Phorésie

La phorésie désigne le transport d’un organisme par un individu d’une autre espèce : le phoronte (celui qui est transporté) se fixe solidement à son hôte, par exemple par l’intermédiaire de soies collantes ou avec ses pinces (chez les pseudoscorpions en particulier). L’hôte est souvent incapable de détacher cet intru. Lorsque le phoronte juge que l’environnement dans lequel se trouve l’hôte est favorable, il se détache.

La phorésie peut avoir des conséquences négatives pour l’hôte qui peut être gêné par le phoronte. On peut par exemple imaginer que le poids du phoronte oblige l’hôte à consommer plus d’énergie lorsqu’il se déplace. De même, le volume occuppé par le phoronte peut empêcher l’hôte de s’accoupler ou de se nourrir si le phoronte le bloque physiquement.

Les phorontes sont souvent des acariens ou des pseudoscorpions : peu aptes à se déplacer par eux-mêmes, ils s’attachent la plupart du temps à des insectes ou arthropodes très mobiles et susceptibles de les conduire dans un micro-habitat qui leur est favorable.

Si l’animal qui se fait transporter prélève l’hémolymphe de son hôte, on le qualifie alors de parasite (souvent "ectoparasite" pour mettre en avant le fait qu’il se fixe sur l’hôte et non à l’intérieur de l’hôte). Le Varroa destructor, un acarien qui se fixe sur les abeilles et prélève leur hémolymphe est ainsi un ectoparasite, alors que Acarapis woodi, un acarien (responsable de l’acariose) qui vit dans les trachées des abeilles est un endoparasite.
Si l’animal est actif durant le transport, et se nourrit de substances qui se trouvent par hasard sur l’hôte, il peut être qualifié de commensal.
Enfin, si l’animal porté par son hôte débarasse l’hôte de ses parasites ou de substances pouvant gêner l’hôte, la relation est qualifiée de mutualiste (par exemple, certains arthropodes se fixent des anémones sur le dos pour se protéger des prédateurs).


  • Acariens, Combien de pattes a un acarien ?

    Certaines acariens sont des parasites d’insectes, les Varroa par exemple se fixent sur les abeilles et se nourrissent de leur hémolymphe... Mais ce ne sont pas les seuls !

  • Les opilions ou faucheux

    Les opilions sont des arachnides, comme les araignées, dont ils se distinguent facilement par leurs corps ronds ou ovales fusionnés en une seule partie et par leurs fines et longues pattes grêles.

  • La coccinelle qui promenait son acarien

    Avez-vous déjà remarqué d’étranges excroissances rouges orangées sur certains insectes ? Il s’agit généralement d’acariens...

  • Pseudoscorpions

    Photographies et mode de vie des pseudoscorpions, de très petits arachnides aux pinces semblables à celles des scorpions.

  • Ce psoque porte un acarien géant

    Les acariens sont de petits arthropodes proches des araignées et des tiques. Certaines espèces d’acariens sont prédatrices, d’autres parasites (comme le Varroa destructor qui parasite les abeilles) et nombre d’entre eux sont aussi phorétiques, ce qui signifie qu’ils se déplacent en s’attachant au dos d’autres animaux. Ces autres animaux peuvent être des invertébrés, y compris des mille-pattes, des opilions ou des araignées, y compris aquatiques comme la ranâtre, mais ils peuvent aussi être (...)

  • Acariens parasites de fourmis

    Certains acariens parasitent les fourmis. Ils se fixent sur les fourmis pour leur prélever de l’hémolymphe, le sang des insectes, ou pour se faire transporter d’un milieu à un autre. D’autres acariens se promènent aussi dans les fourmilières et mangent les restes de nourriture et les déchets de la fourmilière. Voici des photos de nombreuses espèces d’acariens vivant en relation avec les fourmis.
    En raison de l’identification difficile voire impossible de ces acariens, ils sont (...)