Relations entre les fourmis, les autres insectes et les plantes

Les fourmis sont présentes sur presque tous les continents et dans presque tous les milieux, hormis les plus froids d’entre eux. Il n’est pas étonnant, donc que les fourmis aient d’inombrables interactions avec leur environnement et avec les espèces d’animaux, de plantes et même de champignons qui le composent. Cette rubrique regroupe donc des exemples remarquables de coopération (mutualisme) entre certaines plantes et certaines fourmis (par le transport de graine ou myrmécochorie, ou par la protection contre les phytophages ou myrmécophilie) ; de coopération entre certains arthropodes et certaines fourmis (certains cloportes, par exemple, se nourrissent des déchets des fourmis), mais aussi des conflits (compétition, prédation ou parasitisme) entre les fourmis et d’autres fourmis ou d’autres insectes.

C’est un incroyable et minuscule monde de conflits et d’alliances entre espèces que vous êtes sur le point de découvrir...

Cette photo macro est un example de pollinisation par les fourmis. On y voit une fourmi rouge de profil (Myrmica sp) sur un pétal de fleur blanc d'ail des ours.

Des fourmis et des fleurs

Photographies de fourmis dans des fleurs d’euphorbe et d’ail des ours. Les fourmis profitent du nectar produit par les fleurs pour s’alimenter.

Une chenille du papillon porte-queue impérial Jalmenus evagoras protégée par deux fourmis du genre Iridomyrmex.

Ces chenilles australiennes survivent grâce aux fourmis

Certaines fourmis et chenilles s’entraident dans la nature, voici comme ce mutualisme entre des insectes si différents fonctionne.

Des ouvrières de fourmis du genre Temnothorax présentent un aspect inhabituel, pâle et proche des reines, à cause d'un vers cestode parasite.

Le ténia qui rend les fourmis jaunes

Une espèce de cestode infecte les fourmis se nourrissant sur les déjections des oiseaux et modifie leur taille et leur couleur durant le développement. En d’autres termes, le ténia Anomotaenia brevis file la jaunisse aux fourmis de l’espèce Temnothorax nylanderi...

Petit grillon myrmécophile brun photographié de profil sur fond blanc.

Les grillons myrmécophiles

Les grillons du genre Myrmecophilus vivent dans les fourmilières : ce sont des parasites sociaux de certaines espèces de fourmis, qui arrivent à obtenir de la nourriture de la part de leurs hôtes.

Un microdon, larve blanche de mouche parasite de fourmis, dans un nid de fourmis noires.

Une larve de mouche en forme de limace qui se nourrit d’oeufs de fourmis

Les microdons sont des syrphes (mouches) dont les larves, en forme de limaces, sont des parasites sociaux de différentes espèces de fourmis. Les larves de Microdon dévorent en effet celles de leurs fourmis hôtes.

Un fourmilier géant vu de profil.

Quels sont les prédateurs des fourmis ?

Voici une liste complète des plus grands prédateurs des fourmis, des oiseaux aux mammifères en passant par d’autres insectes, nous détaillons ici pourquoi et comment ces animaux mangent des fourmis.

Brachylecithum mosquensis, une fourmi de l'espèce Camponotus lateralis avec un abdomen distendu en raison de la présence d'un parasite.

Brachylecithum mosquensis : quand un ver prend le contrôle d’une fourmi

Pour un ver parasite d’escargot, arriver à atteindre son hôte final est difficile quand ce dernier est un oiseau. Le petit trématode Brachylecithum mosquensis s’infiltre donc dans les fourmis afin de faciliter cette transmission du mollusque à l’oiseau.

Une petit guêpe noire parasite de fourmis est vue de profil en gros plan devant une petite fourmi jaune orange de l'espèce Solenopsis fugax.

Une guêpe sans aile infiltre les colonies de minuscules fourmis

Même les plus petites des Fourmis que l’on peut trouver en France sont parasitées par de minuscules guêpes. Ces dernières s’infiltreraient dans leur nid pour y passer l’hiver et s’y abriter...

Petite guêpe braconide parasitoïde noire et marron en vol au dessus d'une fourmi. La guêpe appartient au genre Elasmosoma.

Guêpes parasites de fourmis

Le genre Elasmosoma regroupe de minuscules guêpes parasites de fourmis : elles repèrent la fourmi en volant, se posent sur son abdomen et pondent leurs oeufs à l’intérieur du corps des fourmis. Les larves des guêpes dévorent les fourmis de l’intérieur.

Des fourmis du genre Lasius avec des pucerons du noyer sur une feuille de noyer.

Fourmis et pucerons

Le miellat de pucerons est bien récolté par les fourmis, mais attention, ce n’est pas forcément négatif pour la plante ! Vous allez comprendre pourquoi...

Larve d'un insecte de l'ordre des coléoptères et du genre Clytra. Cette larve s'introduit dans les fourmilières et mange les larves de fourmis. La larve a une tête brune sclérifiée avec un thorax orange et un fourreau en argile.

La larve du Clytra et les fourmis

Photographies et mode de vie du Clytra, un insecte de l’ordre des coléoptères qui parasite les fourmis dans leur fourmilière.

Cette macrophotographie montre une petite mouche parasite phoride (Phoridae, Pseudacteon) attaquant une fourmi noire des jardins du genre Lasius à l'entrée de sa fourmilière.

Mouches tueuses de fourmis

Les Phoridae sont de petites mouches capables de parasiter et de tuer les fourmis. Elles pondent en effet leurs oeufs dans les fourmis.

Une fourmis du genre Myrmica de couleur brune orangée lèche l'abdomen d'un staphylin, un petit coléoptère brun parasite de fourmis aussi appelé loméchuse. C'est une photographie macro sur fond blanc.

Lomechuses, parasites des fourmis

Les loméchuses myrmécophiles sont des coléoptères staphylins parasites des fourmis. Les loméchuses ont un corps allongé et fin, avec des antennes et des pattes longues et fines. Leur couleur varie du brun clair au noir. Ce sont de petits insectes mesurant pour la plupart des espèce environs 5mm. Leur taille est similaire à celle des fourmis qu’ils parasitent.
Les loméchuses s’introduisent dans les nids de fourmis et produisent une substance apaisante avec des glandes situées au bout de (...)

Un gros plan sur des cloportes blancs commensaux des fourmis.

Cloporte commensal de fourmis

Quelles sont ces petits animaux blancs qui courent au milieu des fourmis lorsque l’on soulève une pierre ? Peut-être s’agit-il de cloportes...

Une photo macro montrant deux fourmis du genre Lasius dans leur nid avec des pseudococcidae, de petites larves blanches à l'aspect cireux.

Fourmis protégeant des cochenilles

Les fourmis s’occuppent des cochenilles et des pucerons car elles raffolent de leur miellat sucré. Il arrive même parfois que l’on trouve des cochenilles ramenées par les fourmis dans leurs nids !
Les Pseudococcidae, également connus sous le nom de cochenilles farineuses, sont une famille d’insectes suceurs de sève appartenant à l’ordre des hémiptères. Ils sont connus pour être des parasites de nombreuses plantes et peuvent causer des dommages importants aux cultures. Cependant, (...)

Une fourmi noire, probablement Formica fusca, essaie de saisir et de chasser une grande coccinelle orange avec sept points noirs qui mange des petits pucerons sur une tige de plante.

Fourmis, coccinelles et pucerons

Il n’y a pas pire cauchemar pour un puceron que ces énormes prédateurs, les coccinelles. Car les bêtes à bon dieu sont sans pitié, elles s’installent sur une plante et en dévorent tous les pucerons..
Heureusement, les fourmis sont parfois présentes pour stopper cet horrible massacre qui m’empêche de réaliser de belles photos. Même si elles délaissent un grand nombre d’espèces de pucerons, les fourmis essayent de protéger un certain nombre d’espèces. Lorsqu’un prédateur comme la (...)

Pollinisation des fleurs par les fourmis

Pourquoi voit-on parfois des fourmis dans les fleurs ? Sont-elles capables de les polliniser en transportant du pollen, comme les abeilles ? Réponses.

Une fourmi Formica rufibarbis inspecte les nectaires extrafloraux d'une feuille de cerisier.

Fourmis et plantes

Certaines plantes ont besoin des fourmis. De nombreuses fleurs sauvages dépendent des fourmis pour disperser leurs graines, et certains arbres fruitiers produisent du nectar à la base de leurs feuilles pour attirer les fourmis qui les protègent contre les chenilles et autres insectes herbivores. Les comportements de ces fourmis protectrices des plantes sauvages et du jardin sont appelés myrmécochorie et myrmécophilie.
La Myrmécochorie Il existe en France de nombreuses espèces de plantes, (...)