MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Comment une petite guêpe peut éliminer les pucerons sur vos plantes

Hymenoptera ; Braconidae ; Aphidius colemani

Les guêpes ont mauvaise réputation, mais celles-ci ne risquent pas de vous piquer : ces guêpes solitaires dépassent à peine quelques millimètres de long.

Une femelle d’Aphidius colemani repère un petit groupe de pucerons
 JPEG - 159.2 ko
Aphidius colemani chassant des pucerons

Les seuls à les craindre sont en réalité les pucerons ! En effet, ces petites guêpes du genre Aphidius pondent leurs oeufs à l’intérieur des pucerons. Elles appartiennent à la grande famille des Braconidae, qui regroupe de nombreuses guêpes solitaires parasites d’autres insectes, fourmis y compris.

La femelle d’Aphidius colemani s’apprête à pondre dans le puceron : elle passe l’abdomen sous ses pattes.
 JPEG - 154.4 ko
Aphidius colemani s’apprête à parasiter un puceron

Lorsqu’une plante est attaquée par des pucerons, elle émet parfois une substance appelée allomone qui attire les parasites des pucerons. Les femelles d’Aphidius (ici Aphidius colemani) se posent alors sur la plante, repèrent les pucerons et pondent un oeuf dans chacun des plus gros d’entre eux. Cela ne dure que quelques secondes, ce qui assure aux Aphidius de ne pas être embêtés par les fourmis éventuellement présentes qui protègent les pucerons. La femelle d’Aphidius passe ensuite son abdomen sous ses pattes et pond l’oeuf à l’intérieur du puceron. La larve de la guêpe se développe en dévorant le puceron de l’intérieur, c’est donc un insecte dit parasitoïde : il entraîne la mort de son hôte. Durant les premiers jours, le puceron, sous l’influence de la larve de la guêpe, consomme un peu plus de sève qu’à la normale. Certains pucerons pourraient même encore se reproduire alors qu’ils sont parasités. Mais rapidement, la larve de l’Aphidius tue le puceron et se tisse un cocon dans ce dernier. Le puceron prend alors une teinte brunâtre, on dit qu’il est momifié ! La durée du cycle complet dépend de la température, il faut généralement entre 10 et 14 jours pour que naisse une nouvelle génération de guêpes parasitoïdes [1].

Aphidius colemani femelle en train de pondre dans un puceron. Il faut très peu de temps à ces guêpes parasitoïdes pour parasiter un puceron.
 JPEG - 145.6 ko
Ponte

Ces petites guêpes seraient-elles donc capables de vous débarrasser efficacement des pucerons ? Oui, mais il ne faut pas utiliser d’insecticides à côté ! Des scientifiques ont en effet montré que l’usage de certains insecticides réduisait fortement la survie de ces guêpes tueuses de pucerons [2]. Planter de la bourrache à côté de vos fleurs et légumes pourrait également aider à attirer ces petits insectes parasites. Une étude suggère que cette plante émet des substances chimiques capables d’attirer les parasites de pucerons [3].
Ces guêpes ne sont par ailleurs pas les seules à s’attaquer aux pucerons, c’est aussi le cas des larves prédatrices de pucerons de certaines mouches, des perce-oreilles, des coccinelles, des chrysopes,... En maintenant une diversité de plantes locales importantes dans votre jardin, et à condition de ne pas utiliser d’insecticides ni de pesticides en général, ces insectes viendront naturellement chasser vos pucerons ! Tous ces prédateurs et parasites des pucerons ont également une action indirecte sur les pucerons : lorsqu’un puceron se sent en danger, il émet des molécules qui signalent aux autres pucerons de sa colonie qu’il est attaqué. Les autres pucerons, paniqués, se laisseraient alors tomber au sol, où ils meurent ou se font dévorer par une multitude d’insectes et d’araignées.

 JPEG - 131.9 ko
Pucerons momifiés

Les Aphidius parasitent une très grande diversité d’espèces de pucerons, ils s’attaquent par exemple aux pucerons noirs de la fève Aphis fabae, aux pucerons russes du blé Diuraphis noxia, aux pucerons du merisier à grappes (ou pucerons bicolores des céréales) Rhopalosiphum padi, aux pucerons verts du pêcher Myzus persicae, aux pucerons de l’artichaut Brachycaudus cardui,... [4]

On voit clairement que ces pucerons momifiés ont un trou circulaire sur le "dos" : ce sont les trous découpés par les parasites pour sortir de la momie du puceron.
 JPEG - 178.6 ko
Pucerons vides

Même si Aphidius colemani est présent en France, des populations brésilienne ont été introduites récemment comme traitement biologique contre les pucerons. Ces populations seraient en effet plus polyphages que les populations locales, cela signifie qu’elles pondent dans un plus grand nombre d’espèces de pucerons différentes [5]. Ce genre d’introduction n’est pas sans risque, et peut conduire à la disparition des espèces locales de guêpes parasites.

Plusieurs espèces d’Aphidius sont présentes en France, dont Aphidius colemani, Aphidius ervi, Aphidius matricariae, Aphidius avenae, Aphidius rhopalosiphi et Aphidius uzbekistanicus. Toutes ces espèces sont très difficiles à différencier [6].

Les Aphidius peuvent eux aussi être parasités ! Des petites guêpes sont en effet capable de pondre leurs oeufs dans les larves des Aphidius : ce sont des hyper-parasites.


Références et définitions

[2Van Driesche, R. G., Lyon, S., Sanderson, J. P., Bennett, K. C., Stanek III, E. J., & Zhang, R. (2008). Greenhouse trials of Aphidius colemani (Hymenoptera : Braconidae) banker plants for control of aphids (Hemiptera : Aphididae) in greenhouse spring floral crops. Florida Entomologist, 91(4), 583-591.

[3Fujinuma, M., Kainoh, Y., & Nemoto, H. (2010). Borago officinalis attracts the aphid parasitoid Aphidius colemani (Hymenoptera : Braconidae). Applied Entomology and Zoology, 45(4), 615-620.

[5RABASSE, J. M., Tardieux, I., & Pintureau, B. (1985). Comparaison de deux populations française et brésilienne d’Aphidius colemani Viereck (Hym., Aphidiidae). In Annales de la Société entomologique de France (Vol. 21, No. 1, pp. 45-49). Société entomologique de France.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 2831 / 2430245