Plasticité phénotypique

On parle de plasticité phénotypique lorsque plusieurs individus qui possèdent les mêmes gènes développent des morphologies différentes. On peut dire, pour résumer, que les gènes reçoivent de l’information de l’environnement lors de leur expression (par exemple, l’humidité du milieu, la présence d’un prédateur,...), et utilisent cette information pour donner à l’organisme la forme la plus avantageuse vis à vis de cet environnement particulier.


  • Les chrysopes, des "mouches" aux yeux d’or

    Les chrysopes, ou mouches aux yeux d’or, sont des insectes inoffensifs qui rentrent parfois dans nos maisons pour passer l’hiver, mais sont très utiles au jardin. Insectes auxiliaires, ils dévorent les pucerons de nos potagers.

  • Guêpe coucou, Chryside enflammée

    Les guêpes coucou sont des insectes parasites d’abeilles solitaires. Leurs couleurs bleues et rouges vives et métalliques sont remarquables. On leur accorde pour cette raison le surnom de chryside enflammée, qui désigne en réalité une des espèces les plus courantes de la famille des Chrysididae : Chrysis ignita.
    Les Chrysides, également connues sous le nom de Guêpes coucou ou chryside enflammée, font partie de la vaste super-famille des Chrysidoidea et de la famille des Chrysididae. Ces (...)

  • Les daphnies : des proies parfaites

    Les daphnies constituent une nourriture parfaite pour les poissons d’aquariums élevés par les aquariophiles. Mais dans la nature aussi, les daphnies sont l’alimentation privilégiée de nombreux insectes...

  • La grenouille rousse, Rana temporaria

    Où vit la grenouille rousse ? Répartition : la grenouille rousse a une répartition très large en Europe. Ses populations s’étendent du Nord de l’Espagne jusqu’à la Sibérie, la Grèce et la Bulgarie. On la rencontre en plaine ou en montagne jusqu’à 2700 mètres d’altitude. Plasticité phénotypique et développement : Dans les populations les plus au Sud, ou les mares s’assèchent parfois très rapidement, les têtards sont capables de se développer plus vite pour être prêts à mener une vie (...)

  • Techno-science : Des fourmis supersoldates sur commande

    Des chercheurs ont montré qu’apporter des hormones à des larves de fourmis permet de les transformer en super-soldates.

  • Le ténia qui rend les fourmis jaunes

    Une espèce de cestode infecte les fourmis se nourrissant sur les déjections des oiseaux et modifie leur taille et leur couleur durant le développement. En d’autres termes, le ténia Anomotaenia brevis file la jaunisse aux fourmis de l’espèce Temnothorax nylanderi...

  • Comment se développent les différentes castes chez les fourmis ?

    Pourquoi peut-on observer, dans une même fourmilière, des mâles, des princesses ailées, et des ouvrières de plusieurs tailles différentes ? Comment cette diversité de castes apparaît-elle dans une fourmilière ?