Abeilles

Les abeilles forment la super-famille des Apoidea ou apoidés. Il n’existe qu’une seule espèce d’abeille sociale en Europe, il s’agit de l’abeille mellifère, Apis mellifera. Une multitude d’autres espèces d’abeilles solitaires sont cependant présentes sur le territoire français, et participent tout autant à la pollinisation des fleurs des vergers et des prés.

Voici quelques articles accompagnés de photos d’abeilles sociales ou solitaires et de commentaires sur leur biologie et leur écologie.


  • Abeilles maçonnes : l’osmie cornue

    L’osmie cornue ou abeille maçonne, Osmia cornuta, est une des premières abeilles solitaires à s’activer au printemps. On peut en effet observer les osmies voler de Mars à Juin. Ces abeilles étant actives au printemps malgré des températures faibles, elles sont très importantes pour la pollinisation des premières fleurs. Elles sont donc particulièrement recherchées pour la pollinisation des arbres fruitiers précoces comme les cerisiers, les pruniers et les amandiers. D’après le Guide des (...)

  • Guêpe coucou, Chryside enflammée

    Les guêpes coucou sont des insectes parasites d’abeilles solitaires. Leurs couleurs bleues et rouges vives et métalliques sont remarquables. On leur accorde pour cette raison le surnom de chryside enflammée, qui désigne en réalité une des espèces les plus courantes de la famille des Chrysididae : Chrysis ignita.

  • Les différentes races d’abeilles Européennes

    On trouve en Europe de nombreuses sous-espèces d’abeilles, en tant qu’apiculteur, il est important de savoir les différencier. Voici une fichier rapide des différences entre les abeilles noires, italiennes, carnioliennes et caucasiennes.

  • Comment construire le meilleur hôtel à insectes

    Les hôtels à insectes ou abris à insectes sont utiles au jardin et fournissent aux abeilles solitaires des lieux où nicher. Voici comment construire soi-même un hôtel idéal pour les insectes. Cet article décrit quels matériaux utiliser, quel est le meilleur emplacement pour l’hôtel à insectes et comment attirer des abeilles et autres insectes auxiliaires du jardin tels que bourdons, osmies, coccinelles et chrysopes.

  • Frelons européens, Vespa crabro

    Le frelon européen, Vespa crabro, est un gros hyménoptère qui construit des nids en carton, se nourrit du nectar des fleurs et d’insectes variés. Il est donc plutôt utile au jardin, et contrairement à son homologue asiatique, il ne s’attaque presque pas aux abeilles méllifères de nos ruchers.

  • Comment les abeilles contrôlent-elles la température de la ruche ?

    Les abeilles maintiennent la température de leur ruche entre 32 et 36°C. Pourquoi les abeilles contrôlent-elles la température de la ruche ? Comment font-elles ? Quelle est la température optimale d’une ruche ? Voici tout ce que vous voulez savoir sur la température des abeilles.

  • Donnant-donnant : comment la sauge impose la pollinisation aux abeilles

    Les relations entre pollinisateurs et plantes à fleurs sont extrêmement diverses. Plusieurs plantes ont évolué de telle sorte qu’elles forcent les pollinisateur à prélever et à déposer le pollen, c’est le cas de la sauge.

  • L’hygiène chez les insectes sociaux

    Chez les insectes sociaux, l’hygiène dans les nids est très importante pour éviter les épidémies de malades bactérienneset viral ainsi que les parasites comme les champignons ou les acariens.

  • Abeilles sociales

    Au printemps, si la ruche est trop exposée au soleil, la température de la ruche augmente et les abeilles s’activent à l’intérieur. Elles se retrouveront paralysées par le froid lorsqu’elles essayent de sortir de la ruche. On peut donc les prendre en photo au "trou de vol" sans risque de se faire piquer ! Une solution proposée par les apiculteurs, pour éviter que les abeilles ne soient induites en erreur par les premiers rayons du soleil, est de placer une tuile devant la ruche, pour (...)

  • La vie en société chez les insectes

    Pourquoi les fourmis ouvrières acceptent-elles de nourrir tout au long de leur vie une reine qui les empêche de se reproduire elles-mêmes ? Pourquoi certains animaux sont-ils solitaires alors que d’autres vivent en sociétés ? Des perce-oreilles qui prennent soin de leurs oeufs, aux crevettes et araignées sociales, sans oublier les fourmis, abeilles et termites, cet article présente une rapide vue d’ensemble de l’évolution de la vie en société. La théorie de sélection de parentèle d’Hamilton y est aussi détaillée ainsi qu’une courte histoire de l’évolution de la vie en société des animaux grégaires aux insectes eusociaux.