Le Mantispe Mantispa styriaca : un névroptère au corps de mante !

Neuroptera ; Mantispidae ; Mantispa styriaca

Voici un insecte atypique : la Mantispe païenne ou Mantispe de Styrie Mantispa styriaca. Cet étrange insecte possède un prothorax (le premier segment du thorax) très allongé, comme celui des Raphidioptères, de gros yeux globuleux comme ceux des chrysopes et des pattes ravisseuses identiques à celles des mantes religieuses.

Un mantispe, névroptère ressemblant à une mouche ou une chrysope avec des pattes similaires à celles des mantes religieuses.
Mantispe de Styrie

Pourtant cet insecte n’a rien à voir avec les mantes, c’est un Névroptère de la famille des Mantispidae, alors que les mantes appartiennent à l’ordre des Dictyoptères. Les scientifiques parlent dans ce cas de convergence évolutive [1] : ces deux insectes ont évolué chacun de leur côté vers la même morphologie !

Un mantispe de styrie, Matispa styriaca, vu de dessus sur fond blanc en macro.
Mantispa styriaca vue de dessus

Les yeux des mantispes sont larges. Très développés, ils servent à repérer et à faciliter la capture des insectes proies [2].

Mantispe vu de face avec ses yeux verts et pattes ravisseuses repliées.
Mantispe de Styrie de face

Les mantispes sont également remarquables par leurs longues antennes très sensibles qu’ils agitent rapidement, et comme les autres Neuroptera, les mantispes possèdent des ailes membraneuses transparentes traversées de nombreuses nervures.

Un mantispe nettoie ses pattes à l'aide de ses mandibules, vue de face sur fond blanc.
Mantispe de Styrie se nettoyant les épines des pattes ravisseuses

En plus de ressembler à une mante, le Mantispe de Styrie possède un cycle biologique un peu particulier. La larve doit parasiter un nid d’araignées afin de pouvoir se développer. Les oeufs sont pondus en hauteur, tous séparés les uns des autres et fixés au bout d’un petit pédoncule [3]. De ces oeufs éclosent de petites larves mobiles qui cherchent activement des sacs d’oeufs d’araignées de la famille des Gnaphosidae (notamment de Drassodes hypocrita [4]) dans lequel elles rentrent soit lorsque la femelle construit le sac, soit en le perçant après qu’il ait été terminé [5].

Les stades larvaire suivants sont sédentaires, la larve se nourrit uniquement des oeufs d’araignées et des jeunes araignées, puis elle se construit un cocon à l’intérieur même du cocon des araignées [6].

Un mantispe dévore une mouche à l'aide de ses pattes avant. Photo macro de face sur fond blanc.
Mantispa styriaca capturant une mouche

La taille des mantispes adultes varierait fortement en fonction de la quantité d’oeufs d’araignées disponibles dans le sac [7].

Un mantispe Mantispa styriaca, un insecte névroptère jaune orange avec des ailes transparentes nervurées, mange une mouche sur fond blanc.
Mantispe païenne mangeant une mouche

Mantispa styriaca est l’espèce la plus commune en France, mais il existerait cinq espèces de Mantispidae en Europe [8] [9]. Attention, cette espèce a de nombreux "synonymes" (c’est à dire plusieurs noms différents pour cette même espèce) : Mantispa styriaca = Mantispa pagana = Mantispa hauseri = Raphidia mantispa. C’est ce qui arrive quand les scientifiques pensent décrire de nouvelles espèces alors que celles-ci ont déjà été décrites avant !

Un insecte mantispe, similaire aux mantes religieuses et aux chrysopes, de couleurs oranges jaunes et beige avec des pattes ravisseuses et de courtes antennes et des ailes transparentes nervurées mange une mouche.
Mantispa styriaca dévorant une mouche

Références

[1Cannings, R. A., & Cannings, S. G. (2006). The Mantispidae (Insecta : Neuroptera) of Canada, with notes on morphology, ecology, and distribution. The Canadian Entomologist, 138(04), 531-544.

[2Kral, K. A. R. L., Vernik, M., & Devetak, D. (2000). The visually controlled prey-capture behaviour of the European mantispid Mantispa styriaca. Journal of Experimental Biology, 203(14), 2117-2123.

[4Poujade, G. A. (1898). Observation sur les moeurs de Mantispa styriaca Poda. Bull. Soc. Entomol. France, 3, 347.

[5Redborg, K. E., & MacLeod, E. G. (1984). The developmental ecology of Mantispa uhleri Banks (Neuroptera : Mantispidae)/53. Champaign, Ill. : University of Illinois Press.

[6Hungerford, H. B. (1936). The Mantispidae of the Douglas Lake, Michigan Region, with some biological observations. Entomol. News, 47(69-72), 85-88.

[7voir Redborg (1984)

[8Handschin, E. (1959). Mantispa styriaca (Poda 1761). Vjschr. naturf. Ges. Zurich, 104, 105-114.

[9Aspock, U., & Aspock, H. (1994). Zur Nomenklatur der Mantispiden Europas (Insecta : Neuroptera : Mantispidae). Annalen des Naturhistorischen Museums in Wien. Serie B fur Botanik und Zoologie, 99-114. avec une clé d’identification des Mantispes d’Europe

Mots-clés

Messages

  • Bonjour
    Après avoir trouvé une Mantispe, j’ai regardé votre site, je pense qu’il y a une erreur dans le texte :" Lycosidae (notamment de Drassodes hypocrita"
    le genrre Drassodes est qualifié de Lycosidae. C’est en fait un Gnaphosidae

    Cordialement
    Geneviève

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.