Formicoxenus nitidulus : des petites fourmis qui squattent les nids des grosses !

Hymenoptera ; Myrmicinae ; Formicoxenus nitidulus

Une fourmi orange Formicoxenus nitidulus qui vit sur les nids de fourmis des bois du genre Formica, sous la patte d'une fourmi des bois.
Formicoxenus nitidulus et une fourmi hôte

Difficile quand on est une petite fourmi de faire sa place parmi les plus grosses. Et Formicoxenus nitidulus n’échappe pas à la règle : cette minuscule fourmi vit uniquement sur les dômes de brindilles et d’aiguilles de quelques espèces de fourmis du genre Formica. Les galeries et les salles contenant les larves des Formicoxenus nitidulus sont cependant séparées de celles des Formica [1] [2].

Rapide et petite, cette espèce court sans cesse sur les dômes des Formica hôtes, semblant les éviter autant que possible. Pour cette raison, les Formicoxenus nitidulus sont difficiles à trouver, mais comme cette espèce est fragile et peu fréquente, il ne faut pas abimer les nids des fourmis hôtes en essayant de la trouver. Il vaut mieux observer les nids en matinée, en se concentrant sur les pierres, branches et souches inclues dans les dômes : ce sont les passages que privilégient les Formicoxenus nitidulus pour se déplacer.

Selon certains scientifiques, les Formicoxenus évitent leurs hôtes et leur volent la nourriture ramenée au nid (insectes morts,...) ou chassent les nombreux petits insectes qui vivent sur les dômes de fourmis des bois [3] [4]. Mais d’autres auraient observés des trophallaxies (échanges de nourriture par régurgitation) entre les fourmis des deux espèces : les Formicoxenus arriveraient à obtenir de la nourriture en la "demandant" directement aux Formica qui les hébergent [5] !

Une petite fourmi orange, Formicoxenus nitidulus, sur le tronc lisse d'un arbre mort.
Formicoxenus nitidulus du Jura
Gros plan sur une fourmi orange et brune Formicoxenus nitidulus, qui vit dans les nids de fourmis des bois du genre Formica.
Formicoxenus nitidulus des Pyrénées

Partager cet article pour soutenir Myrmecofourmis.fr:


Articles liés

Notes et références

[1Dietrich, C. O. (1997). Quantifizierungsversuch des Vorkommens der Glänzenden Gastameise, Formicoxenus nitidulus (Nyl.), bei der Gebirgswaldameise Formica lugubris Zett. am Muttersbergmassiv (Österreich : Vorarlberg, Lechtaler Alpen). Verhandlungen der Zoologisch-Botanischen Gesellschaft in Wien, 134, 119-132.

[2Buschinger, A. (2009). Social parasitism among ants : a review (Hymenoptera : Formicidae). Myrmecological News, 12, 219-235.

[3Wegnez, P ; De Greef, S ; Dégache, C ; Ignace, D ; Dekoninck, W. (2011). Observations récentes de la fourmi Formicoxenus nitidulus (Nylander, 1846) en Belgique et en France (Hymenoptera Formicidae). Bulletin S.R.B.E./K.B.V.E. 147:20-27.

[4Stumper, R. (1950). Etudes mvrmécologiques. IX. Nouvelles observations sur l’éthologie de Formicoxenus nitidulus NYL. 8:242-248.

[5cf Buschinger 2009



Poser une question:

Votre message
Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.