MyrmecoFourmis.fr fourmis et insectes


Les fourmis d’Argentine envahissent Nantes


Hymenoptera, Formicidae, Linepithema humile

mercredi 22 avril 2020 à 16:00 par Théo

La fourmi d’Argentine, Linepithema humile, a pour la première fois été recensée à Nantes, une ville bien plus au nord que son aire de répartition habituelle. Déjà établie sur plus de trois hectares, cette colonie indique que l’aire d’expansion de la fourmi d’Argentine en Europe s’étend bien au-delà du bassin méditerranéen.

D’où vient la fourmi d’Argentine ?

La fourmi d’Argentine est une fourmi invasive qui a envahi l’Europe au courant du 19ème siècle et a été identifiée en France pour la première fois en 1906. La fourmi d’Argentine est bien connue des habitants de plusieurs grandes villes du Sud de la France où elle n’a cessé de s’étendre, rentrant dans les serres, dans les maisons et parcourant les trottoirs de Bordeaux, Toulouse et Marseille [1] [2].

Fourmis d'Argentine

Pourquoi la fourmi d’Argentine est-elle arrivée à Nantes ?

Plusieurs études scientifiques basées sur des données climatiques indiquaient que la distribution de la fourmi d’Argentine pourrait s’étendre bien au-delà de sa distribution actuelle. En utilisant des outils informatiques sophistiqués, des chercheurs avaient même prédit que la fourmi d’Argentine pourrait s’établir jusqu’en Grande Bretagne [3]. Mais Linepithema humile, de son nom scientifique, n’avait encore jamais été trouvée au Nord de Bordeaux (en dehors de certaines serres et bâtiments chauffés où la fourmi est présente [4]).

Une équipe de chercheurs a rapporté cette semaine, dans un article disponible en ligne intitulé "Invasive dans le nord, nouveau record latitudinal pour la fourmi d’Argentine" [5], que la fourmi se serait établie à Nantes avant 2016 sans être remarquée. Leurs identifications qui sont désormais confirmée par des analyses génétiques, indique que la fourmi d’Argentine s’est ainsi établie sur plus de trois hectares. Pourquoi utiliser des gènes pour identifier la fourmi ? Dr. P. Charrier, un des auteurs de l’article nous explique. « Il existe beaucoup de petites espèces de fourmis similaires. Avec les gènes, le doute n’est pas possible. Utiliser des gènes permet à la fois de confirmer que la fourmi est bien la fourmi d’Argentine et cela nous permet également d’en apprendre plus sur son origine géographique. Nos résultats montrent que la colonie Nantaise est plus proche génétiquement d’une petite colonie présente uniquement en Espagne que de l’immense supercolonie qui s’étend de l’Italie au Portugal. »

De manière surprenante, les gènes des fourmis d’Argentine trouvées à Nantes ne correspondent pas à ceux de la plus grande colonie qui s’étend sur tout le pourtour méditerranéen. Elles indiquent plutôt que les fourmis d’Argentine présentes à Nantes correspondent parfaitement à celles d’une plus petite colonie située en Catalogne, en Espagne.

Les chercheurs notent que dans la ville de Nantes, là où la fourmi d’Argentine est présente, une seule autre espèce de fourmis a été observée. Il semble donc probable que d’autres espèces de fourmis, pourtant communes à Nantes, aient été exclues de cette zone par la fourmi d’Argentine.
« Nous avons juste observé que là ou cette fourmi se trouvait il n’y avait plus la plupart des espèces de fourmis que l’on observe habituellement sur les arbres et les trottoirs. Aux alentours, là où la fourmi d’Argentine n’est pas présente, il y a toujours une diversité normale d’espèces de fourmis. » indique P. Charrier. « La fourmi d’Argentine est d’ailleurs particulièrement connue pour sa capacité s’accaparer toute la nourriture et dominer les zones qu’elle occupe. » ajoute J. Gippet, chercheur à l’université de Lausanne.

Ces résultats confirment que la distribution de la fourmi d’Argentine pourrait s’étendre bien au-delà de la région méditerranéenne. Est-ce un signe du réchauffement climatique ? « Il y a probablement tout d’abord un effet des villes. Les villes forment des climats différents, elles sont souvent plus chaudes, plus proches des climats méditerranéens. Il est aussi probable que le réchauffement climatique aide son expansion, ou qu’elle n’ait simplement jamais été transportée vers un endroit propice, plus au Nord, auparavant. » conclue P. Charrier.

Fourmi d'Argentine

Que faire si la fourmi d’Argentine rentre dans ma maison ?

Le meilleur remède contre les fourmis est tout d’abord de bien nettoyer la maison. Les fourmis sont attirées par les miettes et le sucre et un grand nettoyage suffit souvent à les faire partir. Le vinaigre blanc, à utiliser uniquement sur les surfaces qui ne risquent pas d’êtres abimées par le vinaigre, est un répulsif naturel contre les fourmis. Enfin il est possible d’utiliser des joints en silicone pour fermer les accès aux crevasses et plinthes sous lesquelles les fourmis aiment se cacher. Mais, mieux vaut prévenir que guérir. Le meilleur moyen d’éviter la fourmi d’Argentine est de bien inspecter les pots de fleurs et les matériaux de construction avant de les amener chez soi.
En cas de doute sur l’identification d’une fourmi, plusieurs projets de recensements de fourmis comme l’association Antarea en France, Fourmis Walbru en Belgique, où l’inventaire des fourmis Vaudois en Suisse peuvent vous aider à identifier des échantillons de fourmis.

Les fourmis d'Argentine


Références et définitions

[1Wetterer, J. K., Wild, A. L., Suarez, A. V., Roura-Pascual, N., & Espadaler, X. (2009). Worldwide spread of the Argentine ant, Linepithema humile (Hymenoptera : Formicidae). Myrmecological News, 12, 187-194.

[2Blatrix, R., Colin, T., Wegnez, P., Galkowski, C., & Geniez, P. (2018, July). Introduced ants (Hymenoptera : Formicidae) of mainland France and Belgium, with a focus on greenhouses. In Annales de la Société entomologique de France (NS) (Vol. 54, No. 4, pp. 293-308). Taylor & Francis.

[3Bertelsmeier, C., & Courchamp, F. (2014). Future ant invasions in France. Environmental conservation, 41(2), 217-228.

[4Blatrix, R., Colin, T., Wegnez, P., Galkowski, C., & Geniez, P. (2018, July). Introduced ants (Hymenoptera : Formicidae) of mainland France and Belgium, with a focus on greenhouses. In Annales de la Société entomologique de France (NS) (Vol. 54, No. 4, pp. 293-308). Taylor & Francis.

[5Charrier, N. P., Hervet, C., Bonsergent, C., Charrier, M., Malandrin, L., Kaufmann, B., & Gippet, J. M. W. (2020). Invasive in the North : New latitudinal record for Argentine ants in Europe. Insectes Sociaux. DOI : 10.1007/s00040-020-00762-9

Mots-clés

Forum

Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 1440 / 5921768