MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Le pou de mer, Ligia oceanica

Crustacea, Isopoda, Ligiidae, Ligia oceanica

Le ligie océanique (Ligia oceanica) ou pou de mer est un petit crustacé de l’ordre des isopodes. Il se nourrit d’algues, de matière organique en décomposition et de cadavres. On le trouve sur le littoral ouest de l’Europe et principalement sur les côtes bretonnes. Pour l’observer, il faut attendre la tombée de la nuit et observer attentivement les anfractuosités entre les rochers.

Le ligie océanique (Ligia oceanica) est aussi appelé ligie des rivages, cloporte de mer, pou des jetées, pou de mer ou "laou-kerreg" en Breton. Ce très grand crustacé appartient à l’ordre des isopodes, comme les cloportes, les aselles, les puces de mer (Talitridae) et les gammares. Le ligie océanique vit en Europe sur les côtes de la Mer du Nord, de la Manche et de l’océan Atlantique [1]. En dehors de la zone méditerranéenne où l’on rencontre une espèce proche mais généralement plus petite, Ligia italica, le ligie océanique est très facile à identifier : c’est le seul cloporte de cette taille qui s’aventure aussi près de la mer. Cet isopode peut mesurer jusqu’à 3cm [2]. Le pou de mer possède par ailleurs de très grands yeux noirs composés d’une multitude de facettes.

Photographie macro d’un ligie océanique, observé sur une plage de Bretagne :

Photographie de Ligia oceanica, un cloporte qui vit près de la mer et de l’océan. Macrophotographie dans la nature, on voit le cloporte sur un rocher au bord de la mer.
 JPEG - 634.7 ko
Ligia oceanica

Photographie de l’habitat du ligie océanique. On voit qu’il y a de nombreux rochers et des algues (Fucus vésiculeux) en grand nombre :

Photographie d’un habitat typique du pou de mer ou ligie océanique (Ligia oceanica). Il s’agit d’une plage de Bretagne à marée basse, à Ploumeur-Bodou. On y voit des rochers et des fucus vésiculeux, dont le ligie océanique se nourrit.
 JPEG - 609 ko
Plage de bretagne

Le pou de mer est très présent en Bretagne. On le rencontre principalement à marée basse et la nuit, lorsqu’il sort des crevasses entre les rochers pour chercher à manger. Il peut survivre dans des environnements très variables en terme de salinité, et préfère rester à proximité des rochers [3].

Photo en gros plan sur l’oeil à facette d’un cloporte du bord de mer, le ligie océanique :

Sur cette photo, on voit en gros plan un ligie océanique Ligia oceanica aussi appelé Pou de mer et observé sur une plage de Bretagne près de Perros-Guirec. Juillet 2016.
 JPEG - 455.9 ko
Ligie océanique

Les poux de mer sont des crustacés omnivores [4] qui se nourriraient principalement d’algues comme le Fucus vésiculeux [5] mais également de matière organique en décomposition (détritivore) et de cadavres d’animaux (nécrophage).

Photographie macro d’un pou de mer, photographié en Bretagne au bord de la mer sur la plage de Perros-Guirec :

Macrophotographie d’un pou de mer (Ligia oceanica) photographié sur un rocher d’une côte bretonne, près de la mer, à proximité de Trégastel. Ce crustacé est un des plus grands cloportes que l’on peut rencontrer en France.<br class= Sur cette photo, on voit qu’il possède une couleur brun verdâtre qui l’aide à se camoufler sur les rochers. JPEG - 650.3 ko' />
Pou de mer

Les poux de mer se reproduisent au printemps et en été. Il faut ensuite au moins un an aux nouveaux nés pour atteindre le stade adulte [6]. Les poux de mer vivent durant deux à trois ans mais ne se reproduisent généralement qu’une seul fois [7].

Photographie d’un pou de mer caché dans les creux des rochers :

Le pou de mer est aussi appelé Laou-kerreg en breton. C’est un grand cloporte de couleur brune qui peut mesurer jusqu’à 3cm. On le trouve au crépuscule et durant la nuit, sur les rochers, où il se nourrit d’algues et de détritus.
 JPEG - 643.3 ko
Pou de mer ou Ligie océanique

Références et définitions

[1Vandel A (1960) Isopodes terrestres (Deuxième partie). Faune de France 64. Office central de faunistique, Fédération française des Sociétés de Sciences naturelles. Lechevallier, Paris. 417 p.

[2Gibson, R., Hextall, B. and Rogers, A. (2001) Photographic guide to the sea and shore life of Britain and north-west Europe. Oxford University Press, Oxford.

[3Wilson, W. J. (1970). Osmoregulatory capabilities in Isopods : Ligia occidentalis and Ligia Pallash. The Biological Bulletin, 138(1), 96-108.

[4Fish, J.D. and Fish, S. (1989) A student’s guide to the seashore. Unwin Hyman Ltd, London.

[5Nicholls, A. G. (1931). Studies on Ligia oceanica. Part II. The processes of feeding, digestion and absorption, with a description of the structure of the foregut. Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom (New Series), 17(03), 675-706.

[6Willows, R. I. (1987). Population dynamics and life history of two contrasting populations of Ligia oceanica (Crustacea : Oniscidea) in the rocky supralittoral. The Journal of Animal Ecology, 315-330.

[7Fish, J.D. and Fish, S. (1989) A student’s guide to the seashore. Unwin Hyman Ltd, London.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 144 / 2027838