Les effrayantes mandibules des fourmis Myrmoteras

Hymenoptera ; Formicidae ; Formicinae ; Myrmoteras

Les fourmis du genre Myrmoteras, que l’on trouve en Asie, sont des prédatrices redoutables. Leurs mandibules sont extrêmement allongées et possèdent de nombreuses dents qui ne laissent aucune chance aux proies qu’elles rencontrent. Sans oublier leur capacité à ouvrir leurs mandibules à un angle de 270°, les faisant ainsi dépasser de l’arrière de leur tête lorsqu’elles sont écartées.

Les fourmis du genre Myrmoteras chassent avec les mandibules ouvertes à 270° et avec l'abdomen relevé.
Une ouvrière de Myrmoteras mandibules écartées

Mais ce n’est pas tout ! De telles mandibules ne leur serviraient à rien si elles n’était pas capables de détecter leurs proies, et de refermer leurs mâchoires-piège au bon moment... Leurs yeux sont complètement disproportionnés par rapport à la taille de leur tête, ce qui leur permet d’obtenir une très bonne vision de leur environnement et de repérer rapidement les proies. Une fois qu’elles se sont assez approchées, ce sont des soies sensitives qui prennent le relais : situés à l’avant de la tête, elles enclenchent la fermeture des mandibules avec une extrême rapidité dès lors qu’elles sont mises en contact avec la proie.

Les grillons, blattes, drosophiles ou collemboles, étant pourtant tous des as de la fuite, n’ont aucune chance d’en ressortir vivant...

Les fourmis possédant ce type de mandibules sont appelées "fourmis piège-à-mâchoires" par les anglais ("trap-jaw ants"). On peut en particulier observer des mandibules similaires chez les fourmis du genre Anochetus et du genre Odontomachus (article sur ces fourmis avec une vidéo) qui sont pourtant éloignées phylogénétiquement.


Partager cet article pour soutenir Myrmecofourmis.fr:


Articles liés



Poser une question:

Votre message
Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.