De quoi est faite la gelée royale ?

Comment les abeilles fabriquent-elles la gelée royale ?

Les abeilles produisent de la gelée royale pour nourrir leurs larves. Toutes les larves d’abeilles sont nourries à la gelée royale, c’est un peu l’équivalent du lait des mammifères pour les abeilles. Certaines larves en reçoivent un peu plus que les autres et il est possible que la composition de cette gelée royale varie. Ces larves deviennent des reines grâce à cette alimentation supérieure en quantité (et peut-être en composition) en comparaison à ce que reçoivent les ouvrières [1].

Comment les abeilles produisent-elles la gelée royale ?

Les abeilles les plus âgées, parfois appelées fourrageuses sont celles qui ramènent d’abord au nid du nectar et du pollen. Le nectar des fleurs est très riche en sucres, alors que le pollen est riche en minéraux et en protéines. Le pollen de la plupart des fleurs contient en effet entre 10% et 60% de protéines.

Lorsque les abeilles collectent du pollen, elles le mélangent immédiatement avec du miel, du nectar et leur salive afin qu’il colle à leurs pattes arrières. La composition du pollen est donc modifiée dès que les abeilles commencent à le ramasser.

Une fois de retour à la ruche, l’eau du nectar est évaporée pour faire du miel et le pollen compacté et encore mélangé à du miel pour former du "pain d’abeille". Les propriétés anti-microbiennes du miel permettent la conservation du pollen, qui est stocké dans les cellules de la ruche. À ce stade, le pollen est donc riche en sucre (dont fibre et amidon), et contient des protéines (ente 10% et 30%), des acides aminés, des minéraux (comme le fer), des lipides, des acides gras comme de l’acide palmitique, linoléique (omega-6), et alpha-linolénique (omega-3), ainsi que des vitamines et d’autres microéléments.

C’est là que s’arrête le rôle des abeilles fourrageuses. C’est alors que les abeilles nourrices prennent le relais. Mais les abeilles ne naissent pas nourrices. Les jeunes abeilles à peine écloses consomment d’abord une grande quantité de pain d’abeille, qui est donc fait principalement de pollen. Cela stimule le développement de leurs glandes "hypopharyngiennes" [2]. C’est entre le sixième et le dixième jours de la vie d’une abeille, en général, que ces glandes sont les plus développées. Les abeilles sont alors appelées nourrices à cet âge-ci, et leur rôle est de nourrir les autres abeilles, la reine, ainsi que les larves. Le pain d’abeille que les abeilles nourrices consomment et digèrent est alors transformé en un liquide transparent dans leurs glandes hypopharyngiennes. Ce liquide est mélangé à un liquide blanchâtre produit dans leurs glandes mandibulaires. Toutes ces glandes transforment les acides aminés et protéines des grains de pollen en d’autres protéines dont se nourrissent les larves pour développer les tissus de leur corps : c’est la gelée royale. Les glandes déversent cette gelée royale dans la bouche des abeilles nourrices, qui le régurgitent dans les cellules des larves pour les nourrir.

Que contient la gelée royale

La gelée royale est la nourriture optimale pour les larves d’abeilles, sa composition est assez constante. En particulier, la quantité de protéines et d’eau ne varie que très peu. À titre indicatif, on retrouve dans la gelée royale 60% d’eau, 14% de protéines, 18% de sucres (principalement du glucose et du fructose) et 6% de graisses. On y retrouve aussi environs 2% de microéléments, principalement des stérols, des minéraux et des vitamines.

Cette composition varie un peu en fonction de l’âge des larves. D’abord, durant les deux premiers jours, les larves d’abeilles reçoivent entre 20 et 40% de sécrétions des glandes mandibulaires et le reste des glandes hypopharyngiennes. Au troisième ou quatrième jour, les larves sont presque entièrement nourries de sécrétions des glandes hypopharyngiennes et les nourrices incorporent aussi du pollen directement dans la gelée royale [3].

Les scientifiques n’ont à ce jour pas encore déterminé comment la gelée royale peut donner des ouvrières ou des reines. Les différentes hypothèses sont fortement débattues, et il ne semble pas exister un seul composé unique responsable de ce changement. Il s’agit donc plus probablement d’une combinaison de différents facteurs changeant légèrement les valeurs nutritionnelles de la gelée royale, qui contiendrait plus d’eau quand elle est donnée aux ouvrières, ainsi que la quantité de sucres et de divers microéléments qui modifient peut-être le métabolisme des larves. Les larves qui deviendront reine reçoivent aussi une quantité supérieure de gelée royale durant leur développement.


Partager cet article pour soutenir Myrmecofourmis.fr:


Articles liés

Notes et références

[1La plupart des informations de cet article ont été tiré du résumé de la littérature anglaise suivant : Wright, G. A., Nicolson, S. W., & Shafir, S. (2018). Nutritional physiology and ecology of honey bees. Annual review of entomology, 63, 327-344.

[2Une glande est un organe produisant une sécrétion. "Glandes hypopharyngiennes" n’est qu’un terme compliqué pour dire "les glandes situées sous leur gorge".

[3Winston, M. L. (1991). The biology of the honey bee. Harvard university press.



Poser une question:

Votre message
Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.