MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Qu’est-ce qui attire les moustiques ? Réponse

Et autres questions sur les moustiques.

Qu’est-ce qui attire les moustiques ? Comment repousser les moustiques ou les tuer de manière efficace ? Pourquoi les piqures provoquent-elles des boutons et comment les apaiser ? C’est la multitude de questions auxquelles Myrmecofourmis.fr répond dans cet article !

Qu’est-ce qu’un moustique ? Comment les moustiques piquent-ils ?

Les moustiques ne possèdent que deux ailes, ce qui en fait des diptères. Ils appartiennent donc au même ordre que les mouches. Ils appartiennent aussi au sous-ordre des nématocères car leurs antennes sont longues et fines. Enfin, ils appartiennent à la famille des Culicidae, communément appelés moustiques. Les moustiques se distinguent d’autres diptères suceurs de sangs par leurs antennes longues et fines composés de plusieurs articles, par leurs ailes pourvues de soies applaties en forme d’écailles, et par le fait que les femelles possèdent un proboscis, aussi appelé rostre, composé de plusieurs longues pièces buccales qui forment une sorte de trompe rigide. C’est ce proboscis pointu et creux qui lui permet de prélever le sang des vertébrés. On reconnait les femelles moustiques au faible nombre de poils qu’elles ont sur les antennes.

Que mange un moustique ?

Les mâles se nourrissent de nectar et d’autres liquides sucrés. Les femelles aussi, sauf lorsqu’elles sont en train de produire leurs oeufs : elles piquent alors les humains pour consommer leur sang.

Un moustique noir rayé de blanc pique la peau d’un humain. Aedes geniculatus femelle.
 JPEG - 339.5 ko
Moustique noir et blanc Aedes geniculatus, piqûre

Qu’est-ce qui attire les moustiques ? Comment nous repèrent-ils ?

De nombreux scientifiques ont cherché à déterminer la manière dont les moustiques nous repèrent, afin de pouvoir les repousser. Leurs efforts ont abouti à une conclusion cependant peu optimiste, les moustiques n’utilisent pas un mais une multitude d’indices pour détecter notre présence. Ils sont en particulier attiré par le CO2 que nous expirons, par l’humidité due à l’évaporation de notre transpiration, par la chaleur que nous émettons, et par de nombreuses molécules (acides, lipides,...) présentes dans notre haleine et sur notre peau et qui se volatilisent dans l’air, au sens premier du terme [1]. Des scientifiques ont par exemple montré que les moustiques étaient très attirés par des substances présentes sur la paume de nos mains [2]. Il est parfois nécessaire que le moustique repère une combinaison de différents indices pour pouvoir conclure à la présence d’un humain. Par exemple, les moustiques sont attirés par l’odeur de l’acide lactique, présent sur notre peau, uniquement lorsqu’elle est associée à une émission de CO2 [3].

Devant ce constat, les scientifiques ont cherché à déterminer l’attrait relatif de ces différents paramètres pour les moustiques [4]. Les résultats montrent que plusieurs paramètres sont importants, tout comme les interactions parfois complexes entre les différents composants chimiques présents sur la peau, mais que le CO2 est en grande partie responsable de l’attirance que les moustiques ont pour les humains, avec d’autres molécules comme le 1-octen-3-ol, l’acétone et l’ammoniaque...

Enfin, il faut noter que toutes les espèces de moustiques ne semblent pas être attirées par la lumière [5], même si des études ont montré que l’utilisation de lumière associée à des pièges à CO2 permettait de capturer en plus grand nombre les moustiques de certaines espèces.

Pourquoi certaines personnes se font-elles plus piquer que d’autres par les moustiques ? Comment les moustiques choisissent-ils leurs victimes ?

Pourquoi moi ? Pourquoi suis-je l’unique cible de ces horribles bestioles, alors que la personne à quelques centimètres de moi n’a pas une seule piqure ?
Il n’a pas échappé aux chercheurs, en particulier à ceux qui s’échinent à déterminer ce qui attire les moustiques, que certaines personnes se font plus piquer que d’autres par les moustiques. Pour les scientifiques, plusieurs raisons peuvent expliquer cela : l’absence de certaines substances sur la peau de ces personnes, la présence de substances qui repoussent les moustiques, et la présence de substances qui camouflent les odeurs humaines qui attirent les moustiques. Après avoir rassemblé un large échantillon d’humains volontaires pour se faire piquer par des moustiques, des scientifiques ont comparés le nombre de moustiques qui étaient attirés par les différentes personnes [6]. Pour cela, ils ont demandé aux participants d’exposer la paume de leur main à une cage contenant des moustiques. Plus le nombre de moustiques attirés est important, et moins il y a de chance que la personne ne porte une de ces molécules qui repousse les moustiques, ou camoufle ce qui les attire.

Ils ont alors prélevé les molécules présentes sur la peau des personnes qui attiraient le moins les moustiques et les ont analysées. Chez les personnes attirant le moins les moustiques, plusieurs substances sont présentes en quantité plus importante. Il s’agit de l’octanal, du nonanal, du decanal, de la géranylacétone, du benzaldéhyde, du 6-methyl-5-hepten-2-one ainsi que d’une molécule dont la composition chimique n’est pas connue. Ces différentes molécules, dont certaines sont déjà connues pour leur effet répulsif sur d’autres animaux, pourraient servir à fabriquer des répulsifs plus efficaces contre les moustiques.

Moustique noir et blanc à rayures apparenant à l’espèce Aedes geniculatus. Photo macro de cette femelle moustique piquant un humain pour boire son sang.
 JPEG - 320.1 ko
Moustique noir rayé de blanc Aedes geniculatus

Qu’est-ce qui repousse les moustiques ? Comment se protéger des moustiques ? Comment tuer les moustiques ?

La première chose à faire pour éviter d’être envahit de moustiques et pour lutter contre eux de manière efficace est d’éliminer les zones de reproduction des moustiques.
Il faut donc vider régulièrement les soucoupes, les éventuels bols, pneus et autres réceptacles susceptibles de contenir de l’eau. Il faut veiller à mettre des couvercles ou de petits poissons (guppys, poissons rouges) dans les récupérateurs d’eau de pluie des zones fortement contaminées (ce n’est pas nécessaire dans les mares où les dytiques et larves de libellules accomplissent la même tache). Vérifiez également les siphons des jardins, les gouttières,...

La meilleur des protections contre les moustiques est le port de vêtements amples et longs, qui couvrent les avant-bras et les chevilles. De la même manière, l’installation de moustiquaires aux fenêtres ou sur les lits est une très bonne protection contre les moustiques. Certaines moustiquaires sont également imprégnées d’insecticides qui tuent définitivement les moustiques.

Les répulsifs chimiques et insecticides à appliquer sur les vêtements peuvent être efficaces à condition de choisir ceux qui contiennent les bons composés chimiques.
Il s’agit en particulier des produits à vaporiser sur la peau, les moustiquaires ou les vêtements et qui contiennent des insecticides tels que la Perméthrine et la Deltaméthrine. Pour les répulsifs, il est conseillé d’acheter des produits contenant du DEET (N,N-diéthyl-mtoluamide), de l’ IR35353 (N-acétyl-Nbutyl-β-alaninate d’éthyle), du KBR30234 (Carboxylate de Secbutyl 2-(2-hydroxyéthyl) pipéridine-1 / Icaridine), ou du PMDRBO4 (mélange de cis- et trans-p-menthane-3,8 diol). Seuls ces répulsifs et insecticides sont à ce jour à la fois autorisé en France et réellement efficaces contre les moustiques [7].

La citronnelle, les géraniums et les autres remèdes de grand-mère permettant soi-disant de lutter contre les moustiques sont inefficaces. De nombreuses études ont montré que la citronnelle ne permettait pas de repousser ou d’éloigner les moustiques de votre maison. Il est en réalité presque impossible de chasser les moustiques efficacement avec des méthodes "naturelles".

Les répulsifs à ultrasons n’ont aucune efficacité et de très nombreuses études scientifiques ont montré qu’ils ne servaient absolument à rien (voir les détails dans l’article sur le moustique tigre). De la même manière, les bracelets anti-insectes pour se protéger des moustiques et des tiques sont connus pour être inefficaces. Les huiles essentielles ne sont pas non plus efficaces ou alors perdent leur efficacité au-delà de vingt minutes.

Il est possible de construire des pièges à CO2, en remplissant une bouteille d’eau de sucre et de levure boulangère pour produire du CO2. Ce sont ces pièges qui sont utilisés par les entomologistes pour étudier les moustiques [8]. Cependant, vous risquez d’attirer des moustiques de très loin avec ce type de pièges, et une fois à proximité du piège ils pourraient changer d’avis et s’en prendre à vous... ces pièges à moustiques sont donc déconseillés la plupart du temps.

Moustique Aedes geniculatus femelle de couleur noir et blanc en train d’infliger une piqure à travers un vêtement.
 JPEG - 333 ko
Aedes geniculatus, moustique piquant à travers des vêtements

Est-ce qu’un moustique pique plusieurs fois ? Est-ce qu’un moustique meurt après m’avoir piqué ?

Les moustiques piquent à l’aide de leurs pièces buccales, pour aspirer le sang. Ils peuvent piquer plusieurs fois, et piquent tant qu’ils ont faim. Les moustiques ne meurent pas après avoir piqué un humain : ils digèrent le sang, leurs oeufs se développent, puis ils les pondent à proximité d’un point d’eau. Ils peuvent ensuite éventuellement préparer une autre ponte, et piquer à nouveau pour se nourrir de sang.
Ce sont les abeilles qui meurent après avoir infligé une piqure : elles se servent de leur aiguillon qui est attaché à certains de leurs organes. L’aiguillon se plante dans la peau et reste bloqué, en le détachant de son corps, l’abeille arrache certains de ses organes et se condamne ainsi à une mort certaine...

A quoi sont dus les boutons de moustiques, comment les apaiser ?

Les femelles de moustiques, lorsqu’elles sont en train de piquer, injecte dans l’organisme leur salive anticoagulante. Cela leur permet d’empêcher nos plaquettes de mettre fin à ce prélèvement de sang.
Les cellules défensives présentes dans notre peau (mastocytes) réagissent alors à la salive du moustique, et produisent de l’histamine, une molécule du système immunitaire qui est également la molécule responsable des démangeaisons, des rougeurs et du gonflement de la peau. Bref, l’histamine est LA molécule responsable des boutons de moustiques. On peut, pour simplifier, comparer le bouton de moustique à une allergie locale.
Il ne faut pas gratter ni percer un bouton de moustique, le soulagement ne durera pas et vous risquez de provoquer une infection qui prolongera encore la présence du bouton et les démangeaisons.
Pour soulager un bouton, le calmer, l’atténuer, le faire dégonfler voire disparaitre plus rapidement, commencez par le rincer avec de l’eau et du savon de Marseille. Vous pouvez ensuite y appliquer du chaud (mouchoirs imbibé d’eau chaude) ou du froid (glaçon emballé dans une serviette). Il faudra ensuite aller chez le pharmacien pour se procurer une crème ou une pommade antihistaminique, ou une pommade à base de corticostéroïdes qui s’applique sur la peau au niveau de la piqure de moustique. Ces pommades agissent sur l’histamine et aident à apaiser la piqure, à faire dégonfler le bouton et à stopper les démangeaisons. Dans le cas d’une allergie plus importante aux piqures de moustiques, il vous faudra prendre rendez-vous avec un médecin pour discuter de l’utilisation d’un traitement antihistaminique à prendre par voie orale. Ces médicaments sont prescrits sur ordonnance.
La plupart des autres méthodes "naturelles" et "méthodes de grand-mère" sont inefficaces et peuvent même augmenter les démangeaisons ou la sensation de brulure.


Références et définitions

[1Voir par exemple cette étude qui utilise des chaussettes sales pour attirer les moustiques : Olanga, E. A., Okal, M. N., Mbadi, P. A., Kokwaro, E. D., & Mukabana, W. R. (2010). Attraction of Anopheles gambiae to odour baits augmented with heat and moisture. Malar J, 9(6).

[2Schreck C.E., Smith N., Carlson D.A., Price G.D., Haile D. & Godwin D.R. (1981) Material isolated from human hands that attracts female mosquitoes. Journal of Chemical Ecology, 8(2):429-438.

[3Smith C.N., Smith N., Gouck H.K., Weidhaas D.E., Gilbert I.H., Mayer M.S., Smittle B.J. and Hofbauer A. (1970) L-Lactic acid as a factor in the attraction of Aedes aegypti(Diptera : Culicidae) to human hosts. Ann. Entomol. Soc, Am. 65:607-612.

[4Bar-Zeev M., Maibach H.I. & Khan A.A. (1977) Studies on the attraction of Aedes aegypti(Diptera : Culicidae) to man. J. Med. Entomol. 14:113-120.

[5Barr, R. A., Smith, T. A., & Boreham, M. M. (1960). Light intensity and the attraction of mosquitoes to light traps. Journal of Economic Entomology, 53(5), 876-880.

[6Logan, J. G., Birkett, M. A., Clark, S. J., Powers, S., Seal, N. J., Wadhams, L. J., ... & Pickett, J. A. (2008). Identification of human-derived volatile chemicals that interfere with attraction of Aedes aegypti mosquitoes. Journal of chemical ecology, 34(3), 308-322.

[7Recommandations d’utilisation des répulsifs et biocides contre les moustiques (Recommandations HCSP du 25 avril 2013 – Mis à jour le 15 janvier 2014), liste détaillée avec les marques de produits anti-moustiques efficaces sur ce PDF

[8TRAPS, C. D. (1993). Sampling Adults with Carbon Dioxide Traps, Light-Traps, Visual Attraction Traps and Sound Traps.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 7091 / 2027845