MyrmecoFourmis.fr
fourmis et insectes


Les ordres d’insectes présents en France

Identifier les ordres d’insectes de France

Combien d’ordres d’insectes sont présents en France ? Comment les distingue-t-on ? Dans cet article, vous trouverez les critères d’identification des ordres d’insectes accompagnés de photos et apprendrez à distinguer les différents ordres d’insectes présents sur le territoire français.

Pour pouvoir différencier les ordres d’insectes, il faut commencer par définir ce qu’est un insecte. Le mot "insecte" vient du latin in-sectum, qui signifie "divisé" car leurs corps est séparé en trois parties bien distinctes, la tête, le thorax et l’abdomen. Ce n’est cependant pas un critère suffisant pour définir ce qu’est un insecte. Voici donc une définition plus complète : les insectes sont des arthropodes (leur squelette est externe) qui possèdent six pattes, deux paires d’ailes (parfois modifiées comme le balancier des mouches, les élytres des scarabées, ou perdues au cours de l’évolution comme chez les ouvrières des fourmis), une paire d’antennes et des pièces buccales externes.

Pour identifier un insecte rapidement, déterminer l’ordre auquel cet insecte appartient est la première étape et peut vous faire gagner beaucoup de temps. Cet article vous donne 1) une liste des ordres d’insectes présents en France et dans le monde, 2) un rapide rappel de la phylogénie, les ordres d’insectes, des exemples d’insectes (noms vernaculaires ou usuels) appartenant aux différents ordres, et les critières rapides d’identification et 3) une liste détaillée des ordres d’insectes avec des critères supplémentaires et des illustrations.

Liste des ordres d’hexapodes et d’insectes présents en France et dans le monde

Il existe 25 (à 27) ordres d’insectes dans le monde [1] (le nombre varie selon les classifications utilisées) dont 22 (à 24) sont présents en France.

Les ordres d’insectes sont ici classés par ordre alphabétique. Lorsque des rubriques ou des articles du site relatifs à ces ordres d’insectes sont disponibles, vous pouvez cliquez sur le nom de l’ordre pour les consulter.

  • Hexapodes ptérygotes ou insectes absents de France [2]
    — Zoraptera
    — Mantophasmatodea
    — Grylloblattodea

Tableau résumé des ordres d’insectes de France et critères d’identification

Sous-embranchementSous-classeOrdreNoms vernaculairesDescription
Corps divisé en trois parties, six paires de pattes : Les héxapodes Absence d’ailes, les Aptérygotes Thysanura (Zygentoma) et Archaeognatha Poissons d’argents Possèdent trois cerques, un corps plat et fuselé couvert d’écailles
Diplura "Diploures" Pas d’écailles, corps plat, deux cerques en forme d’antennes ou de pinces
Protura Protoures Six pattes mais pas d’antennes ni d’yeux
Collembola Collemboles Possèdent un organe leur permettant de sauter appelé furca ou furcula sous l’abdomen
Présence d’ailes, les Ptérygotes ou insectes "vrais" Dictyoptera (Blattodea, Mantodea et Isoptera) Blattes et cafards, mantes religieuses, diablotins de Provence, termites,... Ailes antérieures rigidifiées protégeant les ailes postérieures, ovipositeur très court, formation d’oothèques par les mantes et blattes
Coleoptera Scarabées, lucanes, chrysomèles, staphylins, coccinelles,... Première paire d’ailes transformées en élytres sclérifiées
Dermaptera Perce-oreilles Cerques en forme de pinces à l’arrière de l’abdomen
Diptera Mouches, moucherons, moustiques, taons,... Deuxième paire d’ailes transformée en balancier
Ephemeroptera Ephémères Première paire d’aile membraneuse, deuxième paire réduite ou absente
Embioptera Embioptères Tarse (un des segments de la patte) renflé, ovale, qui sert à produire de la soie.
Hemiptera Punaises, pucerons, cochenilles, cicadelles, cigales, réduves, ranatres,... Appareil buccal composé d’un rostre long et pointu
Hymenoptera Guêpes, frelons, fourmis, bourdons, abeilles,... Rétrécissement entre le thorax et l’abdomen, présence d’un ovipositeur ou d’un aiguillon
Lepidoptera Papillons, chenilles, piérides,... Ailes recouvertes d’écailles colorées, appareil buccal en forme de trompe enroulée sur elle-même au repos
Mecoptera Mouche-scorpions Chez les mâles, tête allongée avec un rostre et cerques relevés vers le haut ressemblant à un dard de scorpion
Megaloptera Mégaloptères Quatre ailes de même taille de couleur brunâtre avec peu de soies (contrairement aux trichoptères)
Neuroptera Névroptères, fourmilions, ascalaphes, chrysopes, mantispes,... Ailes transparentes et membraneuses très nervurées, les nervures forment un quadrillage dense
Odonata Libellules, demoiselles Grands yeux, corps allongé avec deux paires d’ailes sur le thorax, antennes courtes
Orthoptera Criquets, grillons, courtillières, sauterelles Première paire d’aile colorées et rigidifiées protégeant la deuxième paire d’ailes, pattes adaptées au saut, présence d’un ovipositeur chez les sauterelles et grillons
Phasmatodea Phasmes, phasme-baton, phasme-feuille,... Corps fin et allongé, mimétisme marqué : l’insecte ressemble à une feuille ou à une brindille
Phthiraptera Poux Absence d’ailes perdues au cours de l’évolution, crochets développés au bout des pattes
Plecoptera Perles Corps mou et aplati, ailes membraneuses transparentes assombries repliées sur le dos au repos
Psocoptera Psoques, poux des livres Parfois dépourvu d’ailes, vu de dessus une bosse très marquée sur l’avant de la tête qui correspond au clypeus
Raphidioptera Mouches à long cou Prothorax très allongé et ailes membraneuses
Siphonaptera Puces Corps aplati latéralement, pattes adaptées au saut et appareil buccal de type piqueur-suceur
Strepsiptera Strepsiptère Mâles ailés, les ailes avant modifiée en balancier, les ailes arrières élargies et plissées. Femelles aptères en forme de vers, vivant à l’intérieur d’un insecte hôte.
Thysanoptera Thrips Franges de soies (poils) sur les bords des ailes, parfois aptères, antennes courtes
Trichoptera Phryganes Ailes repliées en toit au repos, avec de nombreuses soies

Les ordres d’insectes de France illustrés, avec critères d’identification de l’ordre

  • Les Diptères : drosophiles, moucherons, mouches et moustiques, possèdent une paire d’aile et une paire de balanciers, c’est à dire des ailes réduites et qui ressemblent à de petites altères fixées sur le thorax.
    Les diptères sont divisés en deux grands sous-ordres :
    - celui des Brachycères, qui possèdent un corps rond et des antennes courtes.
     JPEG - 35.4 ko
    Hermetia illucens


    - celui des Nématocères, qui possèdent un corps fin, allongé, et des antennes longues.

    Un moustique noir rayé de blanc pique la peau d’un humain. Aedes geniculatus femelle.
 JPEG - 339.5 ko
    Moustique noir et blanc Aedes geniculatus, piqûre
  • Les Coléoptères : scarabées, capricornes, coccinelles, taupins, chrysomèles, staphylins, dytiques : c’est un très grand ordre d’insectes possédant une première paire d’ailes rigides, les élytres, qui protège une deuxième paire d’ailes fonctionnelles. Chez certaines espèces qui ont perdu la capacité de voler, les élytres sont réduites ou soudées. Chez les stapyhlins, les élytres sont réduites mais des ailes fonctionnelles sont cachées en dessous.
    Staphylins :
    Petit coléoptère de la famille des staphylins, Xantholinus sp, rouge et noir, photographié de dessus. Macrophotographie sur fond blanc.
 JPEG - 138.1 ko
    Xantholinus sp

    Balanins (charançons)

    Photographie macro sur fond blanc d’une femelle de balanin du chêne. On voit clairement que le rostre est presque aussi long que le reste du corps chez ce coléoptère.
 JPEG - 64.8 ko
    Balanin du chêne, Curculio glandium
  • Les Hyménoptères : guêpes, bourdons, frelons, abeilles, xylocopes : les hyménoptères possèdent un corps souvent très poilu et deux paires d’ailes membraneuses. Ils possèdent généralement un aiguillon ou un ovipositeur, qui a parfois disparu au cours de l’évolution (comme chez de nombreuses fourmis).
    L’ordre des hyménoptères est divisé en deux grands sous-ordres :
    - Le sous-ordre des apocrites qui ont un rétrécissement entre le thorax et l’abdomen
    — l’infro-ordre des Apocrites Aculéates, qui possèdent un aiguillon (abeilles, bourdons, fourmis,...)
    Trophallaxie entre fourmis
    — l’infra-ordre des Apocrites Térébrants, qui possèdent une ovipositeur, un organe fin et allongé parfois pris pour un "dard", qui sert seulement à pondre les oeufs. La grande majorité des espèces sont parasites d’autres insectes voire d’araignées et de divers arthropodes.
    Une guêpe solitaire femelle en train de pondre dans une pupe de drosophile invasive japonaise (Drosophila suzukii).
 JPEG - 119.2 ko
    Pachycrepoideus vindemmiae, une guêpe parasitoïde de drosophiles qui pourrait être utilisée en lutte biologique contre Drosophila suzukii


    - le sous-ordre des Symphytes, qui ne possèdent pas de rétrecissement net entre le thorax et l’abdomen.

    Un hyménoptère symphyte de l’espèce Tenthredo notha posé sur une fleur blanche à coeur jaune. Ce petite hyménoptère est noir et blanc cassé ou jaune, il n’y a pas de séparation nette entre son thorax et son abdomen. Macrophotographie en montagne.
 JPEG - 314.9 ko
    Hyménoptère symphyte, Tenthredo notha
  • Les Hémiptères (regroupe maintenant l’ordre des homoptères et l’ordre des hétéroptères) : cigales, pucerons, cochenilles, punaises : presque tous les insectes de cet ordre sont phytophages, on les trouve en grand nombre dans nos jardins. Ils possèdent un appareil buccal de type piqueur-suceur appelé rostre, qui leur permet de prélever la sève des plantes, ou le contenu de leurs proies. Les punaises possèdent également une première paire d’ailes en partie sclérifiées, appelées hémiélytres, et qui abritent une paire d’ailes membraneuses. Les hémiptères étaient autrefois séparés en hétéroptères (punaises) et homoptères (pucerons, cochenilles, cicadelles, psylles,...).
    Punaises terrestres (Pentatomidae,...)
    Macrophotographie sur fond blanc d’une punaise grise ou punaise nébuleuse (Rhaphigaster nebulosa) vue de dessus. On distingue bien la ponctuation ronde de ses ailes membraneuses et les trois taches blanches sur les antennes.
 JPEG - 336.7 ko
    Punaise nébuleuse

    Cochenilles (farineuses,...)

    Une cochenille farineuse prise en photo sur la feuille d’une plante d’intérieur.
 JPEG - 355.7 ko
    Cochenille farineuse

    Punaises aquatiques (Notonectidae,...)

    Les proies des notonectes sont souvent des insectes noyés, comme cette fourmi.
 JPEG - 210.3 ko
    Notonecte chassant la tête en bas

    Les Membracides (membracidae) aux coiffures extravagantes, comme la cicadelle bison :

     JPEG - 52.2 ko
    Membracidae : Stictocephala bisonia, cicadelle bison
  • Les Orthoptères : grillons, sauterelles, criquets. La première paire d’aile est appelée tegmina, elle protège les ailes et le corps de l’insecte mais ne sert pas au vol. La deuxième paire d’aile est membraneuse et permet aux insectes de cet ordre de planer ou de voler. Leur dernière paire de pattes est adaptée au saut.
    Les orthoptères sont divisés en deux grands sous-ordres :
    - le sous-ordre des ensifères (grillons et sauterelles), qui possèdent des antennes longues et fines et une tarière (aussi appelée ovipositeur, qui sert à la ponte des oeufs dans le sol).
    Macrophotographie d’une éphippigère des vignes (Ephippiger ephippiger). Il s’agit d’une femelle prise en photo au parc des Ecrins, dans les Alpes.
 JPEG - 208.6 ko
    Ephippigère des vignes de profil


    - le sous ordre des caelifères (criquets), qui ne possèdent pas de tarière et ont des antennes courtes.

    Un gigantesque criquet voyageur photographié sur fond blanc. Le corps est coloré de nuances de bruns et de gris, l’intérieur des pattes arrières est de couleur rouge brique.
 JPEG - 72.1 ko
    Le criquet égyptien, Anacridium aegyptium
  • Les Dermaptères, forficules ou perce-oreilles. Ils possèdent une paire d’ailes membraneuses cachées sous de très petites élytres (un peu comme les coléoptères de la famille des staphylins), ainsi que des cerques en forme de pinces à l’arrière de l’abdomen.
    Perce-oreille
 JPEG - 89.7 ko
    Dermaptère adulte
  • Les Dictyoptères, un ordre qui regroupe les blattes, les mantes et les termites. Qu’est-ce que ces insectes ont en commun ? Ils possèdent une première paire d’ailes rappelant des élytres, et qui cachent une paire d’ailes membraneuses ; les ailes sont au repos repliées sur le corps ; les dictyoptères possèdent des tarses (le bout des pattes) composés de 5 articles, des pièces buccales broyeuses, et de petits cerques articulés au bout de l’abdomen [3]. Les mantes et les blattes rassemblent leurs oeufs au sein d’une sorte de coquille protectrice appelée oothèque.
    Oui, définir ce qu’est un dictyoptère n’est pas évident, et c’est pour cette raison qu’ils étaient auparavant divisés en trois grands ordres :
    - L’ancien ordre des mantoptères, insectes qui possèdent des pattes de type ravisseuses :
    Mantis religiosa, macrophotographie d’une mante religieuse dans son habitat naturel, une pelouse sèche au climat méditerranéen. Grand désert, Besançon, Franche-Comté, Doubs.
 JPEG - 105.6 ko
    Mante religieuse


    - Les Isoptères ou termites, des insectes sociaux qui se nourrissent de bois et de la litière du sol :

    Macrophotographie d’un termite de corse trouvé sous une pierre en forêt, dans son nid fait de bois transformé en carton.
 JPEG - 550.7 ko
    Termite de Corse


    - Les Blattoptères ou blattes et cafards, qui ont un corps plat, des ailes repliées, une tête orientée vers le bas et souvent cachée par une excroissance membraneuse du thorax :

    Didier Descouens, Ectobius pallidus juvénile, photographie macro pour le Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International.
 JPEG - 1 Mo
    Blatte ou cafard de l’espèce Ectobius pallidus (photo Didier Descouens CC4.0)
  • Les Mégaloptères qui possèdent des ailes brunâtres pourvues de nervures épaisses, mais sans écailles ni soies en nombre important. Les deux paires d’ailles sont semblables et repliées en toit au-dessus du corps lorsque l’insecte est au repos. Les antennes sont longues et fines.
    Un insecte de l’ordre des mégaloptères (Megaloptera) et du genre Sialis, posé sur une feuille. Photographie macro de profil par Patrick Coin sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Generic.
 JPEG - 514.2 ko
    Mégaloptère (photo de Patrick Coin CC2.5)
  • Les Plecoptères ou perles, ont un corps mou et très plat et se reconnaissent très facilement. Lorsqu’elles ne volent pas, leurs ailes membraneuses souvent grisatres sont rabattues à plat sur leur corps et chachent leur abdomen. Les plécoptères possèdent des antennes longues et fines ainsi que deux cerques à l’arrière du corps.
    Macrophotographie de dessus d’un gros insecte ailé de l’ordre des plécoptères au corps jaune et noir.
 JPEG - 74.2 ko
    Plécoptère adulte vu de dessus sur fond blanc
  • Les Siphonaptères ou puces, ont un corps très étroit, des pattes adaptées au saut et ne possèdent pas d’ailes.
    Une puce photographiée de profil sous microscope. Insecte de l’ordre des siphonaptères. Les puces se nourrissent de sang d’animaux comme les rats, les chats ou les humains. Macrophotographie scientifique sur fond blanc.
 JPEG - 306.8 ko
    Puce - siphonaptère
  • Les Lepidoptères, papillons, piérides et leurs larves, les fameuses chenilles. Ils possèdent deux paires de très grandes ailes couvertes d’écailles colorées. Les papillons de la famille des Nymphalidae ne possèdent que deux paires de pattes ! Leur appareil buccal est une longue trompe qui s’enroule sur elle-même au repos.
     JPEG - 190.3 ko
    Robert le diable (Polygonia c-album)
  • Les Odonates, libellules et demoiselles. Elles possèdent quatre ailes et un abdomen très allongé. Leurs antennes sont très courtes.
    - le sous-ordre des Zygoptères ou demoiselles, petits et dont les yeux sont bien séparés. Au repos, leurs ailes sont relevées au-dessus du corps et se touchent.
    Une demoiselle rouge du sous ordre des Zygoptère.
 JPEG - 171.7 ko
    L’agrion délicat, profil


    - le sous-ordre des Anisoptères, ou "vraies" libellules. Elles sont souvent plus grandes et leurs yeux se touchent ou sont très rapprochés. Au repos leurs ailes sont écartées.

    Une petite libellule rouge écarlate posée au soleil sur une branche.
 JPEG - 166.5 ko
    Crocothemis erythrea - la libellule écarlate
  • Les Phasmoptères ou phasmes. Les quelques espèces présentes en France sont assez filiformes et imitent des brindilles. Ils possèdent un appareil buccal de type broyeur.
    Photographie d’un phasme baton ressemblant à une brindille (camouflage). Photographié au vivarium du moulin, en Alsace.
 JPEG - 80.6 ko
    Phasme baton de contre-jour
  • Les Nevroptères, chrysopes, fourmilions, mantispes et ascalaphes. Les névroptères possèdent deux paires d’ailes membraneuses et transparentes, pourvues de très nombreuses nervures formant une sorte de quadrillage.
    Chrysope adulte ou "mouche aux yeux d’or" :
    Chrysope aux yeux d’or
 JPEG - 48.6 ko
    Chrysope commune Pseudomallada flavifrons

    Larve de chrysope camouflée sous les restes de ses proies :

    Boule de soies blanches sur une larve de Chrysope
 JPEG - 42.2 ko
    Larve de chrysope recouverte de soie

    Mantispe (mantispidae, mantispe de styrie) :

     JPEG - 76 ko
    Mantispe de Styrie
  • Les Ephéméroptère ou éphémères, possèdent une première paire d’aile de forme triangulaire, et une deuxième paire d’aile très réduite et parfois absente. Leur abdomen se termine par un ou deux cerques très long. Les éphémères volent généralement en vol stationnaire à proximité des cours d’eau. Les larves sont aquatiques.
    Une manne d’éphémère spectaculaire :
    Des centaines d’Ephoron virgo éparpillés au sol.
 JPEG - 111.1 ko
    Manne d’éphémère
  • Les Raphidioptères ou mouches à long cou se distinguent par leur prothorax très allongé et leurs ailes membraneuses :
    Raphidia
 JPEG - 60.9 ko
    Raphidioptera
  • Les Trichoptères ou phryganes qui possèdent des ailes peu nervurées mais couvertes de rangées de soies. Leurs ailes sont, comme pour les mégaloptères, repliées en toit au-dessus du corps, mais les ailes antérieures (première paire d’aile) sont plus grandes que les postérieures. Les antennes sont longues et fines.
    Un insecte de l’ordre des trichoptères, posé sur une branche. Photo macro de James K. Lindsey, Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Generic.
 JPEG - 199.3 ko
    Trichoptère (photo James K. Lindsey CC2:5)
  • Les Mécoptères ou mouche-scorpions. Les insectes de cet ordre possèdent des ailes membraneuses avec souvent des motifs noirs, et une tête allongée pourvue d’un rostre. Les mâles possèdent à l’arrière des cerques recourbés vers le haut et de la même forme que le dard des scorpions.
    Un mécoptère Panorpidae ou mouche scorpion pris en photo sur fond blanc de profil.
 JPEG - 89.9 ko
    Mouche-scorpion du genre Panorpa
  • Les Psocoptères ou psoques, parfois aptères, sont de très petits insectes qui se nourrissent de moisissures, d’algues ou d’insectes morts [4]. On les trouve parfois dans les livres. Ils se reconnaissent à la bosse qu’ils possèdent sur la tête (c’est la partie appelée clypeus qui est très arrondie).
    Psocoptère ou psoque sur fond blanc
  • Les Strepsiptères, un très petit ordre qui contient environs 610 espèces au niveau mondial et seulement 13 en France [5]. La première paire d’aile des mâles est réduite à des haltères (en forme de balancier, comme la deuxième paire d’ailes des diptères), la deuxième paire d’aile est large et plissée. Les femelles sont aptères, ressemblent à des vers, et vivent à l’intérieur d’autres insectes. On peut les repérer à l’arrière de l’abdomen des hyménoptères, où elles se cachent sous les tergites (segments de l’abdomen) en laissant leur tête dépasser.
    Mâle strepsiptère, insecte de l’ordre des Strepsiptera. Dessin par Halvard Hatlen, domaine public, modifié par <a href="http://www.myrmecofourmis.fr" class=www.myrmecofourmis.fr. JPEG - 164.6 ko' />
    Dessin d’un insecte Strepsiptère mâle par Halvard Hatlen
  • Les Thysanoptères ou thrips. Les ailes sont bordées de soies, la forme de la tête est caractéristique, ovale et très allongé, on distingue parfois clairement un épais ovipositeur à l’arrière du corps.
    Macrophotographie d’un insecte appelé thrips et appartenant à l’ordre des thysanoptère. photographies en milieu naturel sur l’écorce d’un arbre.
 JPEG - 87.7 ko
    Thrips ou Thysanoptère
  • Les Phtiraptères, Mallophaga et Anoploures ou poux. Les insectes de ces groupes ont perdu leurs ailes au cours de l’évolution, ils possèdent un corps plat et des pattes pourvues de crochets. Ils sont soit piqueurs (phtiraptères et anoploures) ou broyeurs (mallophaga). La classification de ces groupes est incertaine.
    Macrophotographie en très gros plan d’un insecte de l’ordre des poux, Pediculus humanus. Photographie réalisée par Gilles San Martin sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic.
 JPEG - 617.9 ko
    Phthiraptera (pou) sur cheveux humains (photo de Gilles San Martin CC2.0)
  • Les Embioptères, des insectes du Sud de la France (garrigue en particulier) qui tissent des réseaux de toiles sous les pierres. Ils ressemblent un peu à des grillons, et se distinguent par un des tarses de leurs pattes avant (premier segment du bout de la patte) très épaissis, ovales ou ronds, qui produisent de la soie. Il s’agit d’un très petit ordre comprenant environs 400 espèces dans le monde, dont seulement 3 sont présentes en France [6].
    Dessins de deux embioptères de l’espèce Embia Major. Planche scientifique pour la présentation des Embioptera. Imms A. D. (1913). "Contributions to a knowledge of the structure and biology of some indian insects. II. On Embia major sp. n. from the Himalayas". Transactions of The Linnean Society London 11 : 167–195.
 JPEG - 156.1 ko
    Embioptères, on distingue le renflement sur les pattes avant

Les héxapodes proches des insectes

  • Les Archéognathes et Thysanoures sont les poissons d’argent. Ils possèdent un corps mou et fuselé, mais ne possèdent pas d’ailes. Ils possèdent trois appendices filiformes à l’arrière de l’abdomen appelés cerques.
    Ce poisson d’argent ne vit pas dans les maisons des humains... mais dans celles des fourmis !
 JPEG - 212.5 ko
    Atelura formicaria
  • Les Diploures ne possèdent pas d’ailes, leur corps est complètement applati et ils vivent dans la terre, dans la litière ou sous les écorces des arbres. Ils possèdent soit deux cerques en forme d’antennes à l’arrière du corps, soit deux cerques de la même forme que les cerques du perce-oreille.
    Japygidae
    Macrophotographie sur fond de bois mort au bois de la Feyssine à Lyon (Rhône). On distingue un hexapode de la famille des Japygidae et de l’ordre des diploures. Son corps blanc trahit son mode de vie sous-terrain. Il possède également des cerques similaires à ceux des perce-oreilles à l’arrière du corps.
 JPEG - 316.2 ko
    Japygidae sur du bois mort
  • Les Protoures qui ne possèdent pas d’ailes ni d’antennes et vivent dans le sol. Ils forment un groupe très mal connu.
  • Les Collemboles, qui se distinguent facilement des insectes car ils ne possèdent pas d’ailes. Ils possèdent par contre un organe appelé furca qu’ils contractent puis relâchent pour sauter.
    Macrophotographie sur fond blanc d’un collembole jaune tigré. Photographie macro sur une pierre de cet hexapode proche des insectes. Entomobryidae proche de Orchesella villosa.
 JPEG - 479 ko
    Collembole entomobryomorphe

Références et définitions

[1Bold System : projet de barcoding, séquençage d’un gène largement présent chez les organismes vivants

[2Garrouste R. (2012). Les insectes à la loupe : Un guide de terrain pour découvrir la nature. DUNOD, 176p.

[3Nicolas Moulin. 2005. Mantes et Blattes : cousines proches mais différentes. Insectes n°139(4), 3p.

[4Alain Fraval. (2008). Les psocoptères. Insectes n°149(2), 4p.

[5D’après la fiche Ephytia, INRA

Mots-clés

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 5275 / 2024219