MyrmecoFourmis.fr fourmis et insectes


Quels sont les stades de développement des fourmis ?

Combien de stades de développement entre l’oeuf et la fourmi ?

Les fourmis sont des insectes holométaboles dont le développement passe par trois stades différents. Toutes les réponses à vos question sur les oeufs, larves et nymphes de fourmis sont dans cet article :

Combien de stades de développement y-a-t-il chez les fourmis ?

Il existe trois stades principaux de développement et quatre stades au total chez les fourmis :
- l’oeuf
- la larve
- la nymphe (parfois entourée d’un cocon)
- l’adulte (parfois appelé imago)

Chez les fourmis, les oeufs sont souvent confondus avec les cocons. Il existe une astuce simple pour reconnaître les différents stades : les oeufs sont petits et lisses (généralement plus petits que la tête d’une fourmi), les larves sont de taille moyenne à grande avec un corps souvent fait de petits anneaux et les nymphes ont la même taille qu’une fourmi et ont déjà la forme d’une fourmi repliée sur elle-même. Elles sont parfois cachées dans un cocon à l’aspect de papier. Sur cette vidéo, on voit une énorme grappe de petits oeufs lisses de la fourmi charpentière Camponotus herculeanus :

Le stade larvaire est lui-même découpé en plusieurs stades. Ces stades sont séparées par des mues aussi appelées exuviations. La peau des insectes, appelée cuticule, fonctionne comme un squelette externe et doit donc être rigide pour que les muscles des insectes puissent se contracter. La cuticule n’est donc pas extensible. Lorsque les insectes grandissent, ils se débarrassent de ce squelette et en construisent un nouveau. Et même si les larves semblent molles et fragiles, elles possèdent tout de même cette cuticule rigide dont elles doivent se débarrasser pour grandir.

Une fourmi ouvrière de l’espèce Harpegnathos saltator garde des oeufs de fourmis devant plusieurs cocons d’ouvrières.
 JPEG - 161.4 ko
Oeufs de fourmis, Harpegnathos saltator

Chez les fourmis, il existe généralement quatre à cinq stades larvaires [1] [2]. Certains scientifiques notent que le dernier stade larvaire a souvent été confondu avec le stade de nymphe [3], car il n’y a pas de mue entre ce stade et celui de nymphe.

Les fourmis sont-elles homométaboles ou hémimétaboles ?

Les fourmis sont des insectes dits holométaboles car elles passent par une métamorphose complète. En effet, les fourmis, comme les insectes de l’ordre des papillons ou les scarabées, passent par un état nymphal immobile, contrairement aux insectes hémimétaboles qui au contraire n’ont pas de stade immobile (par exemple les sauterelles et criquets). Chez certaines espèces de fourmis, les nymphes sont cachées dans des cocons tissées par la larve avant la nymphose :

Photographie macro d’une fourmi s’occupant de nymphes de fourmis (genre Temnothorax).
 JPEG - 185.2 ko
Nymphes de fourmis

Combien de temps dure le développement des oeufs, larves et nymphes de fourmis ?

Le temps de développement des oeufs, larves et nymphes de fourmis est très variable. Il peut varier selon la température, la saison, la caste, la taille des fourmis, et l’espèce [4]. Par exemple, chez la fourmis de feu Solenopsis invicta des scientifiques ont montré que le temps total de développement de l’oeuf à l’adulte était de 55 jours quand les fourmis étaient placées dans une chambre à 24°C mais seulement de 23 jours quand les colonies étaient placées dans une chambre à 35°C [5] ! De manière générale, la plupart des espèces de fourmis nécessitent des temps de développement similaires à ceux de la fourmis de feu, soit une à deux semaines de la ponte à l’éclosion de l’oeuf ; de deux semaines à un mois pour le développement larvaire jusqu’à la nymphose et à l’éventuelle fabrication d’un cocon ; et de une semaine à un mois pour que la nymphe deviennent un adulte.

Photographies des différents stades de développement des insectes holométaboles, l’exemple des fourmis :

  • Oeufs de fourmis chez Camponotus lateralis :
    Un énorme tas d’oeufs de fourmis noires et rouges de l’espèce Camponotus lateralis.
 JPEG - 670.1 ko
    Oeufs de fourmis
  • Larves de fourmis chez Ponera sp (avec des cocons au centre) et Lasius alienus (macrophotographies) et Temnothorax tuberum et Lasius flavus (vidéos) :
    Chambre d’une fourmilière dans la terre avec une large salle contenant au centre des cocons de fourmis et sur les bords des larves. Une fourmi ouvrière du genre Ponera tire un cocon vers l’intérieur du nid.
 JPEG - 202.2 ko
    Larves et cocons de fourmis
    Des fourmis prennent soin de leurs larves blanches et noires à l’intérieur du nid. Il s’agit de l’espèce Lasius alienus.
 JPEG - 217.4 ko
    Larves de fourmis
  • Cocons et nymphes de fourmis chez Hypoponera sp, Lasius emarginatus (énormes cocons de reines fourmis) :
    Cocons de fourmis de couleur blanc beige en tas dans une fourmilière dans la terre, avec une fourmis ouvrière du genre Hypoponera de couleur brune.
 JPEG - 171.4 ko
    Cocons de fourmis
    Macrophotographie de petites fourmis noires et rouges de l’espèce Lasius emerginatus transportant collectivement un gros cocon de princesse fourmi volante sur le sol.
 JPEG - 190.6 ko
    Cocons de reines fourmis
  • Fourmis adulte immature de Lasius niger qui n’est pas encore colorée, sur un tas de cocons. Les jeunes ouvrières ont besoin de quelques heures à quelques jours pour se colorer entièrement :
    Macrophotographie d’une fourmi de l’espèce Lasius niger qui vient juste d’émerger de son cocon et est de couleur blanche. Elle marche sur un tas de cocons de fourmis dans sa fourmilière creusée dans la terre.
 JPEG - 464.9 ko
    Fourmi adulte immature et cocons

Références et définitions

[1Wheeler, G. C., & Wheeler, J. (1976). Ant larvae : review and synthesis (No. 7). Entomological Society of Washington.

[2Wheeler, W. M. (1918). A study of some ant larvae, with a consideration of the origin and meaning of the social habit among insects. Proceedings of the American Philosophical Society, 293-343.

[3Wheeler, G. C., & Wheeler, J. (1986). Ten-year supplement to Ant larvae : Review and synthesis. Proceedings of the Entomological Society of Washington, 88(4), 684-702.

[4Porter, S. D. (1988). Impact of temperature on colony growth and developmental rates of the ant, Solenopsis invicta. Journal of Insect Physiology, 34(12), 1127-1133.

[5Porter, S. D. (1988). Impact of temperature on colony growth and developmental rates of the ant, Solenopsis invicta. Journal of Insect Physiology, 34(12), 1127-1133.

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 924 / 4159269