Pollinisation

Qu’est-ce que la pollinisation ?

La pollinisation est le transfert du pollen, qui contient les cellules reproductrices mâles, depuis les étamines (parties mâles de la fleur) vers le pistil (partie femelle de la fleur) de la même ou d’une autre fleur de la même espèce. Cela permet de fertiliser les fleurs femelles ce qui permet la formation de graines ou de fruits, permettant ainsi la reproduction des plantes.

Certaines plantes sont pollinisée simplement par le vent, mais la plupart des plantes sont pollinisées par des animaux. Parmi les nombreux agents pollinisateurs, les insectes jouent un rôle prépondérant. Les abeilles, les papillons, les coléoptères, les mouches et de nombreux autres insectes se nourrissent du nectar des fleurs tout en se couvrant de pollen. Lorsqu’ils passent d’une fleur à l’autre pour se nourrir, le pollen présent sur leur corps se dépose sur les parties reproductrices des fleurs, favorisant ainsi la fertilisation.

Quel est le rôle des différents insectes dans la pollinisation ?

Les abeilles sont peut-être les pollinisateurs les plus connus et les plus efficaces. Elles collectent du nectar pour le transformer en miel et, en chemin, transfèrent le pollen entre les fleurs. Les abeilles domestiques et sauvages contribuent grandement à la pollinisation des cultures alimentaires, telles que les fruits à pépins, les légumes et les plantes oléagineuses.

Les papillons, coléoptères, mouches, syrphes et autres insectes qui se nourrissent de nectar ou de pollen sont bien moins efficaces que les abeilles, ils volent moins loin, visitent moins de fleur et collectent peu de pollen.

Quelle est l’importance écologique et économique de la pollinisation par les insectes ?

La pollinisation par les insectes est d’une importance capitale pour la reproduction des plantes à fleurs. Cette reproduction est essentielle à la production de fruits, de légumes, de noix et de graines qui font partie intégrante de l’alimentation humaine et animale. Sur le plan économique, la valeur économique mondiale des cultures dépendantes de la pollinisation est estimée à des milliards d’euros mais il est très difficile, et probablement inutile, d’essayer de chiffrer ce service écologique.

Les fruits et légumes qui forment la base de notre alimentation seraient gravement compromis sans les services gratuits fournis par les insectes pollinisateurs, et ça, c’est difficile à chiffrer en terme d’argent.


  • Abeilles maçonnes : l’osmie cornue

    L’osmie cornue ou abeille maçonne, Osmia cornuta, est une des premières abeilles solitaires à s’activer au printemps. On peut en effet observer les osmies voler de Mars à Juin. Ces abeilles étant actives au printemps malgré des températures faibles, elles sont très importantes pour la pollinisation des premières fleurs. Elles sont donc particulièrement recherchées pour la pollinisation des arbres fruitiers précoces comme les cerisiers, les pruniers et les amandiers. D’après le Guide des (...)

  • Mouches diverses

    La détermination des diptères étant difficile, cet article regroupe des espèces très différentes en attendant leur détermination.
    Quelques macrophotographies de mouches et autres diptères.
    Une autre série de macrophotographies de mouches :
    L’oeil à facettes de la syrphe :
    D’un peu plus loin :
    Les couleurs des syrphes rappellent souvent celles des hyménoptères pouvant piquer, tels que les abeilles ou les guêpes :
    Une autre syrphe de face et de profil :
    On peut observer sur (...)

  • Les Abeilles Charpentières ou Xylocopes sont des Tricheuses

    Comment se nourrir lorsque l’on est trop gros pour rentrer dans son plateau repas ? Certaines abeilles à langues courtes ont trouvé une solution...

  • Comment construire le meilleur hôtel à insectes

    Les hôtels à insectes ou abris à insectes sont utiles au jardin et fournissent aux abeilles solitaires des lieux où nicher. Voici comment construire soi-même un hôtel idéal pour les insectes. Cet article décrit quels matériaux utiliser, quel est le meilleur emplacement pour l’hôtel à insectes et comment attirer des abeilles et autres insectes auxiliaires du jardin tels que bourdons, osmies, coccinelles et chrysopes.

  • Abeilles solitaires

    La plupart des abeilles ne sont pas sociales et ne vivent pas dans des ruches. Près d’un millier d’espèces d’abeilles dites solitaires sont présentes en Europe. Ces abeilles, de formes, de tailles et de couleurs très variées participent à la pollinisation de nombreuses espèces de plantes. Voici un petit aperçu photographique de la diversité de ces abeilles dites solitaires.

  • Hôtels à insectes : une mauvaise idée ?

    Les hôtels et abris à insectes sont devenus très populaires au cours des dernières années. Il existe certaines craintes quant à leur effet réel sur les insectes autochtones notamment. Voici les bonnes pratiques pour construire un hôtel à insectes, et une réflexion sur leur réelle utilité pour l’environnement.

  • Les Eristalis, des mouches à lunettes de mouche

    Eristalinus aeneus est une mouche remarquable de la famille des syrphes. Ses yeux sont bruns-jaunes colorés de taches sombres, et ressemblent fortement à certaines lunettes de soleil à la mode dans les années 2010. Cette mouche arrivera-t-elle à relancer la tendance ?

  • Les guêpes de la famille des Torymidae, des parasites de plantes

    Les Torymidae forment une très large famille de guêpe solitaires parasites et parasitoïdes qui pondent leurs oeufs dans des plantes ou dans les larves d’autres insectes.

  • L’abeille cotonnière

    L’abeille cotonnière, Anthidium manicatum, est une abeille solitaire qui utilise les poils des plantes pour construire son nid. Cette guêpe, difficile à identifier, est une espèce européenne invasive en Amérique du Nord. Elle vole rapidement et peut voler en sur-place.

  • La pollinisation par vibration : comment les abeilles pollinisent les tomates

    Certaines abeilles sont capables de faire vibrer leur corps pour extraire plus de pollen de certains fleurs. Voici comment la pollinisation vibratile fonctionne.