Commensalisme

Le commensalisme est une forme de symbiose où les membres d’une espèce tirent des avantages d’une autre espèce sans que cette dernière ne subisse d’effets néfastes. Cette interaction se distingue du mutualisme, où les deux organismes en bénéficient mutuellement, de l’amensalisme, où l’un est lésé sans affecter l’autre, et du parasitisme, où une espèce en tire profit aux dépens de l’autre.

L’organisme commensal, celui qui profite de cette association, peut obtenir divers avantages tels que des nutriments, un abri, un soutien, ou un moyen de déplacement de l’espèce hôte, qui en règle générale n’est que peu perturbée. Cette relation commensale est souvent observée entre un hôte plus imposant et un commensal de plus petite taille. Généralement, l’organisme hôte ne présente pas d’adaptations particulières, tandis que l’espèce commensale peut développer des traits spécifiques pour cohabiter avec son hôte.

Il convient de noter que la frontière entre le commensalisme, le mutualisme et le parasitisme est souvent ténue. Il peut être difficile de démontrer que la présence d’une espèce dans une relation symbiotique n’a aucune incidence sur une autre espèce, que ce soit de manière positive ou négative. Par exemple, les scientifiques ne sont pas certains que les petits cloportes myrmécophiles n’affectent pas les fourmilières dans lesquelles ils résident. De même, la petite fourmi des nids vivant dans les fourmilières de fourmis rousses peut être une espèce commensale, mais il est possible qu’elle s’empare de la nourriture des fourmis rousses, devenant ainsi une espèce parasite. Un autre exemple concerne les acariens qui se fixent aux insectes pour se déplacer. Il est envisageable que ces acariens soient suffisamment petits pour ne pas perturber leur hôte, mais dans certains cas, les acariens peuvent entraver la mobilité de leurs hôtes ou imposer un coût énergétique considérable.

L’étymologie du terme "commensalisme" dérive du mot "commensal," signifiant "manger à la même table" dans le contexte des interactions sociales humaines. Ce mot provient du français médiéval "commensalis," signifiant "partager une table," formé du préfixe "com-" signifiant "ensemble," et de "mensa," signifiant "table" ou "repas." Bien que peu fréquent, ce terme est toujours en usage ; la commensalité, dans les universités d’Oxford et de Cambridge, fait référence au fait que les professeurs partagent la même table que les étudiants, car ils vivent dans le même "collège." L’introduction du terme "commensalisme" est attribuée à Pierre-Joseph van Beneden en 1876, dans le cadre de l’étude des relations entre animaux [Beneden, P. J. (1876). "Animal parasites and messmates" (Vol. 19). Henry S. King].


  • Cloporte commensal de fourmis

    Quelles sont ces petits animaux blancs qui courent au milieu des fourmis lorsque l’on soulève une pierre ? Peut-être s’agit-il de cloportes...

  • La coccinelle qui promenait son acarien

    Avez-vous déjà remarqué d’étranges excroissances rouges orangées sur certains insectes ? Il s’agit généralement d’acariens...