MyrmecoFourmis.fr fourmis et insectes

Coléoptères : scarabées, coccinelles, capricornes, lucanes, charançons, staphylins,...


Découvrez ici des coléoptères aux formes et aux couleurs incroyables qui sont visibles en France !
Les coléoptères sont caractérisés par leurs élytres qui recouvrent une deuxième paire de vraies ailes membraneuses et par leurs pièces buccales broyeuses. Ils portent de nombreux noms vernaculaires, cet ordre très diversifié regroupe en effet les scarabées, coccinelles, capricornes, lucanes, chrysomèles, charançons, hannetons, staphylins, carabes,...

Articles de cette rubrique


Capricorne et insectes coléoptères longicornes

Le capricorne est un insecte longicorne : il a de très longues antennes. Comme les autres insectes de ce groupe ses larves sont xylophages, elles mangent le bois !



Les méloés : des coléoptères bleus parasites

Les méloés sont des insectes de l’ordre des coléoptères, comme les scarabées et les coccinelles. L’espèce de méloé la plus courante est Meloe proscarabaeus, les femelles de cette espèce ont un abdomen énorme et sont de couleur bleu ou noir métallique. Leur thorax est très nettement séparé de leur tête et de leur abdomen, et ressemblent vaguement à de grosses guêpes ou fourmis sans ailes. Les larves de méloés sont appelées triongulins et parasitent certaines espèces d’abeilles solitaires.



Coccinelles de France

Difficile de se sortir de la tête l’image de la coccinelle rouge à points noirs. Et pourtant, les coccinelles forment une grande famille d’insectes appartenant à l’ordre des Coléoptères, et dont les couleurs sont très variées et très variables au sein même des espèces. Noires à points jaunes, noires à points rouges, roses à points noirs, blancs à bandes sombres... les couleurs des différentes espèces de coccinelles présentes en France n’ont pas fini de vous étonner.



Le staphylin (mal) odorant, Ocypus olens

Est-ce sont odeur qui lui vaut le nom de diable ? Le staphylin odorant ne sent pas vraiment bon lorsqu’on vient l’embêter. Mais d’où vient l’odeur infâme de ce grand staphylin noir ? Voici quelques pistes peu ragoûtantes...



Meligethinae, les touts petits coléoptères noirs des fleurs

Avez-vous déjà remarqué ces milliers de petits coléoptères noirs qui se cachent dans les étamines des pissenlits et des marguerites au printemps ? Ces petits coléoptères floricoles se nourrissent de pollen et de nectar, ils appartiennent généralement à la sous-famille des Meligethinae.



La chrysomèle de l’aulne, un coléoptère bleu métallique

La chrysomèle de l’aulne ou galéruque de l’aulne, Agelastica alni, est un coléoptère phytophage. Les adultes se nourrissent des feuilles d’aulnes, en creusant des trous, alors que les larves causent leurs brunissements car elles se contentent de racler le dessus des feuilles. Malgré sa couleur bleu métallisée singulière et la ponctuation dense de ses élytres, d’autres insectes lui ressemblent et il est difficile de correctement l’identifier.



Le défi de l’Hydrophile : être adapté à la course, au vol et à la nage en apnée !

C’est un des plus grands coléoptères de France qui cumule les records : l’hydrophile maîtrise aussi bien la course à pied que le vol ou la nage !



Coléoptères nageurs : le dytique a des rames à la place des pattes

Certains insectes se sont adaptés de manière étonnante à leur environnement. Les pattes des dytiques sont ainsi devenues de véritables rames au cours de l’évolution...



Scarabée bleu métallique

Le mâle du scarabée bleu métallique Hoplia coerulea est un coléoptère à la coloration spectaculaire que l’on trouve au bord des cours d’eau au printemps et au début de l’été. Le corps du mâle est recouvert de petites "écailles" bleutées. Ce sont de minuscules structures présentes dans ces écailles qui (...)


Le gyrin ou tourniquet, un coléoptère nageur

Les gyrins ou tourniquets sont de petits coléoptères souvent noirs ou bruns de la famille des Gyrinidae qui chassent des proies à la surface de l’eau ou mangent de petits insectes morts. Ils flottent la plupart du temps, mais zigzaguent ou tournent sur eux-mêmes très rapidement lorsqu’ils sont dérangés. On les trouve partout en France, Suisse et Belgique sur les plans d’eaux calmes. Pour ne pas se faire dévorer par les animaux aquatiques ils possèdent une deuxième paire d’yeux composés sous leur corps et produisent des substances toxiques !



Accueil | Les rubriques | Les archives | Contacter Myrmecofourmis.fr | Visiteurs : 5730871