, tout comme les oiseaux et occasionellement les chats.

Gros plan sur la tête d’une scutigère véloce tombée dans la baignoire d’une salle de bain, dans une maison située en région parisienne. On voit les yeux composés de nombreuses facettes ainsi que les forcipules très pointues qui permettent à la scutigère véloce de percer la cuticule de ses proies :

Macrophotographie sur fond blanc gros plan sur la tête d’une scutigère véloce. On voit les yeux à facettes de ce myriapode ainsi que les segments des antennes et les forcipules situées sous la tête. Cette scutigère véloce appartient à l’espèce Scutigera coleoptrata. Seine-et-Marne, Avril 2016.
 JPEG - 477.6 ko
Gros plan sur la tête de la scutigère véloce
Une scutigère véloce trouvée dans une maison, tombée dans la baignoire de la salle de bain. Il s’agit d’une sorte de grand mille-pattes avec de très longues pattes qui court très vite. Scutigera coleoptrata.
 JPEG - 277.2 ko
Scutigère véloce

Références et définitions

[1Undheim E. A., Fry B. G. & King G. F. (2015). Centipede venom : Recent discoveries and current state of knowledge. Toxins, 7(3), 679-704.

[2Cameron, J. A. (1926). Regeneration in Scutigera forceps. Journal of Experimental Zoology, 46(2), 169-179.

[3Leatherman D. (2012). Scutigera, the House Centipede. Colorado birds, 46(4) : 313-316.

[5Zapparoli, M., & Iorio, E. (2012). The centipedes (Chilopoda) of Corsica : catalogue of species with faunistic, zoogeographical and ecological remarks. International Journal of Myriapodology, 7, 15.

[6Lewis, J.G.E. 1981. The Biology of Centipedes. Cambridge University Press, Cambridge.

[7Pecquet C. (2013). Peau et agressions par les arthropodes dans le BTP. Hôpital Tenon, HUEP, AP-HP, Paris. 51p.

[8Voir Leatherman, 2012.

[9Grand Lyon & Association Arthropologia. Les insectes auxiliaires du jardin - maintenir la biodiversité dans le grand Lyon. 14p.

[10Voir Leatherman, 2012.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 31989 / 2077301